Topic Écologie (380$ le baril en 2015...)

Le salon francophone est dédié aux sujets n'ayant pas de lien avec la F1 ni autres sports mécaniques. C'est un salon pour se détendre en refaisant le monde.

Modérateurs: sheon, Nicklaus

Messagede Maschum le 04 Mai 2005, 20:45

f1pronostics a écrit:Image


Je comprends pas... :?
Avatar de l'utilisateur
Maschum
*sous avertissement*
 
Messages: 21632
Inscription: 24 Fév 2003, 14:41
Localisation: Tape dans les mains si tu lis ça

Messagede f1pronostics le 11 Mai 2005, 14:56

Nous sommes sauvés! :
http://www.worldjumpday.org/
f1pronostics
 

Messagede f1pronostics le 11 Mai 2005, 15:09

NEW YORK (Nations unies) - Un groupement d'investisseurs institutionnels américains et européens a lancé mardi à New York un plan d'action en matière de défense de l'environnement, visant notamment à orienter les grands flux d'investissement vers les entreprises "propres".

Ce plan d'action, annoncé à l'occasion d'une réunion sous l'égide de l'Onu, comprend notamment l'investissement immédiat d'un milliard de dollars dans des entreprises qui s'efforcent de mettre au point des technologies inoffensives pour l'environnement.

Le groupe d'investisseurs, qui gère des fonds totalisant ensemble plus de 3.000 milliards de dollars, veut aborder le problème global posé à l'environnement par les changements climatiques sous l'angle financier. Il comprend les trésoriers de plusieurs Etats américains comme la Californie, l'Oregon et le Maryland, des gérants de fonds de pension publics et privés et des fondations.

"Les changements climatiques ne doivent plus seulement être étudiés d'un point de vue scientifique mais aussi d'un point de vue économique et financier", a déclaré Mindy Lubber, directrice de l'Investor Network on Climate Change, un groupement d'investisseurs.

Le réchauffement de la planète par effet de serre atmosphérique dû à la pollution humaine, "cela veut dire davantage de feux de forêt, des impacts sur l'agriculture, sur l'industrie du ski, sur les transports", a-t-elle dit.

"Ces impacts ne sont pas insignifiants, ils ont coûté, au cours de la seule année 2004, près de 100 milliards de dollars. Nous n'en sommes plus à parler de probabilités mais de risques physiques rééls qui entrainent à leur tour des risques financiers", a-t-elle ajouté.

Mme Lubber a souligné que les entreprises, notamment américaines, allaient de plus en plus devoir tenir compte du facteur environnement, en raison des législations plus contraignantes adoptées par les autres pays, le protocole de Kyoto, par exemple.

Elle a estimé que l'annonce faite lundi par le conglomérat industriel américain General Electric qu'il comptait doubler d'ici à 2010 ses investissements en recherche et développement de technologies "propres" illustrait cette situation nouvelle.

"Le réchauffement climatique est une réalité et il affecte chacun d'entre nous. Nous estimons que les entreprises qui agiront rapidement pour diminuer leurs émissions (de gaz à effet de serre, NDLR) et pour fabriquer les produits sains et inoffensifs pour l'environnement que les marchés réclament seront les plus susceptibles de réussir financièrement", a déclaré pour sa part Steve Westly, controleur des finances de l'Etat de Californie et membre des conseils d'administration de deux des plus gros fonds d'investissement du monde.

Dans le cadre de son plan d'action, le groupe d'investisseurs, a-t-il expliqué, se propose notamment de faire pression sur la Commission américaine des opérations de Bourse (SEC), "pour qu'elle exige des entreprises des informations plus complètes sur l'effet qu'exerce leur production sur l'environnement".


(©AFP / 11 mai 2005 00h09)
f1pronostics
 

Messagede f1pronostics le 25 Mai 2005, 22:12

Je connaissais pas bien ce concept: "Energie Thermique des Mers"
http://www.ifremer.fr/exploration/enjeux/etm/
Quelqu'un sait si c'est une piste réellement exploitable?
f1pronostics
 

Messagede f1pronostics le 02 Juin 2005, 11:49

C'est l'histoire du tonneau des Danaïdes, version gaz à effet de serre. Si l'augmentation du trafic aérien prévue en Grande-Bretagne dans les décennies à venir se réalise, elle anéantira les efforts du pays, et même de l'Europe tout entière, pour réduire ses émissions de CO2. Telle est la conclusion d'un rapport, publié aujourd'hui à la demande de l'association écologiste les Amis de la Terre. Réalisé par Tyndall, un centre de recherche indépendant sur le changement climatique, il relève que rien ne sert de limiter ses émissions de CO2 dans des secteurs aussi divers que le transport routier, l'industrie ou l'habitat, si on continue à prendre l'avion.

«En 2020, les émissions liées à l'aviation civile auront doublé, précise Kevin Anderson, du centre Tyndall. Nous avons bien pris en compte les améliorations techniques des avions, notamment sur leur consommation, mais elles ne suffiront pas à compenser l'augmentation du trafic.» Les chercheurs ont travaillé sur un scénario de stabilisation du CO2 dans l'atmosphère britannique en 2050 à un niveau de 450 ppm (parties par million). Ils ont croisé cet objectif avec les prévisions d'émissions propres à l'aviation civile en prenant en compte l'augmentation du trafic et les performances des nouveaux avions. «L'aviation va utiliser l'ensemble du quota de carbone du pays en 2037 et du quota de carbone de l'Europe en 2040. S'ils veulent respecter leurs objectifs, les Britanniques ne pourront plus rien faire : ni chauffer leurs maisons, ni rouler en voiture, ni produire quoi que ce soit» explique Richard Dyer, responsable de l'aviation chez les Amis de la Terre.


La suite de l'article,
http://www.liberation.fr/page.php?Article=300616
f1pronostics
 

Messagede f1pronostics le 05 Juin 2005, 23:14

Entre 1990 et 2003, la quantité de CO2 émis par les vols domestiques a augmenté de 20% pour les vols intérieurs (inclus dans le protocole de Kyoto) mais de 72% pour les vols internationaux (exclus de Kyoto). Et le trafic de l'aviation civile s'accroît de 4% par an. «En 1997, on enregistrait sept millions de vols. Ce chiffre devrait doubler d'ici 2020», souligne de son côté Andrew Watt, membre d'Eurocontrol (1). Pis, explique André Gastaud responsable du dossier transport à la mission interministérielle française sur les effets de serre, «on ne parle que des effets du CO2. Mais si l'on prend en compte les autres gaz, alors les conséquences sur l'effet de serre peuvent être multipliées par trois».

Mais comment et surtout quand agir ? D'un côté, les représentants des grandes compagnies d'aviation étaient à Bruxelles pour rappeler que si – officiellement – elles sont bien conscientes de la nécessité de lutter contre le réchauffement climatique, elles se doivent de répondre à la demande d'une clientèle toujours plus nombreuse et plus exigeante. «Nous devons répondre de façon responsable», a ainsi souligné Andrew Sentance, au nom de British Airways. «Il ne peut s'agir que d'une évolution pas d'une révolution», a insisté de son côté Tony Houseman, au nom des fabricants d'avions. Face aux compagnies, les associations écologistes ne se sont pas privées d'insister sur l'urgence absolue à agir vite.

La Commission, pour sa part, a lancé une grande enquête afin de prendre le pouls sur ce dossier et de proposer une feuille de route. Au-delà des progrès techniques sur les moteurs, des réflexions menées sur les carburants ou sur la meilleure gestion des vols, deux grands choix se profilent : soit créer des taxes (carburant, billets...), soit permettre à l'aviation de rentrer dans le marché d'échanges de carbone (2). Si l'Allemagne semble plutôt favorable à la première solution, la France et surtout la Grande-Bretagne penchent pour la seconde.

La Grande-Bretagne, qui prend prochainement les rênes de l'Union, devrait faire des propositions dans ce sens. «Il est vraiment temps de réagir», met en garde Jos Delbeke. Même si l'urgence, à Bruxelles, se compte souvent en années...

L'intégralité de l'article,
http://www.lefigaro.fr/france/20050604. ... tml?185729
f1pronostics
 

Messagede Fatcap le 05 Juin 2005, 23:22

Pas de quoi s'inquiéter. Les compagnies aériennes ne marchent déjà pas très fort, avec l'arrivée du peak oil elles vont être les premières à imploser. Le réchauffement climatique n'est plus tellement un problème.
"Au commencement était l'émotion."
Louis-Ferdinand Céline
Fatcap
 
Messages: 4017
Inscription: 04 Mai 2004, 15:23
Localisation: Berlin

Messagede Stéphane le 05 Juin 2005, 23:27

Oui, je saerais pas aussi catégorique. Ce qui est déjà rejeté ne disparait pas.
Ouais_supère a écrit:Stef, t'es chiant
Stéphane
Le.
 
Messages: 46831
Inscription: 16 Déc 2004, 23:19

Messagede f1pronostics le 05 Juin 2005, 23:39

Fatcap a écrit:Pas de quoi s'inquiéter. Les compagnies aériennes ne marchent déjà pas très fort, avec l'arrivée du peak oil elles vont être les premières à imploser. Le réchauffement climatique n'est plus tellement un problème.
Oui le peak oil posera d'autres problèmes bien plus importants.
f1pronostics
 

Messagede f1pronostics le 06 Juin 2005, 21:48

La Russie "vers une catastrophe écologique rampante"

La Russie s'enfonce dans une situation écologique désastreuse, selon le nouveau parti écologiste Russie Verte. Il en résulte une "grave crise démographique".

Mis en ligne le 06 juin 2005

"La Russie a déjà commencé à glisser vers une catastrophe écologique rampante", selon l'académicien Alexeï Iablokov, président de Russie Verte, l'unique parti écologiste russe fondé dimanche. "L'expression concrète de cette situation est la grave crise démographique" que connaît le pays qui perd quelque 800.000 habitants chaque année, a déclaré ce militant connu de la sécurité nucléaire et ancien conseiller de Boris Eltsine. "Les problèmes écologiques jouent un rôle énorme dans ce recul" : entre 300.000 et 350.000 décès sont dûs chaque année aux problèmes écologiques, a-t-il ajouté en citant la pollution de l'eau, de l'air, et les "pollutions radioactives secrètes".

"Dans aucun pays du monde l'espérance moyenne de vie ne s'est réduite sur les vingt dernières années ; or, chez nous, elle diminue : l'espérance moyenne de vie des hommes en Russie est d'un peu plus de 58 ans, moins que l'âge de la retraite", a poursuivi le président de Russie verte. Le nombre de décès a dépassé celui des naissances en Russie de 887.100 en 2003, selon le service fédéral des statistiques. L'espérance moyenne de vie des hommes était de 58,6 ans et celle des femmes de 72 ans. La population était en 2002 d'un peu plus de 145 millions, selon la même source.

Selon Alexeï Iablokov, le pouvoir mène "une politique délibérée" de "désécologisation". "De nos jours seules 400 personnes sont autorisées en Russie à dresser des procès verbaux pour violation des lois concernant les ressources forestières, le pays est livré au pillage, c'est effrayant", a-t-il souligné.

"Aile démocratique"

Interrogé sur les espoirs de survie de sa formation, Alexeï Iablokov a défini son parti comme celui de "l'aile démocratique de la société" russe. "Tant que le Kremlin poursuivra sa politique et il semble qu'il poursuivra cette politique (...) en réduisant encore et encore le secteur démocratique de notre société et plus dure sera sa politique dans ce domaine, plus nombreux seront ceux qui se tourneront vers nous", a-t-il lancé. Le parti doit achever de s'enregistrer d'ici la fin de l'année ou début 2006 après quoi il aura le droit de participer aux élections législatives de 2007 "et il utilisera ce droit", a expliqué lundi Andrei Frolov, un de ses vice-présidents.

En vertu d'une loi récente, un parti politique ne peut entrer à la Douma (Chambre basse du Parlement) que s'il réunit au minimum 7% des suffrages, contre 5% auparavant. Pour participer aux élections, il doit compter 50.000 membres, cinq fois plus qu'avant. La Douma russe est actuellement dominée par le parti pro-Kremlin Russie Unie.

http://news.tf1.fr/news/sciences/0,,3224203,00.html
f1pronostics
 

Messagede Fatcap le 06 Juin 2005, 23:29

f1pronostics a écrit:
Fatcap a écrit:Pas de quoi s'inquiéter. Les compagnies aériennes ne marchent déjà pas très fort, avec l'arrivée du peak oil elles vont être les premières à imploser. Le réchauffement climatique n'est plus tellement un problème.
Oui le peak oil posera d'autres problèmes bien plus importants.


Cool, enfin quelqu'un qui est au courant :D. On a tellement l'impression de parler à des murs des fois...
"Au commencement était l'émotion."
Louis-Ferdinand Céline
Fatcap
 
Messages: 4017
Inscription: 04 Mai 2004, 15:23
Localisation: Berlin

Messagede f1pronostics le 07 Juin 2005, 11:00

Fatcap a écrit:
f1pronostics a écrit:
Fatcap a écrit:Pas de quoi s'inquiéter. Les compagnies aériennes ne marchent déjà pas très fort, avec l'arrivée du peak oil elles vont être les premières à imploser. Le réchauffement climatique n'est plus tellement un problème.
Oui le peak oil posera d'autres problèmes bien plus importants.
Cool, enfin quelqu'un qui est au courant :D. On a tellement l'impression de parler à des murs des fois...
Oui pendant que le feu couve, le monde s'écharpe pour des conneries. Je me dis que nos petites queurelles de clocher, même à l'échelle européenne, c'est bien peu de choses.
f1pronostics
 

Messagede Garion le 07 Juin 2005, 12:39

La tension monte sur le marché de l’uranium

Sur les premiers mois de l’année le cours de l’uranium a gagné 40% sur le marché au comptant, et cela n’est qu’un palier, la hausse entamée il y a presque deux ans est partie pour durer. Les volumes écoulés sur le marché spot depuis le premier janvier représente déjà les trois quart du total de l’année 2004. Une effervescence haussière directement liée à la relance de l’énergie nucléaire à travers le monde entier. La Chine qui projette de construire une trentaine de centrales va devenir un importateur net de minerai. Parmi les pays émergents, l’Inde et la Russie sont également en train d’étendre leur parc atomique. Aux 440 réacteurs nucléaires répertoriés vont s’en ajouter 24 actuellement en construction plus une centaine encore en projet, à des stades plus ou moins avancés.

Si les programmes annoncés sont respectés la demande devrait augmenter à terme de 30%. Un vrai problème quand on sait que la production actuelle de 36 000 tonnes de minerai ne couvre que la moitié des besoins et qu’elle peine à augmenter ses volumes. Depuis vingt ans le déficit entre l’offre et la demande est comblé par l’écoulement des stocks stratégiques des pays détenteurs de l’arme nucléaire. Une manne providentielle qui a diminué de moitié et que ses heureux propriétaires sont de moins en moins enclin à mettre sur le marché. C’est le cas de la Russie, un important fournisseur qui préfère conserver ses réserves pour son usage domestique.

Dans ce climat de pénurie où le marché est dominé par le Canada et l’Australie, les gisements existants suscitent bien des convoitises. Le groupe australien WMC qui exploite la plus grande mine souterraine au monde, celle d’Olympic Dam fait l’objet d’une OPA amicale du britannique BHP Billiton, mais Rio Tinto, un autre grand groupe minier n’a pas dit son dernier mot. Par ailleurs la petite vingtaine de producteurs poursuit ses prospections, le français Areva, deuxième en volume explore le sous-sol du Canada, du Niger et du Kazakhstan. Mais le temps de la prospection est totalement déconnecté de celui du marché. A titre d’exemple le premier producteur mondial, le canadien Cameco construit actuellement dans l’Ontario la mine de Cigar Lake qui sera opérationnelle en 2007 alors que la découverte du gisement remonte à 1981, au moment où les cours de l’uranium plongeaient.
Image
Image
Avatar de l'utilisateur
Garion
Prisonnier
 
Messages: 15986
Inscription: 19 Fév 2003, 10:15
Localisation: Le village

Messagede Garion le 07 Juin 2005, 12:43

Go go Schwarzy ! :D

jeudi 2 juin 2005
> Arnold Schwarzenegger dévoile un plan de lutte contre le réchauffement
> de la planète
>
> SAN FRANCISCO (AP) - Soulignant la menace que représentent les
> changements climatiques pour l'humanité, le gouverneur de Californie
> Arnold Schwarzenegger a dévoilé mercredi un plan destiné à lutter
> contre le réchauffement de la planète en se fixant comme objectif la
> réduction des émissions de gaz à effet de serre de l'Etat le plus
> peuplé des Etats-Unis.
> Avec ce plan, présenté lors d'une conférence des Nations unies sur
> l'environnement organisée à San Francisco, le gouverneur républicain
> se démarque de l'administration Bush, qui a toujours rejeté les
> mesures décidées par la communauté internationales pour lutter contre
> les changements climatiques.
> "Aujourd'hui la Californie va devenir un leader dans la lutte contre
> le réchauffement de la planète", a déclaré Arnold Schwarzenegger. "Je
> dis que le débat est terminé. Nous connaissons la science, nous voyons
> la menace et nous savons qu'il est l'heure d'agir".
> Le plan présenté mercredi prévoit la réduction des émissions de gaz à
> effet de serre de la Californie à leur niveau de 2000 d'ici 2010, de
> 1990 d'ici 2020, et à 80% du niveau de 1990 d'ici 2050.
> Pour atteindre ces objectifs, Arnold Sch
warzenegger a mis sur pied une
> structure dirigée par l'Agence de protection de l'environnement de
> Californie.
> Le gouverneur républicain n'a annoncé aucune nouvelle mesure
> particulière, mais a toutefois fait savoir qu'il fixerait des normes
> pour les émission de gaz des automobiles en 2009, allant là-aussi à
> contre-sens de l'administration Bush, qui s'est rangée du côté des
> constructeurs américains.
>
Image
Image
Avatar de l'utilisateur
Garion
Prisonnier
 
Messages: 15986
Inscription: 19 Fév 2003, 10:15
Localisation: Le village

Messagede oz.1 le 07 Juin 2005, 13:28

Mouais, ça me parait étonnant pour un gars qui ne se déplace qu'avec son Hummer :?
Image
Avatar de l'utilisateur
oz.1
objecteur
 
Messages: 15046
Inscription: 04 Mar 2003, 14:45

Messagede f1pronostics le 07 Juin 2005, 13:39

Si Schwarzy s'y met, c'est que vraiment il y a de quoi s'inquiéter. Le discours est déjà pressenti comme nécessairemnt rassurant. Brrrrr
f1pronostics
 

Messagede f1pronostics le 07 Juin 2005, 13:47

Et si l'or noir venait à manquer...

Associated Press
1er juin 2005 - 14h50
Et si l'or noir, combustible de l'économie mondiale depuis des décennies, venait à manquer... La question se pose si l'on en croit les experts qui prédisent un prochain déclin de la production mondiale et une augmentation vertigineuse du cours de brut, avec les répercussions que cela implique pour les pays consommateurs.

Texte: Envoyer Imprimer © Reproduire

Certains experts prédisent que, dès cette année ou en 2006 et certainement avant la fin de la décennie, la production mondiale de pétrole, après avoir crû fortement depuis un siècle, aura atteint son apogée et commencera inexorablement à décliner.

Selon leur théorie, le prix du pétrole commencera alors à flamber de manière spectaculaire et les grands pays consommateurs connaîtront une inflation galopante, du chômage et de l'instabilité. Le géologue Kenneth Deffeyes de l'université de Princeton pronostique "un état permanent de pénurie de pétrole".

Selon ces experts, il faudra au minimum une décennie avant que des mesures d'économie d'énergie et des innovations technologiques ne permettent de compenser le déséquilibre entre la demande et l'offre déclinante de brut, et même ainsi la situation sera précaire.

Reste que beaucoup d'économistes réfutent ce scénario catastrophe. La plupart des analystes du secteur pensent que la production va continuer à augmenter pendant au moins 30 ans. Ils estiment que les énergies de substitution permettront alors une transition en douceur vers l'ère post-pétrole. "La civilisation industrielle ne va pas s'effondrer", assure Michael Lynch, président de Recherche économique et énergies stratégiques (SEER), un institut basé aux Etats-Unis.

Les partisans de cette théorie rassurante estiment que les forces du marché réguleront le déséquilibre, des prix élevés incitant les producteurs à pomper davantage de brut et les consommateurs à faire des économies d'énergie.

Mais M. Deffeyes et beaucoup d'autres géologues contestent cette analyse libérale. L'Arabie saoudite, la Russie, la Norvège et d'autres grands producteurs sont déjà au maximum de leur capacité de production, soulignent-ils. La seule manière d'augmenter la production serait de mettre au jour de nouveaux gisements, mais, hormis quelques exceptions, il ne reste plus grand-chose à découvrir.

"Les économistes pensent tous que si vous vous présentez au guichet avec assez d'argent, Dieu remettra du pétrole dans le sol", ironise M. Deffeyes.

Pour Robert Hirsch, un analyste en énergie du cabinet californien Science Applications International, le doute subsiste sur ce qui va réellement se passer. Mais il ajoute que "beaucoup de professionnels compétents sont très pessimistes".

Ceux-ci ont sans doute en mémoire un précédent célèbre aux Etats-Unis: en 1956, le géologue King Hubbert avait prédit que la production de pétrole atteindrait son pic en 1970 dans le pays. Stupéfaits, ses supérieurs à la compagnie Shell ont tenté de le dissuader de rendre ses travaux publics. Ses pairs ont accueilli son analyse avec scepticisme, mais il s'est avéré que Hubbert avait bel et bien raison: la production américaine de brut a atteint son point culminant en 1970 et n'a cessé depuis de décliner.

Il y a quelques années, les géologues ont commencé à appliquer les méthodes de Hubbert à l'ensemble de la production mondiale. Leurs recherches indiquent que celle-ci culminera dans le courant de la décennie. M. Deffeyes pense que le pic se produira fin 2005 ou début 2006. Matthew Simmons, analyste d'une banque d'affaires de Houston, situe plutôt cette échéance entre 2007 et 2009.

Selon M. Hirsch, la date exacte n'a pas vraiment d'importance car, selon lui, il est déjà trop tard pour éviter les effets de la pénurie. Dans une analyse réalisée pour le département américain de l'Energie en février, il conclut qu'il faudra plus d'une décennie pour que l'économie américaine s'adapte à la baisse de l'offre de brut.

Toutefois, certains considèrent que Hubbert a simplement eu de la chance dans ses prévisions, et de nombreux experts ne voient pas pourquoi la production de pétrole atteindrait un pic, jugeant qu'elle pourrait rester stable sur une longue période et laisser ainsi le temps à l'économie de se convertir à des énergies de substitution.

"Même dans 30 ou 40 ans, il y aura encore d'énormes quantités de pétrole au Moyen-Orient", soutient Daniel Sperling, directeur de l'Institut des études sur le transport à l'Université de Californie. Le débat est donc loin d'être tranché...
f1pronostics
 

Messagede F330P4 le 07 Juin 2005, 13:57

il est quand même étonnant de voir que les constructeurs ne font rien pour changer les mentalités nord américaine lorsqu'on voit la cylindrée de la voiture de base aux states et au canada par rapport à la réalité de la circulation

c'est un non sens c'est comme si ici en europe on utilisait un moteur 3.0 litre comme argument commercial pour mettre dans une twingo....

déjà en revenant à des cylindrées beaucoup plus adéquat on gagnerait pas mal à mon avis
F330P4
 
Messages: 3990
Inscription: 27 Fév 2003, 12:17

Messagede f1pronostics le 07 Juin 2005, 14:01

F330P4 a écrit:il est quand même étonnant de voir que les constructeurs ne font rien pour changer les mentalités nord américaine lorsqu'on voit la cylindrée de la voiture de base aux states et au canada par rapport à la réalité de la circulation

c'est un non sens c'est comme si ici en europe on utilisait un moteur 3.0 litre comme argument commercial pour mettre dans une twingo....

déjà en revenant à des cylindrées beaucoup plus adéquat on gagnerait pas mal à mon avis
Oui mais après ils auraients des beaucou plus petites bites. Alors bon, on les comprend.
f1pronostics
 

Messagede f1pronostics le 09 Juin 2005, 22:24

#nervous
A lire les derniers chiffres de la consommation d'énergie dans le monde, on comprend l'embarras de George W. Bush (lire ci-dessus). Selon le cabinet Enerdata (1), qui publiait hier les données consolidées pour 2004 à l'échelle de la planète, Etats-Unis et Chine se partagent les plus fortes augmentations de consommation en énergie fossile, et donc d'émissions de gaz à effet de serre.

L'année énergétique 2004 a tout pour faire frémir les climatologues. L'augmentation de la consommation d'énergie, avec 3,6 %, «colle» à la croissance du PIB mondial, de 3,9 %. Le fameux découplage espéré entre les deux, signe de modernité technologique et de basculement vers les services, n'est donc pas au rendez-vous. Calculée en équivalent pétrole, la consommation mondiale grimpe de 400 millions de tonnes, pour atteindre 11,1 milliards de tonnes. La Chine monopolise 42 % de cette croissance.

Si hydraulique et nucléaire ont repris leur progression, l'essentiel du supplément énergétique vient du pétrole, du gaz et surtout du charbon, qui en représente 37 %, avec 280 millions de tonnes de plus. Une croissance asiatique à 99 % et à 78 % chinoise. Un charbon qui sert pour moitié à produire de l'électricité.

Côté pétrole, les prix en hausse ­ entre 40 et 55 dollars le baril ­ auraient dû pousser à la sobriété. Mais non. Le monde en a consommé 3,1 % de plus qu'en 2003, soit 110 millions de tonnes, une croissance double de la moyenne des années 80 et 90. Chine et Etats-Unis croquant à eux seuls 58 % de cette augmentation. Dans la zone OCDE, seuls les USA augmentent significativement leur consommation. En revanche, côté gaz, tout le monde s'y met : 700 milliards de mètres cubes de plus. Et là, l'Europe contribue plus que les Etats-Unis à la croissance. Quant à l'électricité ­ souvent générée à partir de charbon et de gaz ­ elle a crû de 500 000 TWh, dont 41 % pour la Chine, 62 % pour l'Asie.

Le charbon étant le plus émissif de gaz à effet de serre, la croissance des émissions de CO2 «énergie» atteint 3,9 %, a calculé Enerdata. Un taux qui, poursuivi, dépasserait de très loin les scénarios pessimistes utilisés par les climatologues dans les simulations informatiques du climat futur.


http://www.liberation.fr/page.php?Article=302691
f1pronostics
 

Messagede f1pronostics le 15 Juin 2005, 20:21

Protocole de Kyoto: la Chine refuse de s'engager avant 2012

BRUXELLES - La Chine observera ces prochaines années comment les autres pays s'y prennent pour atteindre leurs objectifs en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Elle décidera ensuite d'une éventuelle ratification du Protocole de Kyoto.

Le ministre chinois de l'Environnement, Xie Zhenhua, a déclaré mardi qu'en attendant, son pays prendrait des mesures pour réduire des émissions responsables du réchauffement climatique. Mais la Chine attendra la fin de la première phase du Protocole de Kyoto, en 2012, avant de se fixer à elle-même des objectifs.

"J'espère que, conformément aux obligations prévues dans le Protocole de Kyoto, certains pays mettront en oeuvre ces obligations et respecteront leurs engagements", a déclaré M. Xie à Bruxelles après avoir rencontré des responsables de l'environnement de l'Union européenne.

"Le gouvernement chinois prendra sa propre décision après avoir évalué la mise en oeuvre (du Protocole) par les autres pays", a-t-il ajouté.

L'Union européenne, qui a joué un rôle clé dans la ratification russe du Protocole de Kyoto, ce qui a permis au texte d'entrer en vigueur, tente de convaincre les autres pays de rejoindre ce processus.

L'UE exhorte de longue date les Etats-Unis à ratifier le Protocole pour montrer l'exemple aux pays en plein boum économique comme l'Inde et la Chine.

(ats / 15 juin 2005 03:27)
f1pronostics
 

Messagede f1pronostics le 05 Juil 2005, 12:32

Selon deux journaux dominicaux britanniques, The Observer et The Sunday Times , les Etats-Unis seraient prêts à reconnaître, dans le communiqué final du sommet ­ texte de référence rituel en pareille circonstance ­ trois éléments qui sont, de leur point de vue, des concessions : primo, le réchauffement climatique est une réalité à laquelle les grands pays doivent faire face, et auquel l'activité humaine contribue ; secundo, le G8 proclame comme un engagement vital de limiter les gaz à effet de serre, mais sans fixer d'objectifs précis ; tertio, le G8 fait référence au protocole de Kyoto que l'Amérique a toujours obstinément refusé de signer et qui établit des obligations de réduction des gaz à effet de serre à l'échéance de 2012.

L'intégralité de l'article:
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0 ... 926,0.html

Bush fait face à une difficulté inattendue, c'est que certaines villes aux états-unis ont décidé d'appliquer d'elles-même les accords de Kioto. Et pas des moindres. L.A. et New Orleans je crois par exemple.
f1pronostics
 

Messagede Garion le 05 Juil 2005, 12:37

:good
Image
Image
Avatar de l'utilisateur
Garion
Prisonnier
 
Messages: 15986
Inscription: 19 Fév 2003, 10:15
Localisation: Le village

Messagede Fatcap le 05 Juil 2005, 13:22

L'economie americaine va s'effondrer d'ici la fin de la decennie. Ce serait un miracle qu'ils tiennent plus de deux ou trois ans. Avec les previsions du baril de petrole a 80$ en automne et le declin de production annonce ils se dirigent vers une crise majeure. Enfin :-P
"Au commencement était l'émotion."
Louis-Ferdinand Céline
Fatcap
 
Messages: 4017
Inscription: 04 Mai 2004, 15:23
Localisation: Berlin

Messagede f1pronostics le 05 Juil 2005, 13:30

Fatcap a écrit:L'economie americaine va s'effondrer d'ici la fin de la decennie. Ce serait un miracle qu'ils tiennent plus de deux ou trois ans. Avec les previsions du baril de petrole a 80$ en automne et le declin de production annonce ils se dirigent vers une crise majeure. Enfin :-P
Je sais pas si il faut se réjouir des perspectives qui en découlent.
f1pronostics
 

Messagede Fatcap le 05 Juil 2005, 13:38

f1pronostics a écrit:
Fatcap a écrit:L'economie americaine va s'effondrer d'ici la fin de la decennie. Ce serait un miracle qu'ils tiennent plus de deux ou trois ans. Avec les previsions du baril de petrole a 80$ en automne et le declin de production annonce ils se dirigent vers une crise majeure. Enfin :-P
Je sais pas si il faut se réjouir des perspectives qui en découlent.


Si, rien que pour le rechauffement climatique :D.. Et puis on devrait s'en sortir mieux que les americains. On consomme quand meme a peu pres deux fois moins de petrole par habitant. Non vraiment, tout ca fera beaucoup de bien aux USA et a la Chine. Ils ne peuvent pas continuer a saccager la planete de cette facon.
"Au commencement était l'émotion."
Louis-Ferdinand Céline
Fatcap
 
Messages: 4017
Inscription: 04 Mai 2004, 15:23
Localisation: Berlin

Messagede f1pronostics le 05 Juil 2005, 13:46

Fatcap a écrit:
f1pronostics a écrit:
Fatcap a écrit:L'economie americaine va s'effondrer d'ici la fin de la decennie. Ce serait un miracle qu'ils tiennent plus de deux ou trois ans. Avec les previsions du baril de petrole a 80$ en automne et le declin de production annonce ils se dirigent vers une crise majeure. Enfin :-P
Je sais pas si il faut se réjouir des perspectives qui en découlent.
Si, rien que pour le rechauffement climatique :D.. Et puis on devrait s'en sortir mieux que les americains. On consomme quand meme a peu pres deux fois moins de petrole par habitant. Non vraiment, tout ca fera beaucoup de bien aux USA et a la Chine. Ils ne peuvent pas continuer a saccager la planete de cette facon.
Je crains les conséquences géo-politiques. Une bombe atomique ca lui ferait pas de bien non plus à la planète.
f1pronostics
 

Messagede f1pronostics le 09 Aoû 2005, 21:39

AUTOMOBILE Tandis que les constructeurs européens parient sur le diesel, les Japonais confirment leur avance sur les véhicules semi-électriques
La guerre du moteur propre a commencé

E. B. et C. G.
[09 août 2005]



Avec les fortes chaleurs de l'été, les alertes à la pollution se multiplient dans les grandes villes. Aux réponses apportées par les pouvoirs publics, telle la réduction de la vitesse maximale autorisée, s'ajoutent les efforts des constructeurs automobiles pour tenter de réduire les émissions de gaz carbonique (CO2) et de particules nocives. Les réponses apportées par les constructeurs sont différentes d'un continent à l'autre. Les Européens roulent au diesel, les Japonais à l'électrique... et les Américains commencent à réfléchir au problème.


L'Europe a donc opté pour le diesel, une motorisation longtemps honnie par les écologistes. Mais en vingt ans, ces moteurs ont connu une véritable révolution. Deux raisons à cela. La première tient à la réduction de la consommation des véhicules. «Les carburants «super sans plomb» et gazole sont très proches en contenu «carbone». Mais le meilleur rendement des motorisations Diesel permet d'afficher un gain en CO2 de l'ordre de 20% par rapport aux motorisations essence à performances équivalentes», explique l'Ademe (Agence de développement et de maîtrise de l'énergie). Seconde explication : le développement des filtres à particules (FAP) permet de pallier un des principaux défauts du diesel en réduisant les émissions de particules de petite taille. Ces particules peuvent être inhalées et sont suspectées d'avoir des effets cancérigènes.


Si la bataille contre les gaz à effet de serre est loin d'être gagnée, les avancées sont considérables. Ainsi, PSA Peugeot Citroën, chantre du diesel et du FAP, se targue d'avoir déjà commercialisé plus de 800 000 véhicules émettant moins de 120 grammes de CO2 au kilomètre. Le français met notamment en avant son diesel 1.4 HDi de 90 chevaux, l'un des moteurs les moins polluants avec des émissions de CO2 ne dépassant pas 110 g/km parcouru.


Dans le même temps, les constructeurs automobiles japonais, et plus particulièrement Toyota et Honda, ont développé leur propre réponse aux problèmes de pollution : le moteur hybride (lire ci-dessous), qui marie moteur électrique et à essence. Cette solution permet de réaliser une économie de carburant de l'ordre de 20% par rapport à un moteur essence, soit le même gain qu'un diesel. En matière de rejet de CO2, ses performances sont meilleures que celles d'un diesel. Ainsi la Toyota Prius, dont environ 400 000 exemplaires ont été vendus depuis 1997, rejette 104 grammes de CO2 au kilomètre.


Les constructeurs français ont beau jeu de souligner que le marché de la voiture hybride est trop peu développé pour être rentable et n'apporte pas un réel plus à l'environnement. Le raisonnement est simple : pour que l'impact de la réduction d'émission soit sensible, il faut qu'un maximum de véhicules soient concernés. En d'autres terme, rien ne sert de fabriquer des voitures non polluantes si on ne les vend pas.


Pour répondre à cette objection, Toyota a vendu sa licence à Nissan et à Ford. General Motors a choisi de développer son propre hybride. Après réflexion, même les français pourraient leur emboîter le pas ! Tant il est vrai qu'en matière de motorisation, la solution miracle n'a toujours pas été trouvée. Difficile en effet pour un industriel de prendre le risque de négliger une technologie émergente. Pour autant, les déclarations sur le sujet restent timides.


La nouvelle direction de Renault ne dévoilera ses plans qu'à l'automne, Carlos Ghosn, le président de Renault-Nissan, ayant prévu de clarifier sa stratégie pour le groupe en novembre. De son côté, PSA développe au Royaume-Uni une solution pour le moins originale, puisqu'il s'agit d'un hybride avec un moteur Diesel. Baptisé «Efficient-C», il est réalisé sur la base du petit utilitaire Citroën Berlingo. Si l'équation économique est jugée rentable, PSA pourrait le commercialiser après une période de développement de l'ordre de deux à trois ans. Ce programme «Ultra-Low Carbon Car Challenge», lancé en avril 2003, bénéficie d'un budget de 3 millions de livres (4,42 millions d'euros). L'objectif du deuxième constructeur européen est simple : parvenir à 90 grammes de CO2 par kilomètre parcouru.


Le problème de la pollution est loin d'être le seul défi que devront relever les constructeurs dans les décennies à venir. Un autre dossier brûlant les attend. Il leur faudra trouver des moteurs capables de rouler sans pétrole.

http://www.lefigaro.fr/eco-monde/200508 ... tml?182028
f1pronostics
 

Messagede Fatcap le 10 Aoû 2005, 21:03

Les prix du pétrole brut continuent de monter...
Après 64 dollars, la barre des 65 dollars est passée. L'Arabie Saoudite se dirige vers un effondrement de sa production. Les pays producteurs non-OPEC sont tous en déclin. Le peak oil a probablement été passé l'année dernière pour le pétrole conventionnel.
Bref, on est dans la merde. :D
"Au commencement était l'émotion."
Louis-Ferdinand Céline
Fatcap
 
Messages: 4017
Inscription: 04 Mai 2004, 15:23
Localisation: Berlin

Messagede f1pronostics le 10 Aoû 2005, 21:20

Fatcap a écrit:Les prix du pétrole brut continuent de monter...
Après 64 dollars, la barre des 65 dollars est passée. L'Arabie Saoudite se dirige vers un effondrement de sa production. Les pays producteurs non-OPEC sont tous en déclin. Le peak oil a probablement été passé l'année dernière pour le pétrole conventionnel.
Bref, on est dans la merde. :D
T'as des sources? Je n'ai lu ca nulle part.
f1pronostics
 

Messagede Fatcap le 10 Aoû 2005, 22:19

f1pronostics a écrit:
Fatcap a écrit:Les prix du pétrole brut continuent de monter...
Après 64 dollars, la barre des 65 dollars est passée. L'Arabie Saoudite se dirige vers un effondrement de sa production. Les pays producteurs non-OPEC sont tous en déclin. Le peak oil a probablement été passé l'année dernière pour le pétrole conventionnel.
Bref, on est dans la merde. :D
T'as des sources? Je n'ai lu ca nulle part.


Pour l'Arabie Saoudite, je me base sur le livre de Matthew Simmons et son évaluation des réserves. D'après lui les Saoudiens surexploitent depuis longtemps leurs champs de pétrole, et leurs seuls projets actuels sont des champs dont l'exploitation trop complexe avait été abandonnée il y a longtemps. Je te renvoie à une discussion de Simmons avec les lecteurs du Washington Post :
http://www.fromthewilderness.com/free/ww3/081005_world_stories.shtml#5

Sinon je parlais du peak oil pour le pétrole "léger" (light sweet). L'impression que j'ai (basée sur celle de l'ASPO) est que le pic a été atteint. La production supplémentaire est uniquement constituée de pétrole lourd. Mais bon, c'est vrai, ce n'était pas encore le peak oil "global"... Celui-là on l'atteint dans six mois. Ca c'est ma prédiction à moi je précise.
"Au commencement était l'émotion."
Louis-Ferdinand Céline
Fatcap
 
Messages: 4017
Inscription: 04 Mai 2004, 15:23
Localisation: Berlin

Messagede B.Verkiler le 11 Aoû 2005, 09:26

Fatcap a écrit:
f1pronostics a écrit:
Fatcap a écrit:Les prix du pétrole brut continuent de monter...
Après 64 dollars, la barre des 65 dollars est passée. L'Arabie Saoudite se dirige vers un effondrement de sa production. Les pays producteurs non-OPEC sont tous en déclin. Le peak oil a probablement été passé l'année dernière pour le pétrole conventionnel.
Bref, on est dans la merde. :D
T'as des sources? Je n'ai lu ca nulle part.


Pour l'Arabie Saoudite, je me base sur le livre de Matthew Simmons et son évaluation des réserves. D'après lui les Saoudiens surexploitent depuis longtemps leurs champs de pétrole, et leurs seuls projets actuels sont des champs dont l'exploitation trop complexe avait été abandonnée il y a longtemps. Je te renvoie à une discussion de Simmons avec les lecteurs du Washington Post :
http://www.fromthewilderness.com/free/ww3/081005_world_stories.shtml#5

Sinon je parlais du peak oil pour le pétrole "léger" (light sweet). L'impression que j'ai (basée sur celle de l'ASPO) est que le pic a été atteint. La production supplémentaire est uniquement constituée de pétrole lourd. Mais bon, c'est vrai, ce n'était pas encore le peak oil "global"... Celui-là on l'atteint dans six mois. Ca c'est ma prédiction à moi je précise.


T'inquiète. Quand le pétrole sera trop cher, le Marché favorisera l'émergence d'energies jusque là pas assez rentables et qui ont plus seront propres. Donc il n'y a pas à s'en faire.
B.Verkiler
 
Messages: 32206
Inscription: 26 Fév 2003, 14:19

Messagede lovecraft le 11 Aoû 2005, 09:28

B.Verkiler a écrit:
Fatcap a écrit:
f1pronostics a écrit:
Fatcap a écrit:Les prix du pétrole brut continuent de monter...
Après 64 dollars, la barre des 65 dollars est passée. L'Arabie Saoudite se dirige vers un effondrement de sa production. Les pays producteurs non-OPEC sont tous en déclin. Le peak oil a probablement été passé l'année dernière pour le pétrole conventionnel.
Bref, on est dans la merde. :D
T'as des sources? Je n'ai lu ca nulle part.


Pour l'Arabie Saoudite, je me base sur le livre de Matthew Simmons et son évaluation des réserves. D'après lui les Saoudiens surexploitent depuis longtemps leurs champs de pétrole, et leurs seuls projets actuels sont des champs dont l'exploitation trop complexe avait été abandonnée il y a longtemps. Je te renvoie à une discussion de Simmons avec les lecteurs du Washington Post :
http://www.fromthewilderness.com/free/ww3/081005_world_stories.shtml#5

Sinon je parlais du peak oil pour le pétrole "léger" (light sweet). L'impression que j'ai (basée sur celle de l'ASPO) est que le pic a été atteint. La production supplémentaire est uniquement constituée de pétrole lourd. Mais bon, c'est vrai, ce n'était pas encore le peak oil "global"... Celui-là on l'atteint dans six mois. Ca c'est ma prédiction à moi je précise.


T'inquiète. Quand le pétrole sera trop cher, le Marché favorisera l'émergence d'energies jusque là pas assez rentables et qui ont plus seront propres. Donc il n'y a pas à s'en faire.


Ouais, vive les moteurs nucléaires :D
Avatar de l'utilisateur
lovecraft
Apérobic
 
Messages: 8689
Inscription: 19 Fév 2003, 17:26
Localisation: Château-Thierry

Messagede Fatcap le 11 Aoû 2005, 10:12

lovecraft a écrit:
B.Verkiler a écrit:
Fatcap a écrit:
f1pronostics a écrit:
Fatcap a écrit:Les prix du pétrole brut continuent de monter...
Après 64 dollars, la barre des 65 dollars est passée. L'Arabie Saoudite se dirige vers un effondrement de sa production. Les pays producteurs non-OPEC sont tous en déclin. Le peak oil a probablement été passé l'année dernière pour le pétrole conventionnel.
Bref, on est dans la merde. :D
T'as des sources? Je n'ai lu ca nulle part.


Pour l'Arabie Saoudite, je me base sur le livre de Matthew Simmons et son évaluation des réserves. D'après lui les Saoudiens surexploitent depuis longtemps leurs champs de pétrole, et leurs seuls projets actuels sont des champs dont l'exploitation trop complexe avait été abandonnée il y a longtemps. Je te renvoie à une discussion de Simmons avec les lecteurs du Washington Post :
http://www.fromthewilderness.com/free/ww3/081005_world_stories.shtml#5

Sinon je parlais du peak oil pour le pétrole "léger" (light sweet). L'impression que j'ai (basée sur celle de l'ASPO) est que le pic a été atteint. La production supplémentaire est uniquement constituée de pétrole lourd. Mais bon, c'est vrai, ce n'était pas encore le peak oil "global"... Celui-là on l'atteint dans six mois. Ca c'est ma prédiction à moi je précise.


T'inquiète. Quand le pétrole sera trop cher, le Marché favorisera l'émergence d'energies jusque là pas assez rentables et qui ont plus seront propres. Donc il n'y a pas à s'en faire.


Ouais, vive les moteurs nucléaires :D


Vous ferez moins les malins quand dans cinquante ans on arrivera peut-être à utiliser la fusion nucléaire. Bande de pessimistes.
"Au commencement était l'émotion."
Louis-Ferdinand Céline
Fatcap
 
Messages: 4017
Inscription: 04 Mai 2004, 15:23
Localisation: Berlin

Messagede lovecraft le 11 Aoû 2005, 10:25

Ha mais moi je suis totalement pour le nucléaire Fatcap
Avatar de l'utilisateur
lovecraft
Apérobic
 
Messages: 8689
Inscription: 19 Fév 2003, 17:26
Localisation: Château-Thierry

Messagede Garion le 11 Aoû 2005, 10:46

Fatcap a écrit:Vous ferez moins les malins quand dans cinquante ans on arrivera peut-être à utiliser la fusion nucléaire. Bande de pessimistes.

50 ans ? Tu peux rajouter un bon siècle de plus si on y arrive un jour ;)
Image
Image
Avatar de l'utilisateur
Garion
Prisonnier
 
Messages: 15986
Inscription: 19 Fév 2003, 10:15
Localisation: Le village

Messagede Capet le 11 Aoû 2005, 10:53

Salut !

Moi je pense que pour avoir le droit de gueuler il faut d'abord être irréprochable sur sa conso perso de pétrole... Ne l'étant pas je m'abstiens...

Mais tout de même : on peut rouler propre au GPL, on peut avec un moteur essence le régler pour baisser le CO et adapter son style de conduite en conséquence ! On peut arriver à une baisse de conso vraiment impressionnante !
Avatar de l'utilisateur
Capet
 
Messages: 19366
Inscription: 19 Fév 2003, 23:09

Messagede f1pronostics le 11 Aoû 2005, 11:29

Luke a écrit:Salut !
Moi je pense que pour avoir le droit de gueuler il faut d'abord être irréprochable sur sa conso perso de pétrole... Ne l'étant pas je m'abstiens...
Mais tout de même : on peut rouler propre au GPL, on peut avec un moteur essence le régler pour baisser le CO et adapter son style de conduite en conséquence ! On peut arriver à une baisse de conso vraiment impressionnante !
Exact, je suis personnellement passé d'environ 800 à 850km par plein (55l environ) à 1000 à 1100km aujourd'hui, juste en étant plus cool sur les accélérations et en limitant la vitesse sur autoroute à 100-110 km/h.
f1pronostics
 

Messagede Maverick le 11 Aoû 2005, 11:39

f1pronostics a écrit:
Luke a écrit:Salut !
Moi je pense que pour avoir le droit de gueuler il faut d'abord être irréprochable sur sa conso perso de pétrole... Ne l'étant pas je m'abstiens...
Mais tout de même : on peut rouler propre au GPL, on peut avec un moteur essence le régler pour baisser le CO et adapter son style de conduite en conséquence ! On peut arriver à une baisse de conso vraiment impressionnante !
Exact, je suis personnellement passé d'environ 800 à 850km par plein (55l environ) à 1000 à 1100km aujourd'hui, juste en étant plus cool sur les accélérations et en limitant la vitesse sur autoroute à 100-110 km/h.

Je devrais essayer de faire un plein en roulant tranquillement pour voir....
Avatar de l'utilisateur
Maverick
Bête de sexe
 
Messages: 38115
Inscription: 22 Fév 2003, 00:02
Localisation: Dans ton cul !!

Messagede F330P4 le 11 Aoû 2005, 11:47

50 ans ? Tu peux rajouter un bon siècle de plus si on y arrive un jour


je ne sais pas si c'est la mentalité à avoir, on sait que théoriquement ça doit marcher, de toute façon on n'a pas le choix

pour l'instant on tient le plasma +-.5 sec c'est déjà pas mal, bon c'est vrai que ça consomme plus que ça produit mais le principe est établi et on a la preuve tous les matins au réveil que ça fonctionne en regardant dans le ciel :wink:
F330P4
 
Messages: 3990
Inscription: 27 Fév 2003, 12:17

Messagede f1pronostics le 11 Aoû 2005, 12:03

F330P4 a écrit:
50 ans ? Tu peux rajouter un bon siècle de plus si on y arrive un jour
je ne sais pas si c'est la mentalité à avoir, on sait que théoriquement ça doit marcher, de toute façon on n'a pas le choix
pour l'instant on tient le plasma +-.5 sec c'est déjà pas mal, bon c'est vrai que ça consomme plus que ça produit mais le principe est établi et on a la preuve tous les matins au réveil que ça fonctionne en regardant dans le ciel :wink:
En attendant on pourrait arrêter de se baser sur de l'hypothétique.
On pourrait vivre aussi bien en fonctionnant de manière plusz durable et sensée tout en n'hypothèquant pas le futur.
f1pronostics
 

PrécédenteSuivante

Retourner vers Salon, saloon, bistrot du coin

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron