Cinéma : Le Mans 66

Pour tous les francophones, voici le lieu qui vous permettra de discuter avec tous les fans de Formule 1, GP2, Formule 2, IndyCar, IRL, WRC, GT etc..

Modérateurs: sheon, Nicklaus

Cinéma : Le Mans 66

Messagede Garion le 30 Aoû 2020, 19:25

J'ai regardé le film hier, bon, ben c'est comme tous les films américains. Je ne dis pas que j'ai passé un mauvais moment, mais...
Ils glorifient Ford face à Ferrari.
Ils sont plein d'inexactitudes historiques, voire même de mensonges.
Et puis le pire, c'est qu'ils ont continué à faire des plans sur le qui pilote se met à écraser la pédale d'accélérateur au milieu de la ligne droite (comme s'il n'était pas déjà à fond depuis la sortie du virage...)... Pitoyable.

Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher
Image
Image
Avatar de l'utilisateur
Garion
Prisonnier
 
Messages: 16209
Inscription: 19 Fév 2003, 10:15
Localisation: Le village

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede FrosT le 30 Aoû 2020, 19:32

Garion a écrit: Déjà Ford était présent en 1965 ce qui n'apparait pas en dans le film. Ils ne sont pas arrivés arrivé en 66 en écrasant tout (et Ken Miles avait bien participé à l'édition 65)

C'est précisé dans le film hein ^^ Justement Ford arrive en 65 et perd pour gagner en 66. Ok sur le fait que Ken Miles courrait dans la vrai vie

Garion a écrit: Ils glorifient Ford face à Ferrari.

Ha bon ? Dans ce film le patron et le management de Ford passent pour des rapaces et des crétins... alors qu'Enzo Ferrari est clairement montré comme un passionné

Garion a écrit: Ils sont plein d'inexactitudes historiques, voire même de mensonges.


Oui clairement par contre :o
Mais ce n'est pas le but du film qui ne veut pas être historique. Je trouve néanmoins que c'est un beau film sur les sports mécaniques (bien trop rare) qui donne envie de s'y intéresser si on est pas profane
J'ai beaucoup d'amis qui se sont mis aux sports mécaniques grâce à ce film 8-)
Quand on voit la bouse qu'est Michel Vaillant à coté...

Le vrai problème c'est que ce genre de film n'a pas de concurrence actuellement donc difficile de faire la fine bouche
Avatar de l'utilisateur
FrosT
 
Messages: 1275
Inscription: 15 Mar 2013, 19:41
Localisation: Paris/Lyon

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Garion le 30 Aoû 2020, 19:40

FrosT a écrit:Ha bon ? Dans ce film le patron et le management de Ford passent pour des rapaces et des crétins... alors qu'Enzo Ferrari est clairement montré comme un passionné

Je trouve qu'on fait passer le second de Ford pour un crétin, mais pas Ford lui même. Au contraire, on le fait passer pour un passionné de coures après la scène où Miles lui montre le potentiel de la voiture en le faisant grimper dedans (ce qui n'a jamais eu lieu).

FrosT a écrit:Mais ce n'est pas le but du film qui ne veut pas être historique. Je trouve néanmoins que c'est un beau film sur les sports mécaniques (bien trop rare) qui donne envie de s'y intéresser si on est pas profane
J'ai beaucoup d'amis qui se sont mis aux sports mécaniques grâce à ce film 8-)
Quand on voit la bouse qu'est Michel Vaillant à coté...

Le vrai problème c'est que ce genre de film n'a pas de concurrence actuellement donc difficile de faire la fine bouche

Je suis d'accord que peu de films sur la course ont réussi ont réussi à gagner le public. Mais le respect historique me semble essentiel.
Moi j'aime la course pour son aspect historique avec tout ses travers.
J'ai préféré celui sur Lauda.
PS : Michel Vaillant, c'est clair que ce n'était pas une référence.
Image
Image
Avatar de l'utilisateur
Garion
Prisonnier
 
Messages: 16209
Inscription: 19 Fév 2003, 10:15
Localisation: Le village

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Nicklaus le 30 Aoû 2020, 19:44

j'ai regardé le début, c'était chiant
Image
Il va sûrement revenir...sûrement.
Avatar de l'utilisateur
Nicklaus
Je vous emmerde et je rentre à ma maison
 
Messages: 59019
Inscription: 21 Fév 2003, 09:19
Localisation: North Park

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Garion le 30 Aoû 2020, 19:45

Le prochain film ? Mansell qui se fait virer de Williams, Prost qui se fait virer de Ferrari ?
Image
Image
Avatar de l'utilisateur
Garion
Prisonnier
 
Messages: 16209
Inscription: 19 Fév 2003, 10:15
Localisation: Le village

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Chris76 le 30 Aoû 2020, 19:49

Bah en théorie, le prochain devrait être sur Prost, il est en chantier depuis un moment déjà.

Pour ce qui est de Le Mans 66, j'ai été assez déçu également. Pour ce qui est de la véracité historique, comme d'hab, c'est largement romancé, voire inventé. Et comme d'hab, on a le coup du mec qui accélère en pleine ligne droite, etc...bon, au moins la boite ne semble pas avoir 17 rapports. Et puis comme toujours, on ne ressent quasiment pas la violence des caisses de cette époque.

Ma référence reste Grand Prix.

RHE champion 2018 ! Go Dragons !

Image
Image
Avatar de l'utilisateur
Chris76
"Ça passait, c'était beau!"
 
Messages: 2798
Inscription: 14 Avr 2005, 21:03
Localisation: Rouen! Rouen! ici c'est Rouen!

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Garion le 30 Aoû 2020, 19:56

Chris76 a écrit:Pour ce qui est de Le Mans 66, j'ai été assez déçu également. Pour ce qui est de la véracité historique, comme d'hab, c'est largement romancé, voire inventé.

La romance comme la bagarre entre Schelby et Miles, ça ne me dérange pas.

Et comme d'hab, on a le coup du mec qui accélère en pleine ligne droite, etc...bon, au moins la boite ne semble pas avoir 17 rapports. Et puis comme toujours, on ne ressent quasiment pas la violence des caisses de cette époque.

Ok comme je le disais sur l'écrasage de la pédale en ligne droite, mais en revanche, j'ai trouvé que les prises de vues sur les changements de trajectoires n'était pas si mal que ça et donnaient une impression assez brutales et réalistes (c'est la première fois que je voyais ça).
Je me souviendrait toujours de la première fois où j'ai fait un stage de pilotage et où le gars a fait un tours de piste pour nous montrer et qu'on a tous volé d'un coté à l'autre de la voiture malgré la ceinture.
Image
Image
Avatar de l'utilisateur
Garion
Prisonnier
 
Messages: 16209
Inscription: 19 Fév 2003, 10:15
Localisation: Le village

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Cortese le 30 Aoû 2020, 20:07

FrosT a écrit:
Garion a écrit: Déjà Ford était présent en 1965 ce qui n'apparait pas en dans le film. Ils ne sont pas arrivés arrivé en 66 en écrasant tout (et Ken Miles avait bien participé à l'édition 65)

C'est précisé dans le film hein ^^ Justement Ford arrive en 65 et perd pour gagner en 66. Ok sur le fait que Ken Miles courrait dans la vrai vie

Garion a écrit: Ils glorifient Ford face à Ferrari.

Ha bon ? Dans ce film le patron et le management de Ford passent pour des rapaces et des crétins... alors qu'Enzo Ferrari est clairement montré comme un passionné

Garion a écrit: Ils sont plein d'inexactitudes historiques, voire même de mensonges.


Oui clairement par contre :o
Mais ce n'est pas le but du film qui ne veut pas être historique. Je trouve néanmoins que c'est un beau film sur les sports mécaniques (bien trop rare) qui donne envie de s'y intéresser si on est pas profane
J'ai beaucoup d'amis qui se sont mis aux sports mécaniques grâce à ce film 8-)
Quand on voit la bouse qu'est Michel Vaillant à coté...

Le vrai problème c'est que ce genre de film n'a pas de concurrence actuellement donc difficile de faire la fine bouche


:good
Cortese
dieu
 
Messages: 31715
Inscription: 23 Fév 2003, 20:32

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede FrosT le 30 Aoû 2020, 20:20

J'avoue que j'ai pas vu le film sur Lauda (j'avais trop peur d'être déçu) mais tout le monde dit qu'il est top apparemment

Sinon oui Grand Prix reste la référence je pense
Avatar de l'utilisateur
FrosT
 
Messages: 1275
Inscription: 15 Mar 2013, 19:41
Localisation: Paris/Lyon

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Cortese le 30 Aoû 2020, 20:22

Je l'ai déjà dit mais moi qui ai vécu l'époque (j'ai meme assisté à l'arrivée en direct des 24 heures 66 en allant chez un oncle qui avait une antenne capable capter les chaines espagnoles depuis Alger), d
epuis 1964 je lisais toutes les revues que je pouvais trouver, j'ai lu dès 1967 l'autobiographie de Shelby ("Cobra story", "Des Cobra au Ford du Mans" aux editions Marabout). Je me souviens meme du jour et de l'endroit où j'ai lu avec choc et tristesse le petit article de l'Equipe qui annonçait la mort de Ken Miles au volant de la légendaire Ford "J". Depuis j'ai lu tout ce que j'ai pu trouver en 54 ans sur le sujet, en particulier un bouquin en anglais que je recommande très vivement, "200 mph steamroller", écrit par un journaliste vétéran, BS Levy, qui raconte (de façon dissimulée il change les noms de Ford et de son staff, mais on reconnait à peu près tout le monde) l'épopée "Total Performance" de Ford, de 62 à 66 (un troisième tome devait sortir mais le mec est vieux) : un régal, ultra documenté, qui vous fait passer de l'hilarité au drame en passant par toutes les facettes de l'exaltation, raconté par un vrai "insider" qui connaissait personnellement la plupart des protagonistes du film ; et je vous garantis que pour l'essentiel c'est un TRES BON FILM. Compte tenu des contingences de la vie (ce que comprennent tous les adultes).
Dernière édition par Cortese le 30 Aoû 2020, 20:45, édité 1 fois.
Cortese
dieu
 
Messages: 31715
Inscription: 23 Fév 2003, 20:32

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede FrosT le 30 Aoû 2020, 20:25

Cortese a écrit:Je l'ai déjà dit mais moi qui ai vécu l'époque (j'ai meme assisté à l'arrivée en direct des 24 heures 66 en allant chez un oncle qui avait une antenne capable capter les chaines espagnoles depuis Alger). Depuis 1964 je lisais toutes les revues que je pouvais trouver, j'ai lu dès 1967 l'autobiographie de Shelby ("Cobra story", "Des Cobra au Ford du Mans" aux editions Marabout). Je me souviens meme du jour et de l'endroit où j'ai lu avec choc et tristesse le petit article de l'Equipe qui annonçait la mort de Ken Miles au volant de la légendaire Ford "J". Depuis j'ai lu tout ce que j'ai pu trouver en 54 ans sur le sujet, en particulier un bouquin en anglais que je recommande très vivement, "200 mph steamroller", écrit par un journaliste vétéran, BS Levy, qui raconte (de façon dissimulée il change les noms de Ford et de son staff, mais on reconnait à peu près tout le monde) l'épopée "Total Performance" de Ford, de 62 à 66 (un troisième tome devait sortir mais le mec est vieux) : un régal, ultra documenté, qui vous fait passer de l'hilarité au rdrame en passant par toutes les facettes de l'exaltation, raconté par un vrai "insider" qui connaissait personnellement la plupart des protagonistes du film ; et je vous garantis que pour l'essentiel c'est un TRES BON FILM. Compte tenu des contingences de la vie (ce que comprennent tous les adultes).


:o
Avatar de l'utilisateur
FrosT
 
Messages: 1275
Inscription: 15 Mar 2013, 19:41
Localisation: Paris/Lyon

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Cortese le 30 Aoû 2020, 20:51

Si je retourne à Alger je chercherai dans ma collection de "L'Automobile-Sport Mécanique" la page de présentation des équipages (le numéro de juin donc) : après avoir assisté à l'arrivée, ayant vu Miles et Hulme en tete pendant toute la durée de la retransmission, et n'ayant rien compris au regroupement final sur ligne, j'avais entouré au stylo-bille bleu les visages des vainqueurs Miles et Hulme ! C'était la seule fois de ma vie que je faisais ça, l'évènement était exceptionnel, extraordinaire ! Digne du débarquement sur Lune !!! Et c'érait faux !
Cortese
dieu
 
Messages: 31715
Inscription: 23 Fév 2003, 20:32

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede cétérouge le 30 Aoû 2020, 20:58

Ce qui est super révisionniste dans le Mans 66 c'est que la Ford GT40 est une voiture anglaise, conçue npar Lola. Il y a juste une phrase qui l'expédie.
cétérouge
 
Messages: 2302
Inscription: 24 Mar 2003, 04:58

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede DCP le 30 Aoû 2020, 21:33

C'est censé être un documentaire ou une fiction inspirée de faits réels, Le Mans 66 ?
« Par exemple, le football, on y joue dans des endroits spéciaux. Il devrait y avoir des terrains de guerre pour ceux qui aiment mourir en plein air. Ailleurs on danserait et on rirait » (Roger Nimier)
DCP
Romand historique
 
Messages: 24679
Inscription: 26 Fév 2003, 11:18

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Cortese le 30 Aoû 2020, 21:41

DCP a écrit:C'est censé être un documentaire ou une fiction inspirée de faits réels, Le Mans 66 ?


C'est une biographie romancée de Ken Miles. C'est pas les exemples qui manquent dans le genre !!! Tiens, par exemple, j'ai terminé hier (à regret tellement c'était captivant) le roman historique de Stefan Zweig consacré à Magellan.
Cortese
dieu
 
Messages: 31715
Inscription: 23 Fév 2003, 20:32

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Nuvo le 31 Aoû 2020, 09:54

Miles-Hulmes n'ont absolument pas dominé toute la course !
A l'expo du musée du Mans, il y a le classement heure par heure. C'est Gurney qui devait gagner, l'américain type GI.
Et McLaren-Amon ont été en tête toute une partie de la course.
Est-ce vraiment une volonté de laisser gagner McLaren le néo-zélandais ?
Où est-ce juste une erreur des mécanos pendant un ravitaillement qui a fait que Miles est passé en tête ?
Avatar de l'utilisateur
Nuvo
L'éternité et un jour
 
Messages: 16652
Inscription: 20 Fév 2003, 19:07

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Cortese le 31 Aoû 2020, 11:23

Nuvo a écrit:Miles-Hulmes n'ont absolument pas dominé toute la course !
A l'expo du musée du Mans, il y a le classement heure par heure. C'est Gurney qui devait gagner, l'américain type GI.
Et McLaren-Amon ont été en tête toute une partie de la course.
Est-ce vraiment une volonté de laisser gagner McLaren le néo-zélandais ?
Où est-ce juste une erreur des mécanos pendant un ravitaillement qui a fait que Miles est passé en tête ?


Tu devrais quand même lire ce que j'éc'ris Nuvo ! "ayant vu Miles et Hulme en tete pendant toute la durée de la retransmission", ça veut dire que je les ai vus en tete pendant toute la durée de retransmission à la télé de la dernière heure de course. Je ne sais pas si tu as connu ça mais il n'y avait en 1966 que deux chaines télé françaises, et Le Mans était retransmis en direct par tranches d'environ une heure de temps en temps (4 ou 5 en tout).
Cortese
dieu
 
Messages: 31715
Inscription: 23 Fév 2003, 20:32

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Nuvo le 31 Aoû 2020, 11:59

Cortese a écrit:
Nuvo a écrit:Miles-Hulmes n'ont absolument pas dominé toute la course !
A l'expo du musée du Mans, il y a le classement heure par heure. C'est Gurney qui devait gagner, l'américain type GI.
Et McLaren-Amon ont été en tête toute une partie de la course.
Est-ce vraiment une volonté de laisser gagner McLaren le néo-zélandais ?
Où est-ce juste une erreur des mécanos pendant un ravitaillement qui a fait que Miles est passé en tête ?


Tu devrais quand même lire ce que j'éc'ris Nuvo ! "ayant vu Miles et Hulme en tete pendant toute la durée de la retransmission", ça veut dire que je les ai vus en tete pendant toute la durée de retransmission à la télé de la dernière heure de course. Je ne sais pas si tu as connu ça mais il n'y avait en 1966 que deux chaines télé françaises, et Le Mans était retransmis en direct par tranches d'environ une heure de temps en temps (4 ou 5 en tout).


Eh bien Cortese je vais te poster ce soir le panneau de l'ACO qui montre qu'ils n'ont pas mené plus que McLaren-Amon et Gurney !
Déjà j'avais découvert que tout le film n'est qu'un tissu de mensonges et d'inventions, mais le tableau de l'ACO est un document direct !

Ils ont très bien pu se retrouver en tête sur la dernière heure à cause d'une erreur du stand Ford lors d'un ravitaillement avant midi et que Ford ait décidé de rendre la 1ère place à McLaren-Amon qui avait été bien plus longtemps en tête que Miles-Hulme.

Ici on en voit une partie

Image
Avatar de l'utilisateur
Nuvo
L'éternité et un jour
 
Messages: 16652
Inscription: 20 Fév 2003, 19:07

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede DCP le 31 Aoû 2020, 12:32

Cortese a écrit:
DCP a écrit:C'est censé être un documentaire ou une fiction inspirée de faits réels, Le Mans 66 ?


C'est une biographie romancée de Ken Miles. C'est pas les exemples qui manquent dans le genre !!! Tiens, par exemple, j'ai terminé hier (à regret tellement c'était captivant) le roman historique de Stefan Zweig consacré à Magellan.


J'ai failli l'acheter le livre sur Magellan, je vais peut-être me décider s'il est aussi bien que tu le dis. Sinon, si c'est une fiction, cela ne me gêne pas qu'ils prennent certaines libertés avec la "vérité" historique. (bon, je connais aussi rien de l'époque en question, donc je ne remarque pas non plus les erreurs, c'est peut-être aussi que cela me choque moins que certains ici... :wink: )
« Par exemple, le football, on y joue dans des endroits spéciaux. Il devrait y avoir des terrains de guerre pour ceux qui aiment mourir en plein air. Ailleurs on danserait et on rirait » (Roger Nimier)
DCP
Romand historique
 
Messages: 24679
Inscription: 26 Fév 2003, 11:18

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Cortese le 31 Aoû 2020, 13:04

DCP a écrit:
Cortese a écrit:
DCP a écrit:C'est censé être un documentaire ou une fiction inspirée de faits réels, Le Mans 66 ?


C'est une biographie romancée de Ken Miles. C'est pas les exemples qui manquent dans le genre !!! Tiens, par exemple, j'ai terminé hier (à regret tellement c'était captivant) le roman historique de Stefan Zweig consacré à Magellan.


J'ai failli l'acheter le livre sur Magellan, je vais peut-être me décider s'il est aussi bien que tu le dis. Sinon, si c'est une fiction, cela ne me gêne pas qu'ils prennent certaines libertés avec la "vérité" historique. (bon, je connais aussi rien de l'époque en question, donc je ne remarque pas non plus les erreurs, c'est peut-être aussi que cela me choque moins que certains ici... :wink: )


Ben l'auteur est parti (scrupuleusement apparemment) de la documentation existante (qui est assez séche, genre journal de bord) et il essaye de reconstituer le caractère et le cheminement psychologique du personnage face à des évenements qui vont du trivialement politique, commercial ou meme sexuel (il semble bien que ce soit la chasse aux femmes effrénées des européens dans les iles du Pacifique qui ait declenché le processus menant à leur perte) aux visions cosmographiques les plus vertigineuses, et c'est bien plus passionnant que les faits historiques dans leur sécheresse brute. En tout cas il y a un truc qui m'a bien fait marrer c'est que aussi bien dans le cas de Vasco de Gama que dans celui de Magellan, la première personne "civilisée" qu'ils rencontrent dans ces contrées aussi étranges pour eux que la planète Mars, ça soit des arabes ! Un Tunisien qui avait apostrophé Vasco en portugais à Calicut en Inde, et un musulman indeterminé aux Philippines pour Magellan (et qui s'était empressé de glisser un petit mot d'avertissement dans l'oreille du potentat local). C'était déjà une guerre mondiale en 1520 ! Je ne sais pas si les médias en ont parlé mais ça faisait 500 ans cette année que l'expédition de Magellan est partie de Séville, le détroit ayant été découvert en octobre.
Cortese
dieu
 
Messages: 31715
Inscription: 23 Fév 2003, 20:32

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Nuvo le 31 Aoû 2020, 14:12

Cortese a écrit:et c'est bien plus passionnant que les faits historiques dans leur sécheresse brute.


:eek:
Super mais alors, qu'est ce qui est vrai dans le film 1966 ?
Ken Miles était très doux et absolument pas colérique. Il a bien couru 1965, il n'était pas mis à pied.
Il n'a pas fait le meilleur tour en 1966. Et il n'a pas passé la ligne en tête.
Enzo Ferrari n'a jamais mis les pieds au Mans et en 66 elles ont abandonné très tôt.
La victoire a Daytona n'a pas été obtenu à l'arrache. Etc etc...

Ok le roman fait partie de l'humanité, de l'imagination, tout ça.
Mais si ça finit en cherry picking, où on met volontairement de côté des faits qui ne collent pas avec le beau roman qu'on s'est construit à coup de divagations et de souvenirs d'enfance approximatif... alors il faut clairement appeler ça de la fiction.
Avatar de l'utilisateur
Nuvo
L'éternité et un jour
 
Messages: 16652
Inscription: 20 Fév 2003, 19:07

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede DCP le 31 Aoû 2020, 14:22

Nuvo a écrit:
Cortese a écrit:et c'est bien plus passionnant que les faits historiques dans leur sécheresse brute.


:eek:
Super mais alors, qu'est ce qui est vrai dans le film 1966 ?
Ken Miles était très doux et absolument pas colérique. Il a bien couru 1965, il n'était pas mis à pied.
Il n'a pas fait le meilleur tour en 1966. Et il n'a pas passé la ligne en tête.
Enzo Ferrari n'a jamais mis les pieds au Mans et en 66 elles ont abandonné très tôt.
La victoire a Daytona n'a pas été obtenu à l'arrache. Etc etc...

Ok le roman fait partie de l'humanité, de l'imagination, tout ça.
Mais si ça finit en cherry picking, où on met volontairement de côté des faits qui ne collent pas avec le beau roman qu'on s'est construit à coup de divagations et de souvenirs d'enfance approximatif... alors il faut clairement appeler ça de la fiction.


Cortese écrivait cela sur le livre "Magellan" de Zweig.....je ne sais pas s'il pense la même chose du film: Le Man 66...
« Par exemple, le football, on y joue dans des endroits spéciaux. Il devrait y avoir des terrains de guerre pour ceux qui aiment mourir en plein air. Ailleurs on danserait et on rirait » (Roger Nimier)
DCP
Romand historique
 
Messages: 24679
Inscription: 26 Fév 2003, 11:18

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Rainier le 31 Aoû 2020, 14:52

Dans une des bandes annonces du film, on voit Shelby (je crois) en train de dire à un responsable de Ford qu'il faut aller chercher le meilleur pilote capable de gagner Le Mans : Ken Miles.
Dans la réalité, pas besoin d'aller chercher Miles puisqu'il faisait déjà partie de l'équipe ...

Quant au "meilleur pilote" ...Miles était un excellent pilote (vieillissant) mais quand même Hulme champion du Monde F1 1967, McLaren, Amon, Gurney !

Même la fiche Wikipedia de Ken Miles est erronée :

Miles passe la ligne d'arrivée légèrement en première place. Cependant, McLaren finit premier car lors du départ, son puits est plus loin derrière : ce qui lui cause un retard durant la course. Bien que Miles ait franchi la ligne d'arrivée en premier, la distance entre McLaren et lui lors de l'arrivée est inférieure à celle du départ, ce qui donne l'avantage à McLaren.

Non, c'est bien Bruce McLaren qui est passé en tête et qui logiquement a été déclaré vainqueur.

Image
la démocratie et la souveraineté nationale sont comme l’avers et le revers d’une même médaille.
Avatar de l'utilisateur
Rainier
 
Messages: 15772
Inscription: 26 Mar 2003, 22:46
Localisation: Guyancourt for ever

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Cortese le 31 Aoû 2020, 19:33

Ken Miles était chez Shelby bien avant l'aventure Ford, c'était le metteur au point de Shelby (d'ailleurs il se tue avec le prototype de la Ford MKIV), il était étroitement associé au projet Cobra puis GT40, ce qui n'était pas du tout le cas des pilotes de F1 pigistes Gurney (bon lui un peu moins) McLaren, Amon et Hulme, qui avaient vraiment autre chose à foutre qu'à tourner en rond pendant 24 Heures en suivant un plan de vol fastidieux. D'ailleurs tous les pilotes de F1 du monde disaient que Le Mans les faisait royalement chier (qu'on pense aux deux chiens fous Rindt et Gregory qui avaient en vain tenté d'achever un V12 Testa Rossa en 65 pour en finir au plus vite). Oui sur la ligne, Miles lève carrément le pied pour laisser passer McLaren, ce qui avait passablement contrarié les businessmen de Ford qui voulaient le "dead end" au moins pour la photo. L'histoire raconte un projet, faire gagner Ford, et ce projet, après les échecs initiaux, a été confié à Shelby, qui paraissait (à juste titre) l'Américain le plus qualifié. Et Shelby s'est appuyé sur ses hommes de confiance : Phil Remington et Ken Miles.
Maintenant si vous voulez encore voir des films sur la course automobile, vous avez intérêt à vous résigner à ce que les producteurs vous imposent un scénario, c'est la vie. Le cinéma sans scénario (et encore) ça existe, ça s'appelle un documentaire.
Cortese
dieu
 
Messages: 31715
Inscription: 23 Fév 2003, 20:32

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Nuvo le 31 Aoû 2020, 20:53

Alors, le tableau heure par heure était tellement grand que vous ne verriez rien...

Je résume :
Leader :
Gurney/Grant : 1, 2, 9, 14, 15, 17 (Ab 18e heure) = 6
Miles/Hulmes : 3, 4, 5, 7, 8, 10, 11, 12, 13, 22, 23 = 11
Rodriguez/Ginther : 6 (Ab 11e heure) = 1
McLaren/Amon : 16, 18, 19, 20, 21, 24 = 6

Dès la 10e heure, les trois Ford sont restées sur le podium dans des ordres différents.
Miles Hulmes ont dominé en étant 11 fois leader à la fin de l'heure, contre 6 aux deux autres.
Mais sur les 6 dernières heures, c'est McLaren-Hulmes qui ont été en tête le plus souvent.
Avatar de l'utilisateur
Nuvo
L'éternité et un jour
 
Messages: 16652
Inscription: 20 Fév 2003, 19:07

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Rainier le 01 Sep 2020, 09:33

Nuvo a écrit:Alors, le tableau heure par heure était tellement grand que vous ne verriez rien...

Je résume :
Leader :
Gurney/Grant : 1, 2, 9, 14, 15, 17 (Ab 18e heure) = 6
Miles/Hulmes : 3, 4, 5, 7, 8, 10, 11, 12, 13, 22, 23 = 11
Rodriguez/Ginther : 6 (Ab 11e heure) = 1
McLaren/Amon : 16, 18, 19, 20, 21, 24 = 6

Dès la 10e heure, les trois Ford sont restées sur le podium dans des ordres différents.
Miles Hulmes ont dominé en étant 11 fois leader à la fin de l'heure, contre 6 aux deux autres.
Mais sur les 6 dernières heures, c'est McLaren-Hulmes qui ont été en tête le plus souvent.



Il n'y avait qu'un seul Hulme ! :D

(Tiens, j'étais au Mans ce week-end, je ne t'ai pas vu ! Très jolie la partie ancienne et historique de la ville)
la démocratie et la souveraineté nationale sont comme l’avers et le revers d’une même médaille.
Avatar de l'utilisateur
Rainier
 
Messages: 15772
Inscription: 26 Mar 2003, 22:46
Localisation: Guyancourt for ever

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Nuvo le 01 Sep 2020, 11:24

Oui on a une magnifique muraille Gallo-romaine, une cité médiévale dite "Plantagenêt" et une cathédrale mi roman mi gothique dont les vitraux n'ont pas été détruit en 1789.
Avatar de l'utilisateur
Nuvo
L'éternité et un jour
 
Messages: 16652
Inscription: 20 Fév 2003, 19:07

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Rainier le 01 Sep 2020, 11:44

Nuvo a écrit:Oui on a une magnifique muraille Gallo-romaine, une cité médiévale dite "Plantagenêt" et une cathédrale mi roman mi gothique dont les vitraux n'ont pas été détruit en 1789.


On nous a présenté la cathédrale Saint Julien comme celle dont le chœur est le plus haut de France parmi les cathédrales ...intactes !
En effet, le chœur de ND de Paris a une hauteur de 35 m et celui du Mans est à 34 m :D
la démocratie et la souveraineté nationale sont comme l’avers et le revers d’une même médaille.
Avatar de l'utilisateur
Rainier
 
Messages: 15772
Inscription: 26 Mar 2003, 22:46
Localisation: Guyancourt for ever

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Rainier le 01 Sep 2020, 14:07

Cortese a écrit:McLaren, Amon et Hulme, qui avaient vraiment autre chose à foutre qu'à tourner en rond pendant 24 Heures en suivant un plan de vol fastidieux. D'ailleurs tous les pilotes de F1 du monde disaient que Le Mans les faisait royalement chier (qu'on pense aux deux chiens fous Rindt et Gregory qui avaient en vain tenté d'achever un V12 Testa Rossa en 65 pour en finir au plus vite).


Si c'était vraiment le cas, cela n'aurait pas été une attitude très professionnelle de la part d'Amon, McLaren et Hulme !
Chris Amon a quand même participé 8 fois aux 24 heures du Mans ...même si ça s"est terminé souvent très vite : 1969 abandon 1er tour suite à l'accident de John Woolfe / 1972 abandon au 1er tour sur Matra alors que les deux autres Matra font 1 et 2 !
Est ce que Matra et Ferrari auraient confié une voiture pour la gagne à un pilote aussi peu motivé ?
Bruce McLaren avait également disputé 8 fois les 24H du Mans.

Pour Rindt et Gregory en 1965, je ne me souviens pas qu'ils voulaient en finir au plus vite ! Probable pour Jochen Rindt qui allait faire le coup avec son Maserati V12 en F1, mais Masten Gregory avait disputé 16 fois Le Mans dont 6 fois pour le NART et Le Mans sera le sommet de sa carrière.

Par contre, en 1967 Gurney et Foyt avaient clairement déclaré qu'ils voulaient en finir au plus vite et le rôle de lièvre pendant 3 ou 4 heures leur convenait parfaitement.
Pour Foyt, 1967 aura été son unique participation. Veni vidi vici et pas returni !
la démocratie et la souveraineté nationale sont comme l’avers et le revers d’une même médaille.
Avatar de l'utilisateur
Rainier
 
Messages: 15772
Inscription: 26 Mar 2003, 22:46
Localisation: Guyancourt for ever

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Cortese le 01 Sep 2020, 14:37

Rainier a écrit:
Cortese a écrit:McLaren, Amon et Hulme, qui avaient vraiment autre chose à foutre qu'à tourner en rond pendant 24 Heures en suivant un plan de vol fastidieux. D'ailleurs tous les pilotes de F1 du monde disaient que Le Mans les faisait royalement chier (qu'on pense aux deux chiens fous Rindt et Gregory qui avaient en vain tenté d'achever un V12 Testa Rossa en 65 pour en finir au plus vite).


Si c'était vraiment le cas, cela n'aurait pas été une attitude très professionnelle de la part d'Amon, McLaren et Hulme !
Chris Amon a quand même participé 8 fois aux 24 heures du Mans ...même si ça s"est terminé souvent très vite : 1969 abandon 1er tour suite à l'accident de John Woolfe / 1972 abandon au 1er tour sur Matra alors que les deux autres Matra font 1 et 2 !
Est ce que Matra et Ferrari auraient confié une voiture pour la gagne à un pilote aussi peu motivé ?
Bruce McLaren avait également disputé 8 fois les 24H du Mans.

Pour Rindt et Gregory en 1965, je ne me souviens pas qu'ils voulaient en finir au plus vite ! Probable pour Jochen Rindt qui allait faire le coup avec son Maserati V12 en F1, mais Masten Gregory avait disputé 16 fois Le Mans dont 6 fois pour le NART et Le Mans sera le sommet de sa carrière.

Par contre, en 1967 Gurney et Foyt avaient clairement déclaré qu'ils voulaient en finir au plus vite et le rôle de lièvre pendant 3 ou 4 heures leur convenait parfaitement.
Pour Foyt, 1967 aura été son unique participation. Veni vidi vici et pas returni !


Mais enfin, on croirait que tu as l'âge de Nuvo ! Tu sais très bien qu'en 1966 la F1 ne te rendait pas millionnaire ! Les mecs étaient par contre de vrais professionnels (en général) : on leur donnait un boulot, même chiant, il le faisaient bien, surtout qu'à l'époque ça ne courait pas les rues, un constructeur comme Ford qui jetait joyeusement les dollars par la fenêtre ! Aussi bien Gurney que McLaren étaient positivement ravis d'être sous la fenêtre. A l'époque encore, on en était toujours à la bonne vieille stratégie du "lièvre", et comme Gurney était un des deux ou trois meilleurs pilotes du monde, il recevait systématiquement ce rôle là. Tu m'étonnes qu'il soit à chaque fois en tête ! Jusqu'aux premiers ennuis mécaniques, puisque lui n'avait pas à ménager sa monture, au contraire. Les pilotes de F1 étaient au Mans pour cravacher, point final. Sauf les pilotes à sang froid genre McLaren ou Trintignant, qui étaient dans le lot les rares pilotes de F1 vainqueurs potentiels. Quant à Rindt et Gregory tu me fais bien rire en imaginant une seconde qu'ils pouvaient faire une course d'attente ! Ces mecs ne connaissaient qu'une seule position de l'accélérateur : à fond à fond à fond. Mais il y avait 55 voitures au départ et il fallait quand meme trouver 110 pilotes (plus les réservistes) capables de conduire une voiture de course (même modeste) sur un des circuits les plus rapides et les plus dangereux au monde. Shelby lui-même racontait combien Le Mans faisait peur, en particulier le S de Maison-Blanche, dont il précisait que les nombreuses victimes étaient justement le "menu fretin" qui passait là complètement à fond, sans réserve de puissance pour corriger une éventuelle erreur de tir. C'était quitte ou double à chaque tour. Pour revenir à 1965, tu dois certainement connaitre cette légende du "troisième pilote" qui aurait pris subrepticement dans la nuit le volant de la Ferrari LM n° 21, vu que Rindt et Gregory étaient tout deux introuvables, sans doute partis se coucher. Leur moteur n'avait pas cassé mais ils avaient quand même détruit l'embrayage. La pauvre LM n'avait donc pas pu monter par ses propres moyens sur le camion-plateau pour son tour d'honneur. Ce qui rappelle une autre anecdote au sujet des pilotes de F1, en 1957 celle là, où Hawthorn et Collins faisaient équipe sur une 335S, très puissante (c'est son moteur qui a été repris en 1965 sur les P2 4 arbres pour faire face aux Ford). A un moment donné, Collins je crois abandonne la voiture sur les Hunaudières : embrayage grillé disait il en rentrant à pieds. Sauf qu'après l'arrivée, les mécanos ont été chercher la voiture et sont rentrés tranquillement avec ! Grosse colère du Commendatore qui avait accusé ses pilotes stars d'avoir délibérément tenté de bousiller la voiture pour en finir au plus vite avec la corvée (ce qui était d'ailleurs une pratique assez courante dans diverses circonstances, on faisait semblant de rater un double débrayage pour envoyer l'aiguille du compte-tours dans la zone des moteurs défunts).
Cortese
dieu
 
Messages: 31715
Inscription: 23 Fév 2003, 20:32

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Nuvo le 01 Sep 2020, 14:59

On doit en conclure quoi ? Que les pilotes avaient finalement peur de mourir au Mans ? Mais comment gagner avec des pilotes qui ont cette mentalité là ?
Rosberg a fait le coup à Peugeot en 1991. Autant dire que Todt ne l'a pas été reconduit en 1992.
Avatar de l'utilisateur
Nuvo
L'éternité et un jour
 
Messages: 16652
Inscription: 20 Fév 2003, 19:07

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Cortese le 01 Sep 2020, 16:45

Nuvo a écrit:On doit en conclure quoi ? Que les pilotes avaient finalement peur de mourir au Mans ? Mais comment gagner avec des pilotes qui ont cette mentalité là ?
Rosberg a fait le coup à Peugeot en 1991. Autant dire que Todt ne l'a pas été reconduit en 1992.


Je dis que les pilotes de F1 détestaient Le Mans, qui était une course ennuyeuse (et de surcroit dangereuse, oui, ce qui n'arrangeait pas leur envie d'y courir)et qu'il n'étaient généralement pas désignés comme vainqueurs par les team managers (puisque justement les plus rapides), mais qu'il le faisaient tout simplement pour l'argent, c'est pas compliqué quand même ! Quand des pilotes de F1 y gagnaient c'était par hasard ou chance (Gurney en 67). C'était une course pour "rouleurs" comme au Tour de France. Les team managers faisaient une estimation de la moyenne au tour des vainqueurs et désignaient un équipage suffisamment rapide mais pas trop, surtout régulier intelligent et prudent, pour la gagne, avec un lièvre confié à des pilotes de F1 et un autre équipage pour "couvrir". Lis le bouquin de Shelby quand il raconte sa victoire au Mans en 59, c'est très bien expliqué (et c'était le meilleur team manager de l'époque, John Wyer, qui était aux commandes chez Aston Martin. Pour finir, je ne parle pas de la période moderne, je parle de ce qui se passait il y a 50/60 ans !
Cortese
dieu
 
Messages: 31715
Inscription: 23 Fév 2003, 20:32

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Nuvo le 02 Sep 2020, 12:29

ok ok j'avais bien compris mais je trouve ça étrange.
Que la ligne droite des hunaudières soit ennuyeuse c'est possible. Encore qu'à 350kmh... mais il y avait déjà Indianapolis et surtout Maison Blanche, virage de gros coeur. Et ca sautait en haut du Dunlop.
Alors qu'est ce qui les ennuyait tant ?
Avatar de l'utilisateur
Nuvo
L'éternité et un jour
 
Messages: 16652
Inscription: 20 Fév 2003, 19:07

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Feyd le 02 Sep 2020, 14:00

L'ancien Le Mans, c'est un circuit que je trouve génial pour ma part (notamment la vidéo que j'ai déjà mise en ligne sur le circuit dans les années 60). L'actuel, je le trouve chiant, trop de virages inutiles et les chicanes dans les Hunaudières j'en parle même pas tellement elles ont tué l'esprit des 24h.
Avatar de l'utilisateur
Feyd
Harkonnen
 
Messages: 12364
Inscription: 01 Sep 2005, 18:35
Localisation: Giedi Prime

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Rainier le 02 Sep 2020, 14:19

Cortese a écrit:
Nuvo a écrit:On doit en conclure quoi ? Que les pilotes avaient finalement peur de mourir au Mans ? Mais comment gagner avec des pilotes qui ont cette mentalité là ?
Rosberg a fait le coup à Peugeot en 1991. Autant dire que Todt ne l'a pas été reconduit en 1992.


Je dis que les pilotes de F1 détestaient Le Mans, qui était une course ennuyeuse (et de surcroit dangereuse, oui, ce qui n'arrangeait pas leur envie d'y courir)et qu'il n'étaient généralement pas désignés comme vainqueurs par les team managers (puisque justement les plus rapides), mais qu'il le faisaient tout simplement pour l'argent, c'est pas compliqué quand même ! Quand des pilotes de F1 y gagnaient c'était par hasard ou chance (Gurney en 67). C'était une course pour "rouleurs" comme au Tour de France. Les team managers faisaient une estimation de la moyenne au tour des vainqueurs et désignaient un équipage suffisamment rapide mais pas trop, surtout régulier intelligent et prudent, pour la gagne, avec un lièvre confié à des pilotes de F1 et un autre équipage pour "couvrir". Lis le bouquin de Shelby quand il raconte sa victoire au Mans en 59, c'est très bien expliqué (et c'était le meilleur team manager de l'époque, John Wyer, qui était aux commandes chez Aston Martin. Pour finir, je ne parle pas de la période moderne, je parle de ce qui se passait il y a 50/60 ans !


En 1955, Moss et Hawthorn (et Fangio) n'avaient pas l'air de s'ennuyer ...avant l'accident.

Dans sa biographie, Mansell disait qu'il rêvait de faire les 24 heures du Mans au début des années 80"s mais que Colin Chapman le lui avait rigoureusement interdit : "c'est trop dangereux, il y a 20 bons pilotes et 90 semi amateurs"
Finalement, il y participera avec ses deux fils en 2010.
la démocratie et la souveraineté nationale sont comme l’avers et le revers d’une même médaille.
Avatar de l'utilisateur
Rainier
 
Messages: 15772
Inscription: 26 Mar 2003, 22:46
Localisation: Guyancourt for ever

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Maverick le 02 Sep 2020, 15:30

Feyd a écrit:L'ancien Le Mans, c'est un circuit que je trouve génial pour ma part (notamment la vidéo que j'ai déjà mise en ligne sur le circuit dans les années 60). L'actuel, je le trouve chiant, trop de virages inutiles et les chicanes dans les Hunaudières j'en parle même pas tellement elles ont tué l'esprit des 24h.
1mn de ligne droite à fond, c'est chiant quand même.
Image
Avatar de l'utilisateur
Maverick
Bête de sexe
 
Messages: 38363
Inscription: 22 Fév 2003, 00:02
Localisation: Dans ton cul !!

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Chris76 le 02 Sep 2020, 15:42

Maverick a écrit:
Feyd a écrit:L'ancien Le Mans, c'est un circuit que je trouve génial pour ma part (notamment la vidéo que j'ai déjà mise en ligne sur le circuit dans les années 60). L'actuel, je le trouve chiant, trop de virages inutiles et les chicanes dans les Hunaudières j'en parle même pas tellement elles ont tué l'esprit des 24h.
1mn de ligne droite à fond, c'est chiant quand même.


Surtout qu'avec les hybrides, ça ne change plus grand chose en terme de vitesse de pointe, les caisses plafonnent largement avant d'atteindre les chicanes, ou à qques km/h près.

Aujourd'hui, hormis générer qques accidents et stresser les freins, ça n'a plus guère d'intérêt au niveau sécurité. Allez p'têt juste garder un peu de température dans les freins...

RHE champion 2018 ! Go Dragons !

Image
Image
Avatar de l'utilisateur
Chris76
"Ça passait, c'était beau!"
 
Messages: 2798
Inscription: 14 Avr 2005, 21:03
Localisation: Rouen! Rouen! ici c'est Rouen!

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Nuvo le 02 Sep 2020, 15:44

Rainier a écrit:
Dans sa biographie, Mansell disait qu'il rêvait de faire les 24 heures du Mans au début des années 80"s mais que Colin Chapman le lui avait rigoureusement interdit : "c'est trop dangereux, il y a 20 bons pilotes et 90 semi amateurs"
Finalement, il y participera avec ses deux fils en 2010.


Et il a vite abandonné...
Heureusement que j'ai chopé son autographe. Alesi était là aussi. Je leur ai fait signer une photo de leur bourre à Suzuka 1994 ^^
Avatar de l'utilisateur
Nuvo
L'éternité et un jour
 
Messages: 16652
Inscription: 20 Fév 2003, 19:07

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Feyd le 02 Sep 2020, 15:58

Maverick a écrit:
Feyd a écrit:L'ancien Le Mans, c'est un circuit que je trouve génial pour ma part (notamment la vidéo que j'ai déjà mise en ligne sur le circuit dans les années 60). L'actuel, je le trouve chiant, trop de virages inutiles et les chicanes dans les Hunaudières j'en parle même pas tellement elles ont tué l'esprit des 24h.
1mn de ligne droite à fond, c'est chiant quand même.


Carrément pas. A 380 c'est un régal pour moi. Ca devait être sensationnel d'être au Mans dans les années 80 comme spectateurs dans la ligne droite.

Avatar de l'utilisateur
Feyd
Harkonnen
 
Messages: 12364
Inscription: 01 Sep 2005, 18:35
Localisation: Giedi Prime

Re: Cinéma : Le Mans 66

Messagede Cortese le 02 Sep 2020, 17:34

Rainier a écrit:
Cortese a écrit:
Nuvo a écrit:On doit en conclure quoi ? Que les pilotes avaient finalement peur de mourir au Mans ? Mais comment gagner avec des pilotes qui ont cette mentalité là ?
Rosberg a fait le coup à Peugeot en 1991. Autant dire que Todt ne l'a pas été reconduit en 1992.


Je dis que les pilotes de F1 détestaient Le Mans, qui était une course ennuyeuse (et de surcroit dangereuse, oui, ce qui n'arrangeait pas leur envie d'y courir)et qu'il n'étaient généralement pas désignés comme vainqueurs par les team managers (puisque justement les plus rapides), mais qu'il le faisaient tout simplement pour l'argent, c'est pas compliqué quand même ! Quand des pilotes de F1 y gagnaient c'était par hasard ou chance (Gurney en 67). C'était une course pour "rouleurs" comme au Tour de France. Les team managers faisaient une estimation de la moyenne au tour des vainqueurs et désignaient un équipage suffisamment rapide mais pas trop, surtout régulier intelligent et prudent, pour la gagne, avec un lièvre confié à des pilotes de F1 et un autre équipage pour "couvrir". Lis le bouquin de Shelby quand il raconte sa victoire au Mans en 59, c'est très bien expliqué (et c'était le meilleur team manager de l'époque, John Wyer, qui était aux commandes chez Aston Martin. Pour finir, je ne parle pas de la période moderne, je parle de ce qui se passait il y a 50/60 ans !


En 1955, Moss et Hawthorn (et Fangio) n'avaient pas l'air de s'ennuyer ...avant l'accident.



:roll:
Mais enfin ! Trois Jaguar contre trois Mercedes, un top pilote de F1 dans chaque lièvre (chargé de faire casser l'adversaire, donc d'y aller à fond sans ménager la mécanique), deux voitures en réserve qui suivent un tableau de marche rigoureux (c a d super chiantissime) donc un schéma hyper classique ! Juste que par un fait de coincidence extraordinaire, les disques de la Jaguar étaient compensés par l'aéro frein de la Mercedes, la technologie supérieure de la Mercedes compensait le déficit en cylindrée de la Mercedes, et la mince supériorité restante de la Jaguar en aéro était compensée par la supériorité de Fangio sur Hawthorn, résultat : match nul, fait rarissime au Mans.
Cortese
dieu
 
Messages: 31715
Inscription: 23 Fév 2003, 20:32

Suivante

Retourner vers Forum Sports mécaniques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Gator et 4 invités