La "constitution" européenne (analyse page 8)

Le salon francophone est dédié aux sujets n'ayant pas de lien avec la F1 ni autres sports mécaniques. C'est un salon pour se détendre en refaisant le monde.

Modérateurs: sheon, Nicklaus

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede denim le 19 Avr 2015, 20:29

on les laisse faire,ils ne vont pas s'en priver.
"quand de-Gaulle ne sera plus là,il sera encore là".
Avatar de l'utilisateur
denim
 
Messages: 24787
Inscription: 29 Nov 2003, 12:51

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede denim le 20 Avr 2015, 15:52

dans le même registre à propos de l'UE.

Un sommet européen pourrait dès la fin de la semaine permettre d'évoquer la question du partage équitable de l'accueil des migrants entre les 28 États membres. :roll: :roll: :roll: :roll:


je leur propose d'aller les "loger" au parlement européen...ils ont de la place.
"quand de-Gaulle ne sera plus là,il sera encore là".
Avatar de l'utilisateur
denim
 
Messages: 24787
Inscription: 29 Nov 2003, 12:51

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede denim le 20 Avr 2015, 17:44

apparemment,tout ne tient qu'à un fil dans la zone euro... :roll:

Image

non mais putain j'en ai marre...mais qu'est ce que c'est que ce bordel ??
mais ils nous prennent pour qui et pour quoi ???
"quand de-Gaulle ne sera plus là,il sera encore là".
Avatar de l'utilisateur
denim
 
Messages: 24787
Inscription: 29 Nov 2003, 12:51

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Maverick le 20 Avr 2015, 19:44

C'est qui ?
Image
Avatar de l'utilisateur
Maverick
Bête de sexe
 
Messages: 36824
Inscription: 21 Fév 2003, 23:02
Localisation: Dans ton cul !!

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede denim le 20 Avr 2015, 20:08

Eléna Boschi...la nouvelle ministre italienne pour la "réforme constitutionnelle"...du gouvernement Renzi.

de face,sans la ficelle...
Image

en fin de compte c'était un "photo montage"...
Image

j'avais un petit doute sur la "ligne" très,trop parfaite au niveau de la ceinture.
"quand de-Gaulle ne sera plus là,il sera encore là".
Avatar de l'utilisateur
denim
 
Messages: 24787
Inscription: 29 Nov 2003, 12:51

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede bravonadir le 20 Avr 2015, 20:13

En tapant dans google string+matteo+renzi, on devrait avoir la réponse.

http://www.elle.fr/Societe/News/Le-phot ... ne-2693687
Lorsque les gens vivent pour les autres, chaque sourire reçu a la valeur d'une fleur.
Avatar de l'utilisateur
bravonadir
 
Messages: 870
Inscription: 08 Mar 2015, 23:31

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Cortese le 21 Avr 2015, 07:39

Moi ce qui m'a fait douter c'est les regards. Un self control de ce niveau ça n'existe qu'au temple de Shaolin.
Avatar de l'utilisateur
Cortese
dieu
 
Messages: 30248
Inscription: 23 Fév 2003, 19:32

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Shoemaker le 11 Mai 2015, 09:47

Sapir, à propos du cas Mélenchon et de la question de la souveraineté, suite à son nouveau livre sur l'Allemagne.

http://russeurope.hypotheses.org/3803
"c'est quoi le blues". Toujours les mêmes histoires, celles qui font vaciller les mondes et les empires.
John Lee Hooker
Shoemaker
OTAN delenda est
 
Messages: 18824
Inscription: 24 Nov 2003, 11:11
Localisation: Out of Africa

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Shoemaker le 27 Mai 2015, 13:39

Pour faire avancer le débat sur la sortie de l'Euro (et de l'UE)

http://www.les-crises.fr/sortir-de-leur ... ues-sapir/
"c'est quoi le blues". Toujours les mêmes histoires, celles qui font vaciller les mondes et les empires.
John Lee Hooker
Shoemaker
OTAN delenda est
 
Messages: 18824
Inscription: 24 Nov 2003, 11:11
Localisation: Out of Africa

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede denim le 27 Mai 2015, 16:56

je suis curieux de voir ce que cela va donner avec le nouveau parti en Espagne,dont Podemos fait parti...
"quand de-Gaulle ne sera plus là,il sera encore là".
Avatar de l'utilisateur
denim
 
Messages: 24787
Inscription: 29 Nov 2003, 12:51


Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Nicklaus le 29 Mai 2015, 07:25

Ca existe encore le MRC ? Et Chevénement est encore de ce monde ? :eek: Il a ressuscité avec 2 ans d'avance. :lol:
Image
Il va sûrement revenir...sûrement.
http://fr.twitch.tv/nicklaus1980
Avatar de l'utilisateur
Nicklaus
Je vous emmerde et je rentre à ma maison
 
Messages: 56278
Inscription: 21 Fév 2003, 08:19
Localisation: North Park

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Shoemaker le 29 Mai 2015, 08:17

En tout cas, Phillipot sait que le Che existe : il n'arrête pas de lui piquer ses idées... :D
"c'est quoi le blues". Toujours les mêmes histoires, celles qui font vaciller les mondes et les empires.
John Lee Hooker
Shoemaker
OTAN delenda est
 
Messages: 18824
Inscription: 24 Nov 2003, 11:11
Localisation: Out of Africa

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Nicklaus le 29 Mai 2015, 09:50

T'as aussi un poster de Phillipot ?
Image
Il va sûrement revenir...sûrement.
http://fr.twitch.tv/nicklaus1980
Avatar de l'utilisateur
Nicklaus
Je vous emmerde et je rentre à ma maison
 
Messages: 56278
Inscription: 21 Fév 2003, 08:19
Localisation: North Park

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Aym le 29 Mai 2015, 09:55

Oui, il te l'a dit dans son mp il y a 3 semaines.
L'informatique n'est pas une science exacte, on n'est jamais à l'abri d'un succès
Avatar de l'utilisateur
Aym
papaquintintien
 
Messages: 25710
Inscription: 18 Fév 2003, 18:05
Localisation: Toulouse

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Shoemaker le 29 Mai 2015, 10:19

:lol:
"c'est quoi le blues". Toujours les mêmes histoires, celles qui font vaciller les mondes et les empires.
John Lee Hooker
Shoemaker
OTAN delenda est
 
Messages: 18824
Inscription: 24 Nov 2003, 11:11
Localisation: Out of Africa

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede DCP le 29 Mai 2015, 12:06

:D :lol:
« Par exemple, le football, on y joue dans des endroits spéciaux. Il devrait y avoir des terrains de guerre pour ceux qui aiment mourir en plein air. Ailleurs on danserait et on rirait » (Roger Nimier)
DCP
Romand historique
 
Messages: 23514
Inscription: 26 Fév 2003, 10:18

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede denim le 30 Mai 2015, 20:39

arf...on a oublié de fêter la merveilleuse aventure EUROPEENNE que de formidables politiciens français nous ont tant vanté.

Image
"quand de-Gaulle ne sera plus là,il sera encore là".
Avatar de l'utilisateur
denim
 
Messages: 24787
Inscription: 29 Nov 2003, 12:51

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede denim le 07 Juin 2015, 13:05

c'est fou comme on peut s'amuser au parlement Européen...vraiment,ça met du baume au coeur.
https://www.youtube.com/watch?v=XPgiI46FCDU&feature=youtu.be

on pourrait même y voir une certaine ressemblance avec des personnes ayant existé en URSS...Eltsine ??? espérons que l'UE ait la même façon de finir qu'a eu l'URSS,même si pour cette dernière ce sont surtout Gorbatchev et Eltsine qui l'ont laissé sombrer,car elle aurait pu encore être viable suffit d'y mettre les bonnes personnes.
"quand de-Gaulle ne sera plus là,il sera encore là".
Avatar de l'utilisateur
denim
 
Messages: 24787
Inscription: 29 Nov 2003, 12:51

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Shoemaker le 08 Juin 2015, 14:36

L'Europe, l'Euro, le FN, les partis... Toujours passionnant et lumineux, Frédéric Lordon.
Les commentaires apportent de la solide contradiction. C'est d'un autre niveau que l'Immonde ou Labérration ! (Libérafion aussi est bon ! :lol: )

http://blog.mondediplo.net/2015-06-01-L ... o-possible
"c'est quoi le blues". Toujours les mêmes histoires, celles qui font vaciller les mondes et les empires.
John Lee Hooker
Shoemaker
OTAN delenda est
 
Messages: 18824
Inscription: 24 Nov 2003, 11:11
Localisation: Out of Africa

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede denim le 08 Juin 2015, 15:39

hier je suis tombé sur une courte mise en bouche d'Angéla Merkel lors de l'ouverture du G7 en Autriche.
y avait Obama à ses côtés...

"il est vrai qu'on a eu quelques divergences avec les américains(à propos de l'espionnage de son portable entres autres)...mais les américains sont nos amis". :D

MOUAAAAAAH !!!!
mais qu'est ce que c'est que ces guignols ??? vraiment des figures de foutre...

par contre ils vont continuer les "sanctions" contre le gouvernement Russe,ah ben tiens,c'est le prix Nobel de la paix 2014 qui le leur a fait comprendre.
et l'autre gourde se fait enculer jusqu'à la garde et elle continue à faire chier Poutine...je me demande si on a vraiment des chefs d'états ou des débiles profonds en place.
"quand de-Gaulle ne sera plus là,il sera encore là".
Avatar de l'utilisateur
denim
 
Messages: 24787
Inscription: 29 Nov 2003, 12:51

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Hugues le 27 Oct 2017, 14:59

La fin est un peu un globiboulga informe, mais c'est plutôt une bonne lecture:
http://www.slate.fr/story/152951/seguin-remords-droite-ou-remords-republique

Hugues
Hugues
 

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Waddle le 27 Oct 2017, 15:24

Hugues a écrit:La fin est un peu un globiboulga informe, mais c'est plutôt une bonne lecture:
http://www.slate.fr/story/152951/seguin-remords-droite-ou-remords-republique

Hugues

:good

Je n'ai rien compris à la fin non plus.
"La citoyenneté réduite au droit du sang consiste à dire que la République est génétique et non pas spirituelle", Waddle, 2013.

Mon blog
Avatar de l'utilisateur
Waddle
Enculeur de moucheS
 
Messages: 22007
Inscription: 10 Mai 2003, 17:05

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Shoemaker le 22 Mai 2018, 10:26

Je ne sais pas trop où mettre cet article qui parle de la crise de la SNCF en particulier, et surtout de l'Europe en général.
Un très bon résumé de la situation, comme qui dirait...
A lire ! (c'est un peu long, mais facile à lire et passionnant)

Publié le 20 Mai 2018 par Descartes
Pourquoi les cheminots ne peuvent pas gagner
C’est très triste à dire, mais les cheminots – et la société avec eux – ont perdu leur combat. C’est d’autant plus triste que les syndicats ont mené ce combat avec intelligence, trouvant un mode d’action original, évitant les débordements, et qu’ils ont su malgré la partialité d’un système médiatique tout acquis au gouvernement éviter de se mettre à dos les usagers.

Mais il n’en reste pas moins que la défaite est là. Et elle n’est pas syndicale, mais politique. Les cheminots vont être battus parce qu’ils n’ont aucun relais politique pour remettre en cause cette logique qui sous-tend la transformation du transport ferroviaire, celle de l’ouverture à la concurrence « libre et non faussée » dans la logique des traités européens. L’ouverture à la concurrence du rail, déjà acquise dans le fret, sera étendue au transport de passagers. L’accord est signé et paraphé, il n’y a plus rien à discuter. Et l’ conditionne tout le reste : la fin du statut, le dépeçage de l’opérateur national, la fin des lignes non rentables.

On ne peut pas en même temps vouloir la logique européenne et en refuser les conséquences. Or, dans le champ politique, personne ne rejette vraiment cette logique. Certains d’entre vous seront étonnés par cette affirmation, alors que s’exprime à gauche, du PCF aux Insoumis en passant par les socialistes – ou ce qui en reste – une critique permanente de « l’Europe néolibérale ». Le problème, c’est que tout ça ce n’est que des paroles qui ne coûtent rien à personne, et qui coûtent d’autant moins que tout ce beau monde est dans l’opposition. La véritable question est celle-ci : Si ces gens-là étaient au gouvernement aujourd’hui, seraient-ils prêts à renier la logique même de la construction européenne, cette logique dont la politique du gouvernement Macron – en pleine continuité avec celles des gouvernements qui l’ont précédé – n’est que la déclinaison ?

Personnellement, j’en doute. Et j’en doute parce que ces gens-là ont déjà eu leur opportunité de nous prouver de quoi ils étaient capables. La concurrence sur le rail et son corollaire, la privatisation des services ferroviaires, n’a pas commencé hier. C’est l’aboutissement d’une très longue histoire, émaillée de décisions dans lesquelles ont joué un rôle qui est loin d’être négligeable certains de ceux dont les voix se lèvent aujourd’hui pour condamner la politique du gouvernement. C’est pourquoi je me méfie de ceux qui appellent aujourd’hui à « faire la fête à Macron » mais qui ont par le passé soutenu la logique qui conduit aujourd’hui à l’abandon du statut, le dépeçage et la privatisation de la SNCF, toutes choses qui sont la conséquence logique des décisions prises bien avant que Macron n’entre en politique.

Rappelons, pour commencer, que le premier « paquet ferroviaire » - on en est au quatrième - de la Commission européenne, prévoyant l’ouverture de la concurrence sur le fret, et qui à cet effet organise le dépeçage de la SNCF en séparant les activités d’infrastructure de celles de transport, a été négocié à partir de 1998 et signé en 2001. C’est donc le gouvernement de la « gauche plurielle », au pouvoir depuis mai 1997, qui a conduit la négociation et qui a apposé sa signature au pied des directives européennes. Rappelons qu’à la date de signature du « paquet » ce gouvernement était dirigé par un socialiste (Lionel Jospin), que le ministre des transports était communiste (Jean-Claude Gayssot), que Jean-Luc Mélenchon en était ministre (de l’enseignement professionnel), que les Verts avaient aussi des ministres (1). Et qu’on dit toutes ces personnalités lorsque le « paquet » fut signé ? Ont-ils rendu leurs portefeuilles ? Ont-ils déposé une motion de censure ? Ont-ils même exprimé leur opposition et appelé à manifester ? Non. Personne, ni les hommes ni es organisations n’ont jugé que la question méritait une prise de position forte, qu’elle était politiquement significative. Toutes ces personnalités, toutes ces organisations s’y sont accommodées, tout comme elles se sont accommodées à l’ensemble des remises en cause des services publics associées à d’autres « paquets » européens, comme la privatisation de France Telecom, ou du démarrage de l’ouverture à la concurrence de l’électricité et du gaz, décidé au sommet de Barcelone de 2002.

Tout cela conduit à relativiser fortement les cris d’orfraie qu’on entend aujourd’hui venant de ces quartiers. Car l’expérience montre qu’il y a une certaine distance entre le discours qu’on tient lorsqu’on est dans l’opposition et les actes qu’on accomplit – ou qu’on laisse s’accomplir – lorsqu’on est au pouvoir. Et, la véritable question n’est pas de savoir si Mélenchon, Laurent, Hamon ou Faure sont contre la privatisation du transport ferroviaire lorsqu’ils sont dans l’opposition, mais ce qu’ils feraient s’ils étaient aujourd’hui aux commandes. Refuseraient-ils de mettre en œuvre les traités et les directives qu’ils ont eux-mêmes approuvés hier ? Auraient-ils le courage d’ouvrir une crise européenne majeure, et la compétence pour piloter la France à travers la tempête ?

Je ne le crois pas un instant. Je pense au contraire qu’on assisterait à l’une de ces palynodies auxquelles la gauche nous a habitués depuis fort longtemps, consistant à essayer de nous expliquer que le blanc est noir, que le traité de Maastricht est un « compromis de gauche », que la privatisation de France Télécom est un progrès pour les travailleurs et qu’on éliminera le chômage à coups de « loi travail » (vous noterez d'ailleurs que lorsque les gens se révoltent, les politiques expliquent que c'est un "défaut d'explication"). Est-ce que l’homme qui défendait le « tournant de la rigueur » et qui tançait les sénateurs communistes opposés au traité de Maastricht est le même homme qui aujourd’hui nous parle de « sortir des traités européens » et des « politiques austéritaires » ? Oui, c’est le même homme. Demain, s’il était au pouvoir, quel serait son discours ?

Je suis prêt à parier que si demain Mélenchon, Faure, Hamon ou Laurent accédaient au pouvoir, ils feraient à quelques détails près la même politique économique et sociale que fait le gouvernement actuel. Et en disant cela, je ne leur fait pas seulement un procès d’intention : ce n’est pas seulement leur volonté, mais leur capacité que je mets en cause. Car s’il est facile de parler de ruptures, c’est bien plus difficile de les penser et de les mettre en œuvre, surtout dans un pays traumatisé par trente ans de fausses promesses qui aboutissent chaque fois à la politique du chien crevé au fil de l’eau. Ce qui a fait la puissance des institutions européennes, c’est la capacité de proposer aux politiques ce qui apparaît à chaque fois comme la solution du moindre effort immédiat – quitte à reporter les choses difficiles à un horizon lointain, par exemple, après la prochaine élection. Avec cette méthode, l’Union européenne a réussi à déshabituer les hommes politiques de toute réflexion sérieuse. C’est une variante du « signez en bas, on s’occupe du reste ». Au point que la réponse naturelle de tout homme politique confronté à un problème sérieux est « ce problème doit être traité au niveau européen » - ce qui implicitement suppose que le problème soit traité par d’autres.

Pour la première fois peut-être dans l’histoire de France nous sommes dirigés par une génération qui n’a jamais eu à penser. Les générations précédentes ont toutes vécu des situations ou tout s’effondrait, ou tout était à réinventer. Où la décision du politique était finale, et mettait en balance la vie ou la mort de la nation. Il faut lire les mémoires des politiques ou des administrateurs qui ont eu à diriger le pays pendant la guerre de 1914-18, pendant la crise de 1929, pendant la deuxième guerre mondiale et la Libération. On y retrouve une gravité, un sens de la tragédie qui échappe complètement aux politiciens de notre temps, plus portés à faire de la politique « festive ». Mais surtout, on y trouve une capacité de réflexion et d’invention face à une situation nouvelle. Aujourd’hui, cette capacité a largement disparu. La béquille « européenne » a servi comme prétexte pour ne pas y penser. Combien de hauts fonctionnaires y a-t-il à Bercy qui réfléchissent à la préparation d’une politique monétaire au cas où l’Euro s’effondrerait ? Combien de partis politiques réfléchissent à ce qu’on ferait pour recoller notre droit au cas où il se révélerait nécessaire de sortir de l’UE ?

Pour mettre une politique en œuvre, il faut d’abord être capable de la penser. Or, notre caste politico-administrative est incapable de penser le monde autrement qu’il ne l’est. Oh, bien sûr, une partie d’elle surtout à gauche professe de rejeter le monde tel qu’il est. Mais elle est incapable de nous décrire d’une manière réaliste et rationnelle le monde tel qu’il devrait être. Les « Insoumis » croient toujours que la désobéissance est une politique. Ils nous expliquent qu’il faut en finir avec le régime de la Vème République, mais se refusent à expliquer le fonctionnement des institutions qu’ils voudraient mettre à la place. Ils proposent de « rompre avec les traités européens » mais sans sortir de l’UE ou de l’Euro. Ils proposent de rompre avec la logique du marché, mais ne proposent aucun mécanisme de régulation pour le remplacer.

Gouverner une nation, ce n’est pas le même métier que de diriger une municipalité où un Conseil régional. Le maire ou le président du conseil régional ne dirigent que dans un cadre fixé par les lois, et peuvent compter en cas de crise avec l’aide de l’Etat central. Celui qui dirige une nation est seul dans le monde, car comme disait mongénéral, la nation n’a pas d’amis, elle n’a que des intérêts. Or, nos dirigeants sont intellectuellement des maires et des conseillers régionaux. La soumission à l’Europe leur va donc comme un gant. Et c’est pour cela qu’on ne peut croire un instant qu’ils feront autre chose demain que ce qu’ils font depuis trente ans : suivre en catimini les diktats européens quand ils sont au pouvoir, et faire du scandale quand ils sont dans l’opposition. C’est cela qui explique la continuité parfaite des politiques publiques quel que soit le gouvernement du jour. On le voit bien d’ailleurs : depuis trente ans, gauche et droite ont alterné au pouvoir dans différentes configurations. Seriez-vous capable de me donner un exemple, un seul, ou la privatisation de nos services publics et de leur mise en concurrence ait reculé ? Pas un seul ? Non, bien sûr que non. Quel que soit le gouvernement, on va toujours vers la même direction, celle de la libéralisation et la privatisation. La seule chose qui change, c’est la vitesse.

Peut-être l’exemple le plus intéressant de cette incapacité à penser une autre politique est celui des concessions hydroélectriques. En France, l’énergie des rivières appartient à l’Etat. Celle-ci est concédée à des exploitants qui construisent les barrages et les exploitent. Après 1945, c’est EDF qui a récupéré la très grande majorité des barrages. Ces concessions – qui ont des durées longues, de l’ordre de 70 ans – arrivent maintenant à échéance, et doivent donc être renouvelées. Or, la libéralisation du secteur de l’électricité rend obligatoire un renouvellement par mise en concurrence, et la Commission européenne exige qu’EDF ne puisse prétendre à une majorité des concessions les plus intéressantes… A ces exigences, l’ensemble des groupes politiques est opposé. Tous les gouvernements depuis quinze ans font obstruction au processus, ce qui vaudra bientôt à la France une procédure d’infraction. Mais personne n’ose dire « non » publiquement et ouvrir un conflit avec l’Union européenne, parce que personne n’est capable de penser une alternative.

Voilà pourquoi le mouvement des cheminots est condamné. Cela n’exclut pas une victoire temporaire, qui permettra de retarder l’inévitable quelques années encore. On reportera peut-être la mise en concurrence et la fin du recrutement au statut de quelques années. On promettra de « sanctuariser » la SNCF en affirmant son « incessibilité », promesse qui, comme le montrent les exemples de France Telecom (2) ou de GDF (3), n’engagera que ceux qui y croiront. Mais in fine, le résultat sera le même : la fin du service public du rail. Comme on a vu la fin du service public des télécommunications, la fin du service public du crédit, la fin du service public de l’assurance, la fin du service public de l’électricité…

Il ne faut pas se faire des illusions. Nous avons adhéré du temps de l’Acte unique et du traité de Maastricht à un projet supranational, avec des pays qui ont une tradition politique et administrative qui est totalement différente à la nôtre, ou la notion de « service public » n’existe pas. Je ne dis pas que notre tradition soit meilleure, ou qu’elle soit moins bonne. Elle est différente. Or, dans cette Europe supranationale c’est la vision majoritaire qui s’impose et qui continuera à s’imposer, même si « l’autre Europe » que certains appellent de leurs vœux voyait le jour. Ceux qui invoquent un projet européen feraient bien de se poser cette question fondamentale : sommes-nous prêts, au nom de la construction européenne, à adopter dans tous les domaines une vision politique, administrative, philosophique même qui nous est étrangère ? Le jeu vaut-il la chandelle ? Personnellement, je ne le pense pas. Mais ceux qui le pensent devraient assumer les conséquences de leur position, et cesser de faire semblant de croire que l’Europe fédérale et le statut des cheminots pourraient être compatibles.



Descartes
"c'est quoi le blues". Toujours les mêmes histoires, celles qui font vaciller les mondes et les empires.
John Lee Hooker
Shoemaker
OTAN delenda est
 
Messages: 18824
Inscription: 24 Nov 2003, 11:11
Localisation: Out of Africa

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Hugues le 25 Mai 2018, 11:54


https://www.rtbf.be/info/economie/detail_l-ue-pourra-conclure-ses-prochains-accords-commerciaux-sans-parlements-nationaux

:good :roll: :pasrond:

Hugues
Hugues
 

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede DCP le 10 Aoû 2018, 13:15

La Commission européenne se soucie du bien-être de ses citoyens, elle lance même une vaste consultation au sujet de la suppression (ou non) de l'heure d'été.
https://ec.europa.eu/eusurvey/runner/20 ... anguage=FR
« Par exemple, le football, on y joue dans des endroits spéciaux. Il devrait y avoir des terrains de guerre pour ceux qui aiment mourir en plein air. Ailleurs on danserait et on rirait » (Roger Nimier)
DCP
Romand historique
 
Messages: 23514
Inscription: 26 Fév 2003, 10:18

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Marlaga le 10 Aoû 2018, 13:21

DCP a écrit:La Commission européenne se soucie du bien-être de ses citoyens, elle lance même une vaste consultation au sujet de la suppression (ou non) de l'heure d'été.
https://ec.europa.eu/eusurvey/runner/20 ... anguage=FR


Enfin les sujets de fond ! On peut bouffer du glyphosate et du boeuf aux hormones américain mais en ayant un sommeil régulier.
Avatar de l'utilisateur
Marlaga
 
Messages: 20963
Inscription: 12 Mar 2007, 08:45

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede sccc le 10 Aoû 2018, 20:04

Ils scient la branche sur laquelle ils sont assis et quand elle commence à osciller ils redoublent d’effort.
scc
THE ITALIAN GUY...
"...elles donnent beaucoup de lait vos chèvres mon brave? Les blanches donnent beaucoup de lait...et les noirrres aussi..."
Avatar de l'utilisateur
sccc
 
Messages: 19246
Inscription: 22 Fév 2003, 18:32
Localisation: Belgique

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Porcaro56 le 10 Aoû 2018, 20:28

DCP a écrit:La Commission européenne se soucie du bien-être de ses citoyens, elle lance même une vaste consultation au sujet de la suppression (ou non) de l'heure d'été.
https://ec.europa.eu/eusurvey/runner/20 ... anguage=FR

C est une bonne idée democratique
Avatar de l'utilisateur
Porcaro56
 
Messages: 1471
Inscription: 15 Oct 2017, 15:38
Localisation: france

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede sccc le 10 Aoû 2018, 20:35

Tu devrais être banni à vie. Ça ce serait une bonne idée.
scc
THE ITALIAN GUY...
"...elles donnent beaucoup de lait vos chèvres mon brave? Les blanches donnent beaucoup de lait...et les noirrres aussi..."
Avatar de l'utilisateur
sccc
 
Messages: 19246
Inscription: 22 Fév 2003, 18:32
Localisation: Belgique

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Nicklaus le 11 Aoû 2018, 16:14

DCP a écrit:La Commission européenne se soucie du bien-être de ses citoyens, elle lance même une vaste consultation au sujet de la suppression (ou non) de l'heure d'été.
https://ec.europa.eu/eusurvey/runner/20 ... anguage=FR

Génial, on va demander leur avis aux gens qui sont bêtes comme leurs pieds et qui voudront l'heure d'été toute l'année parce qu'il y a été dedans.
Image
Il va sûrement revenir...sûrement.
http://fr.twitch.tv/nicklaus1980
Avatar de l'utilisateur
Nicklaus
Je vous emmerde et je rentre à ma maison
 
Messages: 56278
Inscription: 21 Fév 2003, 08:19
Localisation: North Park

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Shoemaker le 11 Aoû 2018, 16:22

:lol:
"c'est quoi le blues". Toujours les mêmes histoires, celles qui font vaciller les mondes et les empires.
John Lee Hooker
Shoemaker
OTAN delenda est
 
Messages: 18824
Inscription: 24 Nov 2003, 11:11
Localisation: Out of Africa

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Stéphane le 11 Aoû 2018, 16:30

Les même qui vont commencer à râler dans 15 jours parce que le soleil se lève déjà tard...

J'ai répondu à l'enquète sinon, ça fait bien un mois. Les journalistes sont au taquet, encore une fois.
Ouais_supère a écrit:Stef, t'es chiant
Stéphane
Le.
 
Messages: 44192
Inscription: 16 Déc 2004, 22:19

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Maschum le 11 Aoû 2018, 16:31

Nicklaus a écrit:
DCP a écrit:La Commission européenne se soucie du bien-être de ses citoyens, elle lance même une vaste consultation au sujet de la suppression (ou non) de l'heure d'été.
https://ec.europa.eu/eusurvey/runner/20 ... anguage=FR

Génial, on va demander leur avis aux gens qui sont bêtes comme leurs pieds et qui voudront l'heure d'été toute l'année parce qu'il y a été dedans.


Ceci dit, toi tu voterais contre car t'aimes pas l'été #spock :-P

C'est un peu la limite des consultations et référendum.


Perso j'aime bien les changements d'heure. 8-)
Avatar de l'utilisateur
Maschum
*sous avertissement*
 
Messages: 21380
Inscription: 24 Fév 2003, 13:41
Localisation: Tape dans les mains si tu lis ça

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Maschum le 11 Aoû 2018, 16:33

Si on pouvait féter Noel et le nouvel an l'été, aussi, ce serait cool.

Niveau parité, je suis assez mécontent que ce soit toujours l'hémisphère sud qui a droit à ça. On pourrait alterner. Ca me manque ^^
On l'entend pas, Marlène Schiappa, là-dessus, hein.
Avatar de l'utilisateur
Maschum
*sous avertissement*
 
Messages: 21380
Inscription: 24 Fév 2003, 13:41
Localisation: Tape dans les mains si tu lis ça

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede sheon le 12 Aoû 2018, 20:30

Heure d'été, heure d'hiver...
Moi je propose une heure non-binaire, entre les deux 8-)
Donnez une Ferrari à Leclerc et on n'en parle plus.
Avatar de l'utilisateur
sheon
Léon Raoul
 
Messages: 18713
Inscription: 03 Juin 2010, 15:55
Localisation: Dans les nuages.

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Marlaga le 13 Aoû 2018, 09:01

sheon a écrit:Heure d'été, heure d'hiver...
Moi je propose une heure non-binaire, entre les deux 8-)


Tu veux dire un(e) heur(e) non-binaire, je suppose.
Avatar de l'utilisateur
Marlaga
 
Messages: 20963
Inscription: 12 Mar 2007, 08:45

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Shoemaker le 13 Aoû 2018, 09:09

Tu.e. veux.se dir.e un(e) heur(e) non.e-binair.e, j.e suppos.e.

Je réfléchis à une écriture inclusive qui intègre TOUS les genres, mais aussi les non genres, etc. Y a pas de raison, hein !
"c'est quoi le blues". Toujours les mêmes histoires, celles qui font vaciller les mondes et les empires.
John Lee Hooker
Shoemaker
OTAN delenda est
 
Messages: 18824
Inscription: 24 Nov 2003, 11:11
Localisation: Out of Africa

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede sheon le 13 Aoû 2018, 15:34

Le mot "genre" est connoté, je propose de le supprimer de la langue française.
Donnez une Ferrari à Leclerc et on n'en parle plus.
Avatar de l'utilisateur
sheon
Léon Raoul
 
Messages: 18713
Inscription: 03 Juin 2010, 15:55
Localisation: Dans les nuages.

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede Ouais_supère le 13 Aoû 2018, 15:43

Pourquoi que française ?

C'est quoi cette discrimination ?
Ouais_supère
 
Messages: 20812
Inscription: 20 Juil 2005, 10:54

Re: La "constitution" européenne (analyse page 8)

Messagede sheon le 13 Aoû 2018, 15:52

Pas de ma faute si, dans les autres langues, ils ont décidé d'utiliser des mots différents. Ça complique tout !
Donnez une Ferrari à Leclerc et on n'en parle plus.
Avatar de l'utilisateur
sheon
Léon Raoul
 
Messages: 18713
Inscription: 03 Juin 2010, 15:55
Localisation: Dans les nuages.

PrécédenteSuivante

Retourner vers Salon, saloon, bistrot du coin

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 12 invités