La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Le salon francophone est dédié aux sujets n'ayant pas de lien avec la F1 ni autres sports mécaniques. C'est un salon pour se détendre en refaisant le monde.

Modérateurs: sheon, Nicklaus

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Shoemaker le 07 Nov 2020, 15:35

pffff... tout est à refaire.
"c'est quoi le blues". Toujours les mêmes histoires, celles qui font vaciller les mondes et les empires.
John Lee Hooker
Shoemaker
OTAN delenda est
 
Messages: 21221
Inscription: 24 Nov 2003, 11:11
Localisation: Out of Africa

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Cortese le 07 Nov 2020, 15:41

On va finir par se demander s'il ne faut pas revenir aux fondamentaux les plus radicaux.
Cortese
dieu
 
Messages: 31907
Inscription: 23 Fév 2003, 19:32

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Ouais_supère le 07 Nov 2020, 15:46

Hum...

Un arabe qui parle... "fondamentaux"... "radicaux"...

Hugues, on va enfin pouvoir vérifier si j'ai pas foiré le paramétrage, normalement ça remonte directement aux autorités ça.
Tu me confirmeras si t'as eu un accusé de réception de Darmanin ?
Ouais_supère
 
Messages: 23295
Inscription: 20 Juil 2005, 10:54

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede sheon le 07 Nov 2020, 15:50

Toma a écrit:
sheon a écrit:Il suffit de lire le chapeau de l'article pour apprendre qu'elle n'incarnera pas Bond, simplement elle aura temporairement le numéro 007.
Tempête dans un verre d'eau, comme d'hab.


Je ne lis pas Konbini, trop d'inclusivite

Tu mets un article dont tu ne lis même pas le chapeau visible dans l'aperçu ? #spock

Toma a écrit:D'autres articles sur internet precisent que l'agent 007 sera bien interprèté par cette actrice dans les prochains films, elle prend la suite de Daniel Craig. Elle ne sera pas James Bond (la productrice précise que James Bond est un homme blanc) mais juste la détentrice du matricule 007 et donc l'héroïne principale. Donc cette news est véridique.

Ouais, elle n'incarnera pas James Bond.
Et sinon, c'est quoi le problème, exactement ? Je me souviens encore des gens qui gueulaient parce que Daniel Craig était blond contrairement aux acteurs précédents... En fait, vous voulez un hologramme de Sean Connery dans les prochains films ?
Si j'avais souvent répété que je désirais mourir dans mon lit, ce que je voulais vraiment dire par là, c'est que je voulais me faire marcher dessus par un éléphant pendant que je ferais l'amour. Les Fusils d'Avalon, Roger Zelazny.
Avatar de l'utilisateur
sheon
Léon Raoul
 
Messages: 22333
Inscription: 03 Juin 2010, 15:55

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Hugues le 07 Nov 2020, 15:53

Toma a écrit:
sheon a écrit:Il suffit de lire le chapeau de l'article pour apprendre qu'elle n'incarnera pas Bond, simplement elle aura temporairement le numéro 007.
Tempête dans un verre d'eau, comme d'hab.


Je ne lis pas Konbini, trop d'inclusivite

D'autres articles sur internet precisent que l'agent 007 sera bien interprèté par cette actrice dans les prochains films, elle prend la suite de Daniel Craig. Elle ne sera pas James Bond (la productrice précise que James Bond est un homme blanc) mais juste la détentrice du matricule 007 et donc l'héroïne principale. Donc cette news est véridique.


Non Sheon a raison, juste dans ce film. James Bond a quitté le MI6 au début du film depuis plusieurs années, donc son numéro a été attribué à quelqu'un d'autre..

Après peut-être qu'ils annonceront ensuite qu'elle joue dans les prochains films. Mais rien de cela n'a été annoncé.

Hugues
Image
Avatar de l'utilisateur
Hugues
Michel Desjoyeaux virtuel
 
Messages: 6027
Inscription: 26 Fév 2003, 05:14

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Ouais_supère le 07 Nov 2020, 15:54

Et puis au pire ça fera un mauvais film de plus.
Ouais_supère
 
Messages: 23295
Inscription: 20 Juil 2005, 10:54

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Hugues le 07 Nov 2020, 15:58

A propos un jour vous saurez qu'il y a un point commun entre James Bond et Jésus.. (ce qui veut rien dire je sais mais un jour.. vous saurez .. )

Hugues
Image
Avatar de l'utilisateur
Hugues
Michel Desjoyeaux virtuel
 
Messages: 6027
Inscription: 26 Fév 2003, 05:14

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Toma le 07 Nov 2020, 16:01

Hugues a écrit:
Toma a écrit:
sheon a écrit:Il suffit de lire le chapeau de l'article pour apprendre qu'elle n'incarnera pas Bond, simplement elle aura temporairement le numéro 007.
Tempête dans un verre d'eau, comme d'hab.


Je ne lis pas Konbini, trop d'inclusivite

D'autres articles sur internet precisent que l'agent 007 sera bien interprèté par cette actrice dans les prochains films, elle prend la suite de Daniel Craig. Elle ne sera pas James Bond (la productrice précise que James Bond est un homme blanc) mais juste la détentrice du matricule 007 et donc l'héroïne principale. Donc cette news est véridique.


Non Sheon a raison, juste dans ce film. James Bond a quitté le MI6 au début du film depuis plusieurs années, donc son numéro a été attribué à quelqu'un d'autre..

Après peut-être qu'ils annonceront ensuite qu'elle joue dans les prochains films. Mais rien de cela n'a été annoncé.

Hugues


Ok
J'ai lu d'autres articles qui disaient qu'elle serait là en temps que 007, mais peut être que la formulation était trompeuse afin de faire croire a cela.
"The thing about quotes on the internet is that you cannot confirm their validity."

Abraham Lincoln
Avatar de l'utilisateur
Toma
is so
 
Messages: 16665
Inscription: 22 Fév 2003, 18:54
Localisation: Aix en Provence

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Toma le 07 Nov 2020, 16:03

sheon a écrit:
Toma a écrit:
sheon a écrit:Il suffit de lire le chapeau de l'article pour apprendre qu'elle n'incarnera pas Bond, simplement elle aura temporairement le numéro 007.
Tempête dans un verre d'eau, comme d'hab.


Je ne lis pas Konbini, trop d'inclusivite

Tu mets un article dont tu ne lis même pas le chapeau visible dans l'aperçu ? #spock

Toma a écrit:D'autres articles sur internet precisent que l'agent 007 sera bien interprèté par cette actrice dans les prochains films, elle prend la suite de Daniel Craig. Elle ne sera pas James Bond (la productrice précise que James Bond est un homme blanc) mais juste la détentrice du matricule 007 et donc l'héroïne principale. Donc cette news est véridique.

Ouais, elle n'incarnera pas James Bond.
Et sinon, c'est quoi le problème, exactement ? Je me souviens encore des gens qui gueulaient parce que Daniel Craig était blond contrairement aux acteurs précédents... En fait, vous voulez un hologramme de Sean Connery dans les prochains films ?


Si, j'ai lu l'article en entier, la encore j'ai du me faire avoir et j'ai dû lire trop vite une formulation volontairement floue ou trompeuse pour quelqu'un qui lirait vite.

Je ne sais fait avoir :jesors:
"The thing about quotes on the internet is that you cannot confirm their validity."

Abraham Lincoln
Avatar de l'utilisateur
Toma
is so
 
Messages: 16665
Inscription: 22 Fév 2003, 18:54
Localisation: Aix en Provence

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Shoemaker le 07 Nov 2020, 16:03

Ouais_supère a écrit:Hum...

Un arabe qui parle... "fondamentaux"... "radicaux"...

Hugues, on va enfin pouvoir vérifier si j'ai pas foiré le paramétrage, normalement ça remonte directement aux autorités ça.
Tu me confirmeras si t'as eu un accusé de réception de Darmanin ?

:lol: :lol: :lol:
"c'est quoi le blues". Toujours les mêmes histoires, celles qui font vaciller les mondes et les empires.
John Lee Hooker
Shoemaker
OTAN delenda est
 
Messages: 21221
Inscription: 24 Nov 2003, 11:11
Localisation: Out of Africa

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede DCP le 07 Nov 2020, 16:41

James Bond, c'est quoi ? Des scènes d'actions, des véhicules/gadgets, des belles femmes et une pointe d'humour British (dans l'ordre qui vous plaît), tant que ces ingrédients sont là, ils peuvent donner le matricule 007 à qui ils veulent.... :P
« Par exemple, le football, on y joue dans des endroits spéciaux. Il devrait y avoir des terrains de guerre pour ceux qui aiment mourir en plein air. Ailleurs on danserait et on rirait » (Roger Nimier)
DCP
Romand historique
 
Messages: 24885
Inscription: 26 Fév 2003, 10:18

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Cortese le 07 Nov 2020, 17:32

Ouais_supère a écrit:Hum...

Un arabe qui parle... "fondamentaux"... "radicaux"...

Hugues, on va enfin pouvoir vérifier si j'ai pas foiré le paramétrage, normalement ça remonte directement aux autorités ça.
Tu me confirmeras si t'as eu un accusé de réception de Darmanin ?


Moi y'en a bon musulman Sidi, moi y'en a pas ectoplasme à roulettes !
Cortese
dieu
 
Messages: 31907
Inscription: 23 Fév 2003, 19:32

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Hugues le 10 Nov 2020, 22:09

Hugues a écrit:Dear Comrades! (Dorogie Tovarischi!) de Andreï Kontchalovski
Bande-annonce   Compatible plein écran



Kontchalovski qui s'était bloqué dans un système sur le précédent film, Paradise (dont je vous avais quand même conseillé la vision quand il avait été diffusé sur Arte), qui avait asphyxié son cinéma sous le style et la forme, se retrouve, pourtant dans un style au premier imilaire avec un film d'une force inimaginable, une grande respiration (qui peut l'imaginer même après une demi-heure de film, que ce noir et blanc, et ses personnages un peu froid et distant vont exercer une telle force sur le spectateur)

Une leçon de mise en scène (mais pouvait-on attendre autre chose, du cinéaste de Runaway Train ?)

Un film sur la foi, qui ne dit pas son nom: ou comment quand ses certitudes, les fondements de sa croyance s'effondrent, l'esprit s'accroche aux dernières branches qui tiennent encore pour y croire plus que jamais...
Lyuda (diminutif de son prénom Lyudmila), alors qu'elle semble avoir pourtant tout compris, est émouvante jusqu'à la dernière seconde, dans cette illusion, cette utopie dont elle se berce.

Elle est jouée, par l'actrice qui était déjà le pesonnage principal de Paradise, Yulia Vysotskaya, née dans la ville même qui sont le lieu des évènements évoquées dans ce film. Accessoirement l'épouse actuelle d'Andreï Kontchalovski.

Hugues

PS: Le film qui méritait bien mieux, a été lauréat d'un Lion d'Argent, un prix spécial du jury créé exprès pour l'occasion.
PS2: En fait Paradise n'est pas le dernier film, il y a eu un film l'année dernière sur Michel-Ange, qui n'est pas sorti de Russie et d'Italie, bref ça ne compte pas vraiment.



C'est toujours mieux avec un synopsis (traduction maison):

Synopsis 1:
Une ville de province du sud de l'URSS, 1962.
Lyudmila, fervente responsable du Parti communiste et vétéran idéaliste de la Seconde Guerre mondiale, est un fléau pour tout ce qu'elle perçoit comme exprimant un sentiment anti-soviétique. Avec d'autres responsables locaux du Parti, elle est prise par surprise par une grève dans l'usine locale, à laquelle sa propre fille participe. Alors que la situation devient rapidement incontrôlable, Lyudmila commence une recherche désespérée de sa fille face aux couvre-feux, aux arrestations massives et aux tentatives impitoyables des autorités pour dissimuler la violence de l'État. Sa foi autrefois incontestable dans la ligne du Parti est ébranlée par sa prise de conscience croissante du bilan humain, déchirant le monde qu'elle pensait connaître.


Synospsis 2:
URSS, Novotcherkassk, 1962. Lyudmila est membre du Parti communiste local. Elle est une fervente défenseuse du régime et des idéaux communistes et méprise toute forme de dissidence. Lors d'une grève du travail dans l'usine locale de moteurs électriques, elle est témoin de la fusillade sur les manifestants par l'armée envoyée par le gouvernement pour réprimer la grève: un massacre. Un événement qui changera à jamais sa vision du monde. La ville est déchirée par des émeutes, des arrestations, des condamnations hâtives et par le couvre-feu. De nombreuses personnes sont blessées et plusieurs sont portées disparues. Précisément à ce moment, la fille de Lyudmila s'évapore et cette dernière commence une recherche angoissée, dangereuse et implacable, malgré le blocus de la ville, les arrestations et la tentative de camouflage par les autorités. Le film est basé sur une histoire vraie qui s'est déroulée le 2 juin 1962 à Novotcherkassk et gardée secrète jusqu'aux années 90. L'enquête a été ouverte en 1992. Les victimes ont été secrètement enterrées dans des tombes sous de faux noms afin de ne jamais les retrouver. Les principaux suspects parmi les hauts responsables soviétiques étaient morts à ce moment-là. Les coupables n'ont jamais été condamnés.


Et les notes d'intention d'Andreï Kontchalovski:

Note 1:
Le processus consistant à faire des films sur les années 1960 devient de plus en plus une processus de restauration de l’authenticité historique de l’époque, une tâche assez difficile en soi. Récemment, nous avons tous vu beaucoup de films où les années 60-70-80 du XXe siècle semblent fausses et artificiels, sans aucune ressemblance avec les films soviétiques réalisés à l'époque, comme «Quand passent les cigognes» ou «La Ballade d'un soldat". Mon objectif était donc de reproduire scrupuleusement et en détail l’époque des années 60 de l’URSS. Je pense que les Soviétiques de l'après-guerre, ceux qui ont combattu pendant la Seconde Guerre mondiale jusqu'à la victoire, méritent d'avoir un film qui rend hommage à leur pureté et à la dissonance tragique qui a suivi la prise de conscience de la différence entre les idéaux communistes et les la réalité autour d'eux.

Note 2:
Je voulais faire un film sur la génération de mes parents, celle qui a combattu et survécu à la Seconde Guerre mondiale avec la conviction qu'il était honorable de mourir «pour la patrie, pour Staline» et une confiance inconditionnelle dans les objectifs du communisme: créer une nouvelle société grâce aux efforts de millions de personnes. Je voulais reconstruire avec la plus grande exactitude les événements qui se sont réellement déroulés et une époque où l'histoire a révélé le fossé infranchissable entre les idéaux communistes et la réalité tragique des faits. Ce film est un hommage à la pureté de cette génération, à ses sacrifices et à la tragédie qu'elle a vécue en voyant ses mythes s'effondrer et ses idéaux trahis.

Hugues
Image
Avatar de l'utilisateur
Hugues
Michel Desjoyeaux virtuel
 
Messages: 6027
Inscription: 26 Fév 2003, 05:14

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Hugues le 11 Nov 2020, 11:24

Image
Avatar de l'utilisateur
Hugues
Michel Desjoyeaux virtuel
 
Messages: 6027
Inscription: 26 Fév 2003, 05:14

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Hugues le 17 Nov 2020, 16:23

Hugues a écrit:J'ai hésité à le mettre là ou dans le sujet cinéma..

Et puis finalement relançons brièvement le débat ici...

Sur les prix d'interprétation, Pour ceux qui douteraient encore que la contingence la plus largement partagée, le sexe, rend probablement toute comparaison impossible...

Je leur recommande de voir quand il sortira, même si ça n'est pas un très grand film (mais un bon voire grand film peut-être), Pieces of a Woman, pour laquelle Vanessa Kirby fut lauréat du prix d'interprétation féminine, la Coupe Volpi à Venise samedi (vu qu'elle avait deux films dans lesquels elle crevaient l'écran, personne ne doutait du nom qu'on entendrait le samedi soir, même si en début de festival, on put croire que le prix échoirait à une autre actrice, la seule qui put concurrencer Kirby (mais j'en reparlerai en temps voulu dans le sujet idoine)) (ah et pour l'anecdote, l'autre film où elle était présente était aussi un amour lesbien..)

Ce qu'elle joue dans ce film est incomparable avec tout autre rôle d'un homme... Incomparable, non pas parce que ce serait inférieur ou supérieur, mais parce que ça tient d'un champ inaccessible aux acteurs masculins, le coeur de la féminité.
Personne ne s'est amusé à se poser la question si Favino (lautre lauréat, pour un film qui était très attendu, mais qui n'est pas exceptionnel, et disons que si Favino l'emporte c'est parce qu'il n'y avait que lui dans ce festival qui crève l'écran côté masculin) était meilleur que Kirby ou si Kirby était meilleur que Favino. Ce qu'elle joue est incomparable avec Favino. (Et inversement sans doute). Ce sont deux mondes différents que chacun investit (surtout le monde que Kirby)

Je recommande d'écouter son discours, même si il a peut-être plus de sens et de force après avoir vu le film:




C'est finalement bien qu'en un prix, le plus vieux festival du monde (et à mon sens peut-être le meilleur, même si pour les producteurs et les médias, le plus grand est sans aucun doute Cannes - le premier à résister et refuser l'annulation aussi, il faut le dire) rende absurde la décision du festival de Berlin.

Hugues

PS: Je viens de penser à une blague formuleunesque sur Vanessa Kirby.. je la ferai demain :D



La bande-annonce de Pieces of a Woman, qui n'est pas vraiment à la hauteur du film ni à la hauteur de l'interprétation de Vanessa Kirby... Mais enfin c'était un défi assez difficile pour une bande-annonce, dans un film où le voyage compte plus que la destination.
Sans le voyage, on ne peut même pas comprendre comment le personnage assez distant et froid de Ellen Burstyn est en fait lui aussi extraordinaire.

Coupe Volpi - Meilleure interprétation féminine de la Mostra de Venise 2020 pour Vanessa Kirby.

Pieces of a Woman - Bande-annonce   Compatible plein écran


C'est un film hongrois malgré toutes les apparences ...

Hugues
Image
Avatar de l'utilisateur
Hugues
Michel Desjoyeaux virtuel
 
Messages: 6027
Inscription: 26 Fév 2003, 05:14

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Hugues le 18 Nov 2020, 19:48

Hugues a écrit:A l'intention de Waddle, à qui cette question est chère...

En préambule, c'est un film honorable, sans être exceptionnel, mais bon comme ça peut intéresser Waddle...


Je ne sais comment ni quand ça sort en France (ça sortirait en octobre aux USA)...

Vu il y a une dizaine de jours un film qui s'appelle

One Night in Miami, le premier film de Regina King, qui pour un premier effort est plutôt pas mal...

(Film qui a aussi un bon buzz à Toronto)



Le film imagine une nuit de fiction, mais qui aurait pu arriver et est peut-être arrivée, entre des gens qui ont véritablement été des amis: Cassius Clay, Malcolm X, Jim Brown, et Sam Cooke.

Nous sommes le soir où Cassius Clay devient champion du monde à la surprise générale devant Sonny Liston, le 25 février 1964.

On voit le combat, tous comme les trois compères de Clay. Et les trois autres le rejoignent dans un appartement, où ils vont fêter cet évènement.

Tout le film à partir de là est un huis clos, même si certains des personnages font une sortie à l'extérieur, ils ne rencontrent personne et continuent de discuter ensemble... C'est donc véritablement un huis clos..

Où la vision de chacun sur le monde, qui à première vue semble la même (on débute par une fête quand même) ou pourrait sembler la même, va s'affronter.
Chacun, pourtant symbole du combat contre la ségrégation défend en fait quelque chose de complètement différent. Même les très proches Malcolm X et Cassius Clay (bientôt Cassius X - puisque c'est cette nuit là qu'il l'annonce à ses amis - puis Mohammad Ali)...

De ce film il ressort quelque chose de passionnant: il n'y a pas d'homme noir ni de condition noire en général. Il y a autant de point de vue que d'hommes noirs. Et plus généralement autant de point de vue que d'hommes.

Ce pouvait paraitre pour un film communautaire et en fait il dit l'individualité de chaque homme et que les communauté n'existent pas vraiment...

Le film aussi suppose que c'est cette nuit là qu'est née l'envie pour Sam Cooke d'écrire A Change is Gonna Come, justement à la suite du débat à batons rompus entre ces hommes aux points de vue si différents.


Pour le moment pas de bande-annonce, mais un extrait:


Hugues



La bande-annonce publiée cet après-midi de

One Night in Miami - Bande-annonce   Compatible plein écran


Bon ça n'a presque rien à voir avec le film, puisque le film est un huiis clos..

Hugues
Image
Avatar de l'utilisateur
Hugues
Michel Desjoyeaux virtuel
 
Messages: 6027
Inscription: 26 Fév 2003, 05:14

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Waddle le 18 Nov 2020, 19:57

Merci Hugues. Mais où diable peut-on voir ce film ?
"La citoyenneté réduite au droit du sang consiste à dire que la République est génétique et non pas spirituelle", Waddle, 2013.

Mon blog
Avatar de l'utilisateur
Waddle
Enculeur de moucheS
 
Messages: 22622
Inscription: 10 Mai 2003, 17:05

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Hugues le 18 Nov 2020, 21:27

Bah c'est écrit à la fin. 15 janvier sur Amazon Prime. (Et sans doute des cinémas aux USA aussi)
(Ca devait être début décembre.. auparavant)

Hugues
Image
Avatar de l'utilisateur
Hugues
Michel Desjoyeaux virtuel
 
Messages: 6027
Inscription: 26 Fév 2003, 05:14

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Hugues le 25 Nov 2020, 14:36

Hugues a écrit:
Hugues a écrit:J'ai hésité à le mettre là ou dans le sujet cinéma..

Et puis finalement relançons brièvement le débat ici...

Sur les prix d'interprétation, Pour ceux qui douteraient encore que la contingence la plus largement partagée, le sexe, rend probablement toute comparaison impossible...

Je leur recommande de voir quand il sortira, même si ça n'est pas un très grand film (mais un bon voire grand film peut-être), Pieces of a Woman, pour laquelle Vanessa Kirby fut lauréat du prix d'interprétation féminine, la Coupe Volpi à Venise samedi (vu qu'elle avait deux films dans lesquels elle crevaient l'écran, personne ne doutait du nom qu'on entendrait le samedi soir, même si en début de festival, on put croire que le prix échoirait à une autre actrice, la seule qui put concurrencer Kirby (mais j'en reparlerai en temps voulu dans le sujet idoine)) (ah et pour l'anecdote, l'autre film où elle était présente était aussi un amour lesbien..)

Ce qu'elle joue dans ce film est incomparable avec tout autre rôle d'un homme... Incomparable, non pas parce que ce serait inférieur ou supérieur, mais parce que ça tient d'un champ inaccessible aux acteurs masculins, le coeur de la féminité.
Personne ne s'est amusé à se poser la question si Favino (lautre lauréat, pour un film qui était très attendu, mais qui n'est pas exceptionnel, et disons que si Favino l'emporte c'est parce qu'il n'y avait que lui dans ce festival qui crève l'écran côté masculin) était meilleur que Kirby ou si Kirby était meilleur que Favino. Ce qu'elle joue est incomparable avec Favino. (Et inversement sans doute). Ce sont deux mondes différents que chacun investit (surtout le monde que Kirby)

Je recommande d'écouter son discours, même si il a peut-être plus de sens et de force après avoir vu le film:




C'est finalement bien qu'en un prix, le plus vieux festival du monde (et à mon sens peut-être le meilleur, même si pour les producteurs et les médias, le plus grand est sans aucun doute Cannes - le premier à résister et refuser l'annulation aussi, il faut le dire) rende absurde la décision du festival de Berlin.

Hugues

PS: Je viens de penser à une blague formuleunesque sur Vanessa Kirby.. je la ferai demain :D



La bande-annonce de Pieces of a Woman, qui n'est pas vraiment à la hauteur du film ni à la hauteur de l'interprétation de Vanessa Kirby... Mais enfin c'était un défi assez difficile pour une bande-annonce, dans un film où le voyage compte plus que la destination.
Sans le voyage, on ne peut même pas comprendre comment le personnage assez distant et froid de Ellen Burstyn est en fait lui aussi extraordinaire.

Coupe Volpi - Meilleure interprétation féminine de la Mostra de Venise 2020 pour Vanessa Kirby.

Pieces of a Woman - Bande-annonce   Compatible plein écran


C'est un film hongrois malgré toutes les apparences ...

Hugues



Incroyable, Meghan Markle fait la promotion de Pieces of a Woman pour Netflix!

(Non j'rigole.. )

https://www.nytimes.com/2020/11/25/opinion/meghan-markle-miscarriage.html

Huguess
Image
Avatar de l'utilisateur
Hugues
Michel Desjoyeaux virtuel
 
Messages: 6027
Inscription: 26 Fév 2003, 05:14

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Hugues le 26 Nov 2020, 23:57

Je pensais l'avoir postée en son temps, et puis.. en fait non.

La beauté de... Le Nouveau Monde


Hugues
Image
Avatar de l'utilisateur
Hugues
Michel Desjoyeaux virtuel
 
Messages: 6027
Inscription: 26 Fév 2003, 05:14

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Ouais_supère le 27 Nov 2020, 16:13

J'ai vu The Nice Guys, hier soir, Shane Black a vraiment un don pour le "buddy movie", je me suis régalé.
Ouais_supère
 
Messages: 23295
Inscription: 20 Juil 2005, 10:54

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede sheon le 28 Nov 2020, 12:12

Ah oui, je me rappelle de ce film, bien fun.
Si j'avais souvent répété que je désirais mourir dans mon lit, ce que je voulais vraiment dire par là, c'est que je voulais me faire marcher dessus par un éléphant pendant que je ferais l'amour. Les Fusils d'Avalon, Roger Zelazny.
Avatar de l'utilisateur
sheon
Léon Raoul
 
Messages: 22333
Inscription: 03 Juin 2010, 15:55

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Hugues le 28 Nov 2020, 16:43

Hugues a écrit:
Hugues a écrit:
Hugues a écrit:Puisque Nomadland va semble-t-il avoir le Lion d'Or dans une heure ou deux, je tiens à dire que même si c'est très bien (je recommanderai d'aller le voir quand il sortira), il y avait de bien meilleur film que cet hommage un peu trop appuyé dans la considération des espaces et des êtres vivants à La Balade Sauvage (et quelques autres films du même cinéaste)

Surtout qu'on ne rendra jamais à César...

Hugues


Le teaser du nouveau Lion d'Or:



Et j'ai été mauvaise langue, Zhao a rendu à César dans certaines entrevues ce qui était à César.
Elle a même dit qu'elle a eu la surprise que le cinéaste texan accepte de donner son avis sur un premier montage il y a quelques mois.
Et il a envoyé des notes de remarque et lui a donné tout encouragement pour continuer dans cette direction, en exprimant sa grande affection pour le film.

Bref, la parenté avec La Balade Sauvage et l'oeuvre du cinéaste en généra est assumée.

Même si bon hein ce sera pas un fait grand public.

Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher


Et hier soir, à la conférence sur le film au Festival de New York, une fois encore...







Hugues


Puisque c'est le film, non pas le meilleur de l'année, mais en tout cas le film de valeur et même le grand film, le plus populaire et attendu de l'année (un peu à tort quand même)... Autant vous tenir au courant.

Nomadland est décalé au 24 février.

C'était un peu attendu.

Aux USA, sa sortie le 4 décembre a été maintenue, mais s'est muée en une sortie d'une semaine en salle, ou virtuel (les cinémas ont eu l'autorisation de le proposer sur leur sites de VOD privé), puis retrait du film, avec une sortie réelle déplacée en février.

Hugues
Image
Avatar de l'utilisateur
Hugues
Michel Desjoyeaux virtuel
 
Messages: 6027
Inscription: 26 Fév 2003, 05:14

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Cyril le 28 Nov 2020, 19:03

Ouais_supère a écrit:J'ai vu The Nice Guys, hier soir, Shane Black a vraiment un don pour le "buddy movie", je me suis régalé.


Idem de mon côté la semaine passée. On l'a mis un peu au hasard, ça a été une excellente surprise.
Image
Une communauté ne peut longtemps se suffire à elle-même ; elle ne peut se développer qu’avec des personnes provenant d’horizons différents et des frères encore inconnus. - Howard Thurman.
Avatar de l'utilisateur
Cyril
Meuble informatique
 
Messages: 43738
Inscription: 19 Fév 2003, 11:11


Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Hugues le 29 Nov 2020, 19:35

https://observer.com/2020/11/chloe-zhao-nomadland-review-frances-mcdormand/

Nomadland feels like a definitive depiction of post-recession America. Not just as a place, but as a sinking feeling, one that becomes all too real when the film visits a foreclosed factory laden with dust, and a series of abandoned homes. It’s a moment that silently reckons with all that’s been lost. But despite the hardships it portrays, the film’s soulful reflection on time, place and circumstance is the kind you want to step into, and live within, and hold onto for as long as possible. It’s ruthless, but it radiates a healing, comforting glow.

Above all else, Zhao’s masterstroke is the way she captures the contours of people and their stories with the same reverence she has for natural landscapes, connecting moments of fleeting joy and persisting heartache to the overpowering beauty of nature. Her portrait of America feels both devastating and tender. It reveals the ruin wrought by unjust systems, as well as the frolic and celebration of life—even in moments of grief—that keeps people going at the end of the line, as they weave in and out of each other’s stories until they eventually meet again, somewhere down the road.


Hugues
Image
Avatar de l'utilisateur
Hugues
Michel Desjoyeaux virtuel
 
Messages: 6027
Inscription: 26 Fév 2003, 05:14

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Ouais_supère le Hier, 21:07

Hier j'ai vu "A Star Is Born", avec Lady Gaga.

Qui est un film intéressant présentant deux morales :

- changer de look, de style de musique, se mettre à faire de la merde pour avoir du succès, c'est ok, ma foi, et ceux qui critiquent c'est des rageux alcoolique je pense.

- si t'as été alcoolique un jour, tu le seras sans doute toute ta vie et c'est mieux si tu meurs pour tes proches parce que t'es un poids.

Ça faisait longtemps que j'avais pas vu un film aussi désagréable, tiens.

En plus d'être d'une laideur repoussante.
Ouais_supère
 
Messages: 23295
Inscription: 20 Juil 2005, 10:54

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Waddle le Hier, 23:19

Ouais_supère a écrit:Hier j'ai vu "A Star Is Born", avec Lady Gaga.

Qui est un film intéressant présentant deux morales :

- changer de look, de style de musique, se mettre à faire de la merde pour avoir du succès, c'est ok, ma foi, et ceux qui critiquent c'est des rageux alcoolique je pense.

- si t'as été alcoolique un jour, tu le seras sans doute toute ta vie et c'est mieux si tu meurs pour tes proches parce que t'es un poids.

Ça faisait longtemps que j'avais pas vu un film aussi désagréable, tiens.

En plus d'être d'une laideur repoussante.

Heu, je ne comprends pas pourquoi tu parles de "morales" présentées par le film.

Le film peut être bien ou nul mais au départ il raconte une Histoire. Je ne sais pas pourquoi tu fais de ces histoires de dogmes . Je n'ai pas l'impression qu'il y avait des leçons de morale derrière.

Après j'ai eu du mal à accrocher le personnage de l'alcoolique e qui est quand même ennuyeux quand c'est le personnage principal. Ceci dit, rien que pour la musique , je trouve que ça vaut le détour.
"La citoyenneté réduite au droit du sang consiste à dire que la République est génétique et non pas spirituelle", Waddle, 2013.

Mon blog
Avatar de l'utilisateur
Waddle
Enculeur de moucheS
 
Messages: 22622
Inscription: 10 Mai 2003, 17:05

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Ouais_supère le Hier, 23:48

C'était pour donner un effet caricatural un peu comique.

Ceci dit le film est nul.
Ouais_supère
 
Messages: 23295
Inscription: 20 Juil 2005, 10:54

Précédente

Retourner vers Salon, saloon, bistrot du coin

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Kadoc et 17 invités