Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Le salon francophone est dédié aux sujets n'ayant pas de lien avec la F1 ni autres sports mécaniques. C'est un salon pour se détendre en refaisant le monde.

Modérateurs: sheon, Nicklaus

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Hugues le 25 Fév 2018, 15:41

Image

Hugues :oops: :D
(oui je sais, moi aussi!)
Hugues
 

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede heow le 25 Fév 2018, 20:37

:lol:
C'est un générateur ?
C'est con mais c'est bien fait.
Image
Avatar de l'utilisateur
heow
 
Messages: 1686
Inscription: 03 Déc 2003, 01:53

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Silverwitch le 26 Fév 2018, 11:30

...:

:good
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27562
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Hugues le 26 Fév 2018, 14:57

heow a écrit:C'est un générateur ?


Ce n'est pas un générateur (j'aurais bien aimé, j'aurais gagné du temps !.. en même temps première fois que je fais quelque chose d'aussi convaincant, donc j'ai appris des trucs dans ce court gaspillage de trop de temps libre projet: l'introduction d'un flou de lentille a beaucoup aidé par exemple)

Hugues
Hugues
 

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede DCP le 26 Fév 2018, 14:58

Hugues a écrit:Image

Hugues :oops: :D
(oui je sais, moi aussi!)


Bien vu.... :D :lol:
« Par exemple, le football, on y joue dans des endroits spéciaux. Il devrait y avoir des terrains de guerre pour ceux qui aiment mourir en plein air. Ailleurs on danserait et on rirait » (Roger Nimier)
DCP
Romand historique
 
Messages: 22900
Inscription: 26 Fév 2003, 11:18

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Hugues le 03 Mar 2018, 00:34



:good

Hugues
Hugues
 

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede sheon le 03 Mar 2018, 22:12

Bon, j'ai mes top bien au chaud, mais toujours pas fini d'écrire un laïus pour chaque film (j'ai un peu la flemme, par moments), donc ça arrivera quand ça arrivera.
Au plus tard le 31 décembre 2018.
On est tous des cons.
Mais certains plus que d'autres.
Avatar de l'utilisateur
sheon
Léon Raoul
 
Messages: 17925
Inscription: 03 Juin 2010, 16:55
Localisation: Dans les nuages.

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Hugues le 04 Mar 2018, 00:21

(Ca devrait aller dans le topic de l'année précédente, mais pour éviter de le faire remonter pour le moment et vous embêter, je le mets là dans ce topic qui est déjà en haut et je le déplacerai dans le sujet de l'année dernière d'ici quelques jours)

Stupéfaction quand tu découvres que le grand film de Stéphane Brizé est même sorti au Japon.
Et même que 3 mois plus tard, il continue d'être en salles!



女の一生 (On'na no Isshoo - La vie d'une femme) - Une vie - Bande-annonce japonaise


Image Image

http://www.womanslife.jp/

Hugues a écrit:Pas si mal pour "un film en 4/3 son mono avec 2h de son de pluie"...


J'en profite pour dire que je suis bien heureux que Swann Arlaud soit désormais, depuis hier, reconnu, même si j'ai un peu de regret que ce ne fut pas pour ce film.

Hugues
Hugues
 

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede sheon le 13 Mar 2018, 13:02

Bon, je me suis enfin sorti les doigts pour pondre mon premier classement.
Comme d'habitude, je vais commencer par les films sortis en salle en 2017 (et, une fois n'est pas coutume, ça sera un top 11) :

Accessits :
  • A Cure for Life, Gore Verbinski. Un film à l'ambiance assez déroutante, s'approchant par certains aspects d'un Shutter Island.
  • A Day, Cho Sun-ho. Histoire d'une boucle temporelle où l'enjeu, pour le personnage principal, est a priori d'empêcher que sa fille ne soit tuée dans un accident de la route...
  • Baby Driver, Edgar Wright. Film musical de courses-poursuites, très rythmé (forcément) et très fun.
  • Dans la forêt, Gilles Marchand. Film d'angoisse français, qui parvient à poser une ambiance très inquiétante au fin fond d'une forêt suédoise. Une bonne surprise.
  • Get out, Jordan Peele. Parfois, Jason Blum produit un film intéressant, c'est le cas avec ce Get Out qui, sans être d'une ambition folle, parvient à tenir son sujet (dont le sous-texte peut être vu comme une critique de l'hypocrisie des Démocrates américains) jusqu'au bout.
  • La Mécanique de l’ombre, Thomas Kruithof. Un film noir français, plutôt bon, surprenant dans le paysage audiovisuel français actuel (à l'instar d'Iris, sorti en 2016).
  • Ni Juge, ni soumise, Yves Hinant & Jean Libon. Film des auteurs de la célèbre série documentaire Strip-tease, revenant sur Anne Gruwez, protagoniste principale des épisodes Le flic, la juge et l'assassin et Madame la Juge. Tout aussi génial que la série.
  • On l’appelle Jeeg Robot, Gabriele Mainetti. Film de genre italien, dans un pays où le cinéma est en état de décomposition avancé depuis bientôt quarante ans, Lo chiamavano Jeeg Robot est une histoire de "début de super-héros", proche d'Incassable par son approche réaliste. Après Suburra et Sicilian Ghost Story, on est peut-être en train d'assister à une renaissance, et c'est tant mieux.
  • Split, M. Night Shyamalan. À partir de ce qui ne devait à l'origine n'être qu'un sous-arc narratif d'Incassable (quand on parle du loup), Shyamalan développe un film hallucinant autour d'un schyzophrène ayant une vingtaine de personnalités distinctes et autonomes. Gros coup de chapeau à James McAvoy, qui tient le film sur ses épaules, mais aussi à Anya Taylor-Joy, qui décidément enchaîne les bons choix de films après The Witch et Morgane.

11 : Sans pitié, Byun Sung-hyun.
Image
Film de truands sud-coréen qui ne nous emmène pas là où on l'attend. Mention spéciale à Sol Kyung-gu, dont le jeu atypique donne sa dynamique au film.

10 : Wind River, Taylor Sheridan.
Image
En racontant ce fait divers avec l'âpreté d'un western, Taylor Sheridan se fait le porte-parole des natifs, forcés de vivre dans des réserves depuis plus d'un siècle et dont les problèmes préoccupent peu le gouvernement des Etats-Unis.

9 : A Beautiful Day, Lynne Ramsay.
Image
Film assez surprenant, dont la filiation évidente avec Taxi Driver ne doit pas pour autant en éclipser les qualités propres. À mi-chemin entre conte poétique et film noir, You Were Never Really Here (en V.O.) a le mérite de donner un très beau rôle à Joaquin Phoenix. Ce qui est toujours une bonne nouvelle.

8 : Blade Runner 2049, Denis Villeneuve.
Image
Difficile de succéder à l'un des meilleurs films de science-fiction de tous les temps, même en mettant Denis Villeneuve aux manettes. Sorti de l'excellent Premier Contact, Villeneuve s'attaque ici à un pan complètement différent de la S-F, à savoir le cyberpunk contemplatif. Si la contemplation de la caméra est parfois exagérée, la beauté de la photo et la pertinence du propos, raccord avec le film d'origine tout en abordant de nouvelles thématiques, permettent à ce film de n'avoir pas à rougir de la comparaison avec son aîné, et c'est déjà pas mal !

7 : Que Dios Nos Perdone, Rodrigo Sorogoyen.
Image
Polar espagnol à l'atmosphère poisseuse, où deux flics mal assortis (un genre de profiler bourré de tics et un violent au sang chaud) enquêtent sur une affaire de viols et meurtres en série de petites vieilles. Une bonne surprise, d'un film que je n'attendais pas du tout.

6 : Tunnel, Kim Seong-Hun.
Image
Un film maîtrisé de bout en bout, malgré un sujet sacrément casse-gueule du point de vue de la mise en scène : pendant les deux heures que dure le film, le personnage principal est coincé sous les gravats d’un tunnel effondré. La réalisation est au poil, retranscrivant parfaitement la sensation oppressante de la situation toute en restant parfaitement lisible à tout moment. À l’extérieur, le metteur en scène nous montre la société sud-coréenne qui s’organise pour sortir Jung-Soo des décombres mais surtout pour tirer parti de la situation, que ce soit pour faire de l’audience du côté des chaînes de télévision ou pour profiter de l’exposition médiatique du côté du gouvernement. Jusqu’au point où le coût du sauvetage d’un seul homme devient trop élevé et que les financiers jouent de leur influence pour abandonner les recherches. Si le but est de mettre en évidence l’individualisme de la Corée du Sud, on peut en fait très facilement transposer ce film dans une bonne partie du monde occidental, où le profit personnel prend souvent le pas sur l’humanisme.

5 : Grave, Julia Ducournau.
Image
Sur fond d'histoire de cannibalisme en école vétérinaire, Julia Ducournau nous pousse à nous interroger sur notre propre rapport à la viande, et sur la crainte de l'exclusion sociale. Un film coup de poing, qui s'appesantit moins sur ses effets gores que sur son ambiance sacrément malsaine.

4 : Logan, James Mangold.
Image
Ce film est un antidote à toutes les merdes que nous pond Marvel depuis des années, une espèce d'anti-Hollywood produit par l'un de ses plus gros studios. Des personnages vieillissants, vulgaires, alcooliques ou séniles, qui représentent ce qu'est devenu ce cinéma débilitant qui bégaye dangereusement depuis dix ans, et dont le succès initial est devenu son propre poison ; des jeunes sortant du sérail mais poursuivis impitoyablement par la machine Hollywood pour les éradiquer... Et, au niveau de la forme, des images qu'on n'a tout simplement jamais vues dans une production de la sorte (le film est R-rated aux États-Unis), aussi bien au niveau de la crudité de la violence que des victimes collatérales. Ça fait un bien fou.

3 : Brimstone, Martin Koolhoven.
Image
Un western européen ! UN WESTERN EUROPÉEN !
Image
Pardon.
Construit en analepses successives, ce western assez atypique prend une femme comme personnage principal et, contrairement à un film tel que Jane got a gun (où Jane avait un gun mais ne s'en servait pas vraiment), l'héroïne se prend réellement en main pour choisir son destin.

2 : Au revoir là-haut, Albert Dupontel.
Image
Dupontel sort de sa zone de conforts des petites comédies sociales pour s'attaquer à un roman jugé inadaptable par beaucoup, avec un budget bien plus conséquent que d'habitude. Film d'époque situé à la fin de la Grande Guerre débutant par un plan-séquence renversant, Au revoir là-haut permet enfin à son réalisateur d'extérioriser tout le cinéma qu'il avait en lui à travers des plans à la beauté plastique surprenante, tout en conservant par moment la touche absurde et sociale qui le caractérise. Quant à Laurent Laffite, si la personne est discutable, force est de constater que l'acteur est une nouvelle fois excellent lorsque bien dirigé (un an après sa très bonne prestation chez Paul Verhoeven).

1 : Tigers are not afraid, Issa López.
Image
Très bonne surprise que ce film mexicain vu au PIFFF 2017 (une sortie nationale semble compromise, mais peut-être que les nombreux prix reçus vont décider les distributeurs). Issa López y aborde un problème inquiétant et qui hélas n'est pas nouveau, à savoir les enfants des rues devenus orphelins suite à l'enlèvement ou au meurtre de leurs parents par un gang. En décidant d'y ajouter un postulat fantastique, elle aborde le film tel un conte, permettant ainsi d'adopter le point de vue des enfants, protagonistes principaux de l'histoire. Un tableau à la fois beau et inquiétant.
On est tous des cons.
Mais certains plus que d'autres.
Avatar de l'utilisateur
sheon
Léon Raoul
 
Messages: 17925
Inscription: 03 Juin 2010, 16:55
Localisation: Dans les nuages.

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede DCP le 13 Mar 2018, 13:52

Merci sheon d’avoir pris le temps de rédiger ton top.
« Par exemple, le football, on y joue dans des endroits spéciaux. Il devrait y avoir des terrains de guerre pour ceux qui aiment mourir en plein air. Ailleurs on danserait et on rirait » (Roger Nimier)
DCP
Romand historique
 
Messages: 22900
Inscription: 26 Fév 2003, 11:18

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Hugues le 13 Mar 2018, 13:59

:good

:o

Hugues (Je parle pas des films hein.. oui bah fallait bien que je pique un peu roh)
Hugues
 

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede heow le 13 Mar 2018, 15:20

Merci pour cette liste, je vais y piocher certains films :good
Image
Avatar de l'utilisateur
heow
 
Messages: 1686
Inscription: 03 Déc 2003, 01:53

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Hugues le 13 Mar 2018, 15:23

J'avais pas vu qu'il y avait même Brimstone, que j'ai failli classer dans les plus mauvais films découverts en 2016 l'année dernière.. :oops:
Parce que oui je l'avais déjà vu m'sieur..


Hugues
Hugues
 

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede sheon le 13 Mar 2018, 16:03

:lol:
Bon, je sais que je manque d'objectivité sur les westerns, mais quand même ! :wink:
On est tous des cons.
Mais certains plus que d'autres.
Avatar de l'utilisateur
sheon
Léon Raoul
 
Messages: 17925
Inscription: 03 Juin 2010, 16:55
Localisation: Dans les nuages.

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Silverwitch le 20 Mar 2018, 18:14

sheon a écrit:Bon, je me suis enfin sorti les doigts pour pondre mon premier classement.
Comme d'habitude, je vais commencer par les films sortis en salle en 2017 (et, une fois n'est pas coutume, ça sera un top 11) :

[...]



:eek:

Oh là là. Un palmarès de Sheon, c'est comme une boite de chocolats !

:D
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27562
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Shoemaker le 20 Mar 2018, 21:14

Silverwitch a écrit:
sheon a écrit:Bon, je me suis enfin sorti les doigts pour pondre mon premier classement.
Comme d'habitude, je vais commencer par les films sortis en salle en 2017 (et, une fois n'est pas coutume, ça sera un top 11) :

[...]



:eek:

Oh là là. Un palmarès de Sheon, c'est comme une boite de chocolats !

:D

Voilà...
:D
:good
"c'est quoi le blues". Toujours les mêmes histoires, celles qui font vaciller les mondes et les empires.
John Lee Hooker
Shoemaker
OTAN delenda est
 
Messages: 18419
Inscription: 24 Nov 2003, 12:11
Localisation: Out of Africa

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Aiello le 21 Mar 2018, 09:28

Silverwitch a écrit:
sheon a écrit:Bon, je me suis enfin sorti les doigts pour pondre mon premier classement.
Comme d'habitude, je vais commencer par les films sortis en salle en 2017 (et, une fois n'est pas coutume, ça sera un top 11) :

[...]



:eek:

Oh là là. Un palmarès de Sheon, c'est comme une boite de chocolats !

:D


Elle vient d'un chocolatier réputé ou de chez Lidl ?
Image
Avatar de l'utilisateur
Aiello
Supertouriste
 
Messages: 20921
Inscription: 04 Mar 2003, 22:58
Localisation: Quelque part dans le Devon

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Silverwitch le 21 Mar 2018, 10:59

Aiello a écrit:
Silverwitch a écrit:Oh là là. Un palmarès de Sheon, c'est comme une boite de chocolats !

:D


Elle vient d'un chocolatier réputé ou de chez Lidl ?


8-)

Je ne répondrai pas à cette question, je n'ai pas vu la moitié des films récompensés par Sheon ! Mais comme on approche de fêtes chocolatées, c'est sans doute un chocolatier un peu avant-gardiste qui revisite les bonbons industriels.
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27562
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Shoemaker le 21 Mar 2018, 23:09

Voilà ! Vous nous avez vexé Sheon ! :D
"c'est quoi le blues". Toujours les mêmes histoires, celles qui font vaciller les mondes et les empires.
John Lee Hooker
Shoemaker
OTAN delenda est
 
Messages: 18419
Inscription: 24 Nov 2003, 12:11
Localisation: Out of Africa

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede sheon le 22 Mar 2018, 01:36

Point du tout. Silver a avoué qu'elle n'avait pas vu la moitié des films de mon top, donc difficile de les critiquer en substance 8-)
(en même temps, pour Tigers are not afraid, il fallait venir au PIFFF, il n'a pas l'air de vouloir sortir en salles malgré le succès rencontré en festival)
On est tous des cons.
Mais certains plus que d'autres.
Avatar de l'utilisateur
sheon
Léon Raoul
 
Messages: 17925
Inscription: 03 Juin 2010, 16:55
Localisation: Dans les nuages.

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Silverwitch le 22 Mar 2018, 14:27

sheon a écrit:Point du tout. Silver a avoué qu'elle n'avait pas vu la moitié des films de mon top, donc difficile de les critiquer en substance 8-)
(en même temps, pour Tigers are not afraid, il fallait venir au PIFFF, il n'a pas l'air de vouloir sortir en salles malgré le succès rencontré en festival)


:o

Et pourtant ce n'est pas l'envie qui m'en manque ! Les films de ta liste que j'ai vus:

- Wind River
- A Beautiful Day
- Blade Runner 2049
- Logan
- Au revoir là-haut

Et, vu 1/4:

- Grave
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27562
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Shoemaker le 22 Mar 2018, 14:40

Très bien, la crise est dénouée.
Maintenant, il faut punir celui qui est la cause de ce terrible conflit.
Aiello, torve personnage qui a dénaturé vicieusement les propos de Silver, vous êtes appelé à la barre de la Justice Immanente ! :lol:
"c'est quoi le blues". Toujours les mêmes histoires, celles qui font vaciller les mondes et les empires.
John Lee Hooker
Shoemaker
OTAN delenda est
 
Messages: 18419
Inscription: 24 Nov 2003, 12:11
Localisation: Out of Africa

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Silverwitch le 22 Mar 2018, 14:45

Shoemaker a écrit:Très bien, la crise est dénouée.
Maintenant, il faut punir celui qui est la cause de ce terrible conflit.
Aiello, torve personnage qui a dénaturé vicieusement les propos de Silver, vous êtes appelé à la barre de la Justice Immanente ! :lol:


Si j'étais soumise à la question, j'avouerais la mesquinerie ironique de ma remarque, mais comme l'a recommandé un philosophe dont le nom m'échappe: n'avoue jamais, jamais, jamais, jamais, jamais...
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27562
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede DCP le 22 Mar 2018, 14:54

Silverwitch a écrit:
Shoemaker a écrit:Très bien, la crise est dénouée.
Maintenant, il faut punir celui qui est la cause de ce terrible conflit.
Aiello, torve personnage qui a dénaturé vicieusement les propos de Silver, vous êtes appelé à la barre de la Justice Immanente ! :lol:


Si j'étais soumise à la question, j'avouerais la mesquinerie ironique de ma remarque, mais comme l'a recommandé un philosophe dont le nom m'échappe: n'avoue jamais, jamais, jamais, jamais, jamais...


:D :lol:
« Par exemple, le football, on y joue dans des endroits spéciaux. Il devrait y avoir des terrains de guerre pour ceux qui aiment mourir en plein air. Ailleurs on danserait et on rirait » (Roger Nimier)
DCP
Romand historique
 
Messages: 22900
Inscription: 26 Fév 2003, 11:18

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Hugues le 22 Mar 2018, 14:58

Silverwitch a écrit:
sheon a écrit:Point du tout. Silver a avoué qu'elle n'avait pas vu la moitié des films de mon top, donc difficile de les critiquer en substance 8-)
(en même temps, pour Tigers are not afraid, il fallait venir au PIFFF, il n'a pas l'air de vouloir sortir en salles malgré le succès rencontré en festival)


:o

Et pourtant ce n'est pas l'envie qui m'en manque ! Les films de ta liste que j'ai vus:

- Wind River
- A Beautiful Day
- Blade Runner 2049
- Logan
- Au revoir là-haut

Et, vu 1/4:

- Grave


Vu les même à l'exception de Wind River. Mais j'avais vu donc il y un an et demi Brimstone, et comment dire... #spock :gratte: :eek: :pasrond:

Hugues
Hugues
 

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Cortese le 22 Mar 2018, 15:05

P... ! c'est si loin que ça ?!

Avatar de l'utilisateur
Cortese
dieu
 
Messages: 29849
Inscription: 23 Fév 2003, 20:32

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Shoemaker le 22 Mar 2018, 19:39

:lol: :good
"c'est quoi le blues". Toujours les mêmes histoires, celles qui font vaciller les mondes et les empires.
John Lee Hooker
Shoemaker
OTAN delenda est
 
Messages: 18419
Inscription: 24 Nov 2003, 12:11
Localisation: Out of Africa

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede sheon le 22 Mar 2018, 20:24

Silverwitch a écrit:Et, vu 1/4:

- Grave

Ah, c'est toi qui as fait un malaise pendant la séance du PIFFF 2016 ? :P
On est tous des cons.
Mais certains plus que d'autres.
Avatar de l'utilisateur
sheon
Léon Raoul
 
Messages: 17925
Inscription: 03 Juin 2010, 16:55
Localisation: Dans les nuages.

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Silverwitch le 23 Mar 2018, 11:28

sheon a écrit:
Silverwitch a écrit:Et, vu 1/4:

- Grave

Ah, c'est toi qui as fait un malaise pendant la séance du PIFFF 2016 ? :P


:D

Si je m'évanouillais à chaque horreur cinématographique, je n'en finirai pas !
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27562
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Dervi le 14 Avr 2018, 11:12

Voilà pour ma liste...

L'histoire du cinéma étant riche, mon top sera composé essentiellement de films avec de la bouteille. J'ai notamment découvert le cinéma de Bergman et j'ai été enthousiasmé. Plus de cinéma français que d'habitude également. En relisant ma liste, j'ai l'impression que ce sont les films qui parlent directement de « La Vie » avec toutes les interrogations qui y sont liés qui m'ont le plus touché et interrogé.

1. Les fraises sauvages de Bergman. Un médecin au crépuscule de sa vie en fait le bilan au contact de son fils et sa belle fille. Comme si l'Homme tournait en rond avec toujours les mêmes erreurs, réflexions et ne s'en rendait compte quand l'étincelle de la jeunesse a disparu.

2. Scènes de vie conjugales de Bergman. Ce film montre différentes scènes, étendues sur plusieurs années, de la vie d'un couple. C'est aussi le regard sur une femme qui cherche à s'épanouir. Chaque moment représenté est un huis clos qui réunit seulement ce couple (1ère scène exceptée) et pourtant la tension atteint des sommets étonnants.

3. Les sept samouraïs de Kurosawa. Avec l'aide de samouraïs, un petit village de paysan s'organise pour se défendre contre des bandits. Grande fresque qui s'attache à comprendre l'organisation de la vie de ces paysans et leurs comportements face à l'adversité.

4. La règle du jeu de Renoir. Etude de mœurs, badinage et marivaudage qui montent un édifice jubilatoire qui mène au drame.

5. L'enfance d'Ivan de Tarkovski. La guerre au travers un enfant torturé par la perte de sa mère. « Adopté » par l'armée russe et pour oublier cette disparition traumatisante, cet enfant ce confrontera à la mort en participant à cette guerre qui appartient normalement au monde des adultes. Dans cette armée, il rencontrera aussi des figures paternels et maternels.

6. La fin du jour de Duvivier. D'anciens artistes, parfois ratés et au seuil de leur mort, sont réunis dans une maison de retraite. L'occasion pour eux de revenir sur leur vie, leur rivalité et leur gloire passée, parfois fantasmée ou seulement espérée, avec l'espoir de retrouver une dernière la scène. A nioter une scène de « résistance » vis-à-vis du règlement intérieur de l'établissement qui peut avoir un écho plus large et toujours d'actualité.

7. Song to song de Malick, réflexion sur les difficultés de se comprendre soi-même pour "être soi-même" tout simplement (Knight of cups m'avait décontenancé, voire déplu et je ne sais toujours pas quoi en penser).

8. La route des Indes de Lean. C'est une description de l'Inde quand elle était encore une colonie anglaise qui montre aussi les difficultés de l'intégration. Des colons anglais et des indiens se rencontrent, essaient de vivre ensemble et de s'apprivoiser. Et pourtant, une incompréhension peut rendre illusoire cette tentative.

9. Les affameurs de Mann. Un western efficace, mais le début de l'économie moderne et du capitalisme.

10. Boyhood de Linklater. Ce film a la particularité d'avoir été tourné sur une dizaine d'année et suit la vie d'une famille composée de deux enfants. Le film s'attache à observer l'évolution de ces deux enfants depuis l'enfance jusqu'au début de leur vie d'adulte et porte aussi une attention particulière à leur mère, pas toujours bien entourée, et leur père jugé insuffisamment responsable.

Mais aussi sans détailler Tartuffe, Fanny et Alexandre, Alexandre le bienheureux, La chienne, L'incompris, Je suis un aventurier, Après la tempête, La double vie de Véronique, Sa majesté des mouches, Le quai des brumes, La belle équipe, Faute d'amour, Happy death dead.

A noter que pour la première fois, j'ai été circonspect voire déçu devant un Ford. Il s'agissait du film Le fils du désert.
Dernière édition par Dervi le 14 Avr 2018, 11:30, édité 2 fois.
Dervi
 
Messages: 604
Inscription: 21 Déc 2009, 13:04

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Ouais_supère le 14 Avr 2018, 11:14

Merci Dervi !
:o

Toi aussi tu triches, tu vois des films "classiques" ! :D

Si tu devais citer quelques films de l'année 2017, tu balancerais lesquels ?
Ouais_supère
 
Messages: 20106
Inscription: 20 Juil 2005, 11:54

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Dervi le 14 Avr 2018, 11:25

Bha, pour rester sur 2017 uniquement, Song to song, il est dans ma liste et Après la tempête dans la seconde. J'ai toutefois oublié Faute d'amour et Happy death day dans la seconde liste (j'ai édité).
Dans ceux qui ne m'ont pas marqué, voire ennuyé : Rogue One, Loving, Alien Covenant, SW8, On the milky road, War of the planet apes, Geostorm, Voyage of time.

En attendant d'avoir tout vu, ça risque d'être dur d'avoir un top 10 issu de films sortis depuis moins d'un an. Voilà, voilà.
Dernière édition par Dervi le 14 Avr 2018, 11:34, édité 2 fois.
Dervi
 
Messages: 604
Inscription: 21 Déc 2009, 13:04

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Ouais_supère le 14 Avr 2018, 11:27

Eh bien merci encore pour ta participation à ce sujet lâchement abandonné par les habituels belligérants. :o
Ouais_supère
 
Messages: 20106
Inscription: 20 Juil 2005, 11:54

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Dervi le 14 Avr 2018, 11:34

J'oubliais, j'attendais beaucoup de Voyage of time et en fait, j'en suis sorti assez déçu. Peut-être parce que je pense "étoile, univers, Homme" depuis mon enfance et que j'y ai déjà trop réfléchi. Pourtant, 2001 est mon film de chevet :oops:.
Dervi
 
Messages: 604
Inscription: 21 Déc 2009, 13:04

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Hugues le 14 Avr 2018, 12:43

Dervi a écrit:Knight of cups m'avait décontenancé, voire déplu et je ne sais toujours pas quoi en penser


Je continue à penser que ce film est au contraire du malade - ce qui ne l'empêche pas d'être un grand film- Song to Song (malade il le reste quel que soit son montage de ce dernier - parce qu'il y a en a un autre, non public, achevé deux ans avant, avec un autre titre, et sans doute un autre à venir), certainement son plus grand geste de cinéma, le plus ambitieux, le plus fou. Et avec un tissage, un entremêlement, une richesse de lectures rare. C'est difficile d'affirmer en même temps que c'est son meilleur film, quand il y a par ailleurs Le Nouveau Monde, La Balade Sauvage, La Ligne Rouge, Les Moissons du Ciel, L'Arbre de Vie.
Disons donc seulement, aussi singulier soit sa forme, et la sorte de manège, sans point fixe, sans repos qu'il semble être, que ça n'est pas impossible. Après tout c'est le seul hormis ses deux premiers films et les Le Nouveau Monde, où je me dis que le montage est parfait, sans rien à changer. Un kaleidoscope parfait, un film extrêmement singulier.



Hugues
Hugues
 

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede sheon le 14 Avr 2018, 20:16

Dervi a écrit:7. Song to song de Malick, réflexion sur les difficultés de se comprendre soi-même pour "être soi-même" tout simplement (Knight of cups m'avait décontenancé, voire déplu et je ne sais toujours pas quoi en penser).

Et pourtant, c'est le même film avec des acteurs différents.
On est tous des cons.
Mais certains plus que d'autres.
Avatar de l'utilisateur
sheon
Léon Raoul
 
Messages: 17925
Inscription: 03 Juin 2010, 16:55
Localisation: Dans les nuages.

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Dervi le 16 Avr 2018, 19:38

Je ne suis pas d'accord. J'avais trouvé que Knight of Cups était une suite de clips désarticulés, tandis que j'ai réussi à cerner une unité dans Song to song.
Je souhaite toutefois revoir Knight of Cups quand l'occasion se présentera, car mon impression actuelle me laisse pantois.
Dervi
 
Messages: 604
Inscription: 21 Déc 2009, 13:04

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Silverwitch le 17 Avr 2018, 17:59

Dervi a écrit:Voilà pour ma liste...

L'histoire du cinéma étant riche, mon top sera composé essentiellement de films avec de la bouteille. J'ai notamment découvert le cinéma de Bergman et j'ai été enthousiasmé. Plus de cinéma français que d'habitude également. En relisant ma liste, j'ai l'impression que ce sont les films qui parlent directement de « La Vie » avec toutes les interrogations qui y sont liés qui m'ont le plus touché et interrogé.

1. Les fraises sauvages de Bergman. Un médecin au crépuscule de sa vie en fait le bilan au contact de son fils et sa belle fille. Comme si l'Homme tournait en rond avec toujours les mêmes erreurs, réflexions et ne s'en rendait compte quand l'étincelle de la jeunesse a disparu.

2. Scènes de vie conjugales de Bergman. Ce film montre différentes scènes, étendues sur plusieurs années, de la vie d'un couple. C'est aussi le regard sur une femme qui cherche à s'épanouir. Chaque moment représenté est un huis clos qui réunit seulement ce couple (1ère scène exceptée) et pourtant la tension atteint des sommets étonnants.

3. Les sept samouraïs de Kurosawa. Avec l'aide de samouraïs, un petit village de paysan s'organise pour se défendre contre des bandits. Grande fresque qui s'attache à comprendre l'organisation de la vie de ces paysans et leurs comportements face à l'adversité.

4. La règle du jeu de Renoir. Etude de mœurs, badinage et marivaudage qui montent un édifice jubilatoire qui mène au drame.

5. L'enfance d'Ivan de Tarkovski. La guerre au travers un enfant torturé par la perte de sa mère. « Adopté » par l'armée russe et pour oublier cette disparition traumatisante, cet enfant ce confrontera à la mort en participant à cette guerre qui appartient normalement au monde des adultes. Dans cette armée, il rencontrera aussi des figures paternels et maternels.

6. La fin du jour de Duvivier. D'anciens artistes, parfois ratés et au seuil de leur mort, sont réunis dans une maison de retraite. L'occasion pour eux de revenir sur leur vie, leur rivalité et leur gloire passée, parfois fantasmée ou seulement espérée, avec l'espoir de retrouver une dernière la scène. A nioter une scène de « résistance » vis-à-vis du règlement intérieur de l'établissement qui peut avoir un écho plus large et toujours d'actualité.

7. Song to song de Malick, réflexion sur les difficultés de se comprendre soi-même pour "être soi-même" tout simplement (Knight of cups m'avait décontenancé, voire déplu et je ne sais toujours pas quoi en penser).

8. La route des Indes de Lean. C'est une description de l'Inde quand elle était encore une colonie anglaise qui montre aussi les difficultés de l'intégration. Des colons anglais et des indiens se rencontrent, essaient de vivre ensemble et de s'apprivoiser. Et pourtant, une incompréhension peut rendre illusoire cette tentative.

9. Les affameurs de Mann. Un western efficace, mais le début de l'économie moderne et du capitalisme.

10. Boyhood de Linklater. Ce film a la particularité d'avoir été tourné sur une dizaine d'année et suit la vie d'une famille composée de deux enfants. Le film s'attache à observer l'évolution de ces deux enfants depuis l'enfance jusqu'au début de leur vie d'adulte et porte aussi une attention particulière à leur mère, pas toujours bien entourée, et leur père jugé insuffisamment responsable.


:eek:

:good

Autant de découvertes en une seule année ! C'est bien simple, dans ta liste, je compte au moins cinq de mes films préférés de toute l'histoire du cinéma. Pour 2018, si jamais tu en as l'occasion, après L'enfance d'Ivan, je te conseille La Ballade du soldat de Grigori Tchoukhraï, réalisé quelques années auparavant. À mes yeux, un film encore plus incroyable, d'une simplicité décourageante dans sa perfection:




Dervi a écrit:Mais aussi sans détailler Tartuffe, Fanny et Alexandre, Alexandre le bienheureux, La chienne, L'incompris, Je suis un aventurier, Après la tempête, La double vie de Véronique, Sa majesté des mouches, Le quai des brumes, La belle équipe, Faute d'amour, Happy death dead.


...:

Et comme ça, au passage, tu balances ici quelques films extraordinaires, en plus, l'air de rien.

Dervi a écrit:A noter que pour la première fois, j'ai été circonspect voire déçu devant un Ford. Il s'agissait du film Le fils du désert.


:?

C'est pourtant un très très beau film, simple d'accès. Bah, tu es pardonné. Après une telle année, trop de grands films. Une règle d'or, si un film de Ford te déçoit, te dire que c'est de ta faute !

:D
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27562
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Dervi le 18 Avr 2018, 12:07

Silverwitch a écrit:
Autant de découvertes en une seule année ! C'est bien simple, dans ta liste, je compte au moins cinq de mes films préférés de toute l'histoire du cinéma. Pour 2018, si jamais tu en as l'occasion, après L'enfance d'Ivan, je te conseille La Ballade du soldat de Grigori Tchoukhraï, réalisé quelques années auparavant. À mes yeux, un film encore plus incroyable, d'une simplicité décourageante dans sa perfection:




Je vais essayer de le voir. J'ai sauté sur l'occasion de voir L'enfance d'Ivan un peu par ta faute, puisqu'on en avait parlé l'an dernier dans le fil du top 2016. Dans le film que tu proposes, y a-t-il aussi une parenté avec Quand passent les cigognes/grues, qui est un de mes plus beaux souvenirs au cinéma ?

Silverwitch a écrit:
Dervi a écrit:Mais aussi sans détailler Tartuffe, Fanny et Alexandre, Alexandre le bienheureux, La chienne, L'incompris, Je suis un aventurier, Après la tempête, La double vie de Véronique, Sa majesté des mouches, Le quai des brumes, La belle équipe, Faute d'amour, Happy death dead.


...:

Et comme ça, au passage, tu balances ici quelques films extraordinaires, en plus, l'air de rien.


Je veux bien détailler si on me laisse jusqu'à décembre :D

Silverwitch a écrit:
Dervi a écrit:A noter que pour la première fois, j'ai été circonspect voire déçu devant un Ford. Il s'agissait du film Le fils du désert.


:?

C'est pourtant un très très beau film, simple d'accès. Bah, tu es pardonné. Après une telle année, trop de grands films. Une règle d'or, si un film de Ford te déçoit, te dire que c'est de ta faute !

:D


Il faut dire que j'attends beaucoup de Ford et j'espère toujours grandir quand j'en découvre un et ce ne fut pas vraiment le cas cette fois-là.
Dervi
 
Messages: 604
Inscription: 21 Déc 2009, 13:04

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Silverwitch le 18 Avr 2018, 16:44

Dervi a écrit:
Silverwitch a écrit:
Autant de découvertes en une seule année ! C'est bien simple, dans ta liste, je compte au moins cinq de mes films préférés de toute l'histoire du cinéma. Pour 2018, si jamais tu en as l'occasion, après L'enfance d'Ivan, je te conseille La Ballade du soldat de Grigori Tchoukhraï, réalisé quelques années auparavant. À mes yeux, un film encore plus incroyable, d'une simplicité décourageante dans sa perfection:




Je vais essayer de le voir. J'ai sauté sur l'occasion de voir L'enfance d'Ivan un peu par ta faute, puisqu'on en avait parlé l'an dernier dans le fil du top 2016. Dans le film que tu proposes, y a-t-il aussi une parenté avec Quand passent les cigognes/grues, qui est un de mes plus beaux souvenirs au cinéma ?


:o

Absolument.
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27562
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede sheon le 03 Mai 2018, 20:00

Allez, on enchaîne (oui, ma notion d'enchaînement est toute relative) avec les films découverts en 2017 :

Accessits :
  • 9 mois ferme, Albert Dupontel. Une petite comédie sociale comme sait si bien les faire Dupontel, toujours aussi intenable lorsqu'il est à la fois devant et derrière la caméra, et des seconds rôles aussi impayables que d'habitude, mention spéciale à Bouli Lanners en spécialiste de la vidéosurveillance, que l'on imagine passer ses journées à épier les gens d'une caméra à une autre.
  • Assaut, John Carpenter. Adaptation moderne de Rio Bravo, Assault on Precinct 13 se situe cette fois dans un poste de police sur le point d'être abandonné, et où se réfugie un homme poursuivi par des individus violents et armés jusqu'aux dents. Assez réussi, mais le principal problème, à mon sens, est que l'on ne ressent pas assez les séquences d'assaut (plutôt dommage vu le titre du film).
  • Baby Cart : L’enfant massacre, Kenji Misumi. Moins connu que la série des Zatoichi, mais issu également d'un manga, l'hexalogie Baby Cart lui est peut-être supérieure, ne serait-ce que par la maîtrise impressionnante de l'art du sabre par son acteur principal, Tomisaburo Wakayama (par ailleurs frère de Shintaro Katsu, acteur principal des Zatoichi et producteur des Baby Cart, la boucle est bouclée). Il s'agit ici du deuxième volet et sans doute du meilleur, avec un rôle plus important donné à Akihiro Tomikawa, qui incarne le jeune fils du héros (et qui est donc trimballé partout dans le fameux landeau donnant son titre à la série). Une véritable pépite pour les amateurs de sabre japonais.
  • Casino, Martin Scorcese. Film jumeau des Affranchis (qu'on pourrait aussi comparer au Scarface de De Palma), et qui en reprend donc certains ingrédients, dont le moindre n'est pas le duo De Niro/Pesci. On préfèrera quand même l'original à la copie.
  • John Rambo, Sylvester Stallone. Les films de Stallone auront toujours été un reflet de sa carrière personnelle : lorsqu'il peine à décoller dans le milieu du cinéma, il tourne un boxeur perdant dans Rocky puis un soldat perdu dans Rambo. Devenu célèbre, il prend la grosse tête dans des nanars hallucinants tels que Cobra ou Over the top, avant de chuter irrémédiablement pour devenir véritablement has-been. Avec successivement Rocky Balboa puis John Rambo, il retrouve l'humilité de ses débuts tout en adressant un regard acerbe sur la personne qu'il était devenu dans les années 80-90.
  • Les Feebles, Peter Jackson. Le Muppet Show version sexe & drogue, à l'époque où Peter Jackson, encore méconnu, n'hésitait pas à aller dans le trash et le politiquement incorrect.
  • Les Premiers les Derniers, Bouli Lanners. Petite pépite, sorte de western moderne situé dans la Bauce où deux chasseurs de primes (Lanners et Dupontel) sont mandatés pour retrouver un téléphone portable volé à un gros bonnet et contenant des données compromettantes ; ils croiseront sur leur chemin deux paumés partis à la rencontre de leur fille et un individu christique aux actes désintéressés.
  • Sicario, Denis Villeneuve. Film nerveux sur l'interventionisme américain au Mexique dans sa lutte contre les cartels de drogue.
  • The Movie Orgy, Joe Dante. Une véritable rareté, totalement introuvable par ailleurs, projetée à la cinémathèque dans le cadre d'une rétrospective Joe Dante (plus précisément lors d'une "nuit Joe Dante") et restaurée par Dante lui-même à partir d'une copie personnelle, The Movie Orgy est un montage de 4h30 d'extraits de films, de séries, de publicités et d'émissions télévisées qui était projeté sur les campus dans les années 60. Le principe était que n'importe qui puisse prendre la projection en cours de route. Le résultat est assez indescriptible mais très amusant, entre séries B copiant de manière grotesque les Universal Monsters, émissions télévisuelles improbables (notamment un orchestre de faux animaux au regard dépressif) et publicités hallucinantes (dont de la propagande pour l'armée), le montage aux petits oignons nous gratifiant parfois d'enchaînements désopilants. Si seulement ça pouvait sortir en DVD !... (ce qui est très peu probable, car Joe Dante lui-même, en présentation de la séance, confirmait qu'il s'agissait d'un film créé dans l'idée de le projeter devant un groupe de gens avec une bière à la main et non de le regarder tout seul dans son salon...)


10 : Les Galettes de Pont-Aven, Joël Séria.
Image
Jean-Pierre Marielle dans un rôle taillé sur mesure, où il incarne un représentant en parapluie et peintre à ses heures perdues, fasciné par les culs des femmes qui jalonnent son existence. Comme souvent, Marielle se retrouve donc dans la peau d’un parfait idiot à la beaufitude exacerbée, genre de personnage qu’il joue toujours à merveille.

9 : Grand Prix, John Frankenheimer.
Image
Superproduction américaine tournée dans les années 60, ce film s'immisce dans le monde des grands-prix de Formule 1 avec une sincérité et un amour du sport automobile visible à l'écran. Les grands moyens alloués à Frankenheimer sont utilisés à la perfection pour donner un accent authentique indéniable au film, tout en n'oubliant pas de raconter une histoire (ce qui, sur ce point, le distingue de Le Mans avec Steve McQueen, à mon sens moins réussi précisément pour cette raison). Et c'est ce mélange entre prises de vues révolutionnaires (et qui n'ont pas vieilli, finalement) et personnages bien dessinés qui fait de ce film une franche réussite.

8 : Appel d’urgence, Steve De Jarnatt.
Image
Ayant eu un succès très limité à sa sortie en 1988, ce film était tombé dans l'oubli avant de ressurgir 24 ans plus tard grâce à un critique de cinéma. Traitant du sujet de l'apocalypse nucléaire, alors même que la guerre froide touche à sa fin, Steve De Jarnatt ne raconte pas un monde post-apocalyptique, ce qui était courant à l'époque, mais les instants qui précèdent la frappe balistique, alors qu'un couple d'habitants de Los Angeles, avertis par hasard de l'imminence de l'attaque, tentent de s'enfuir, répandant au passage la nouvelle qui fait basculer le quartier de Miracle Mile dans le chaos. Une vraie pépite.

7 : Les Diaboliques, Henri-Georges Clouzot.
Image
Film noir de Clouzot, très bien servi par son trio d'acteurs principaux (Paul Meurisse, Simone Signoret et Véra Clouzot) et ayant par moment des fulgurances artistiques, notamment une fin évoquant l'expressionnisme allemand.

6 : Le Pacha, Georges Lautner.
Image
Un bon polar de Georges Lautner et Michel Audiard mettant en scène Jean Gabin, dans un rôle d'inspecteur de police cherchant à mettre la main sur un tueur de flic (incarné par André Pousse). La musique est presque uniquement composée du titre Requiem pour un con de Serge Gainsbourg (qui fait pour l'occasion une apparition dans son propre rôle), et plus spécifiquement de sa partie instrumentale entêtante.

5 : Nuit et brouillard, Alain Resnais.
Image
Moyen métrage documentaire sur le système concentrationnaire du 3ème Reich, ce film d'Alain Resnais est resté fameux aussi bien pour son propos et ses images que pour la polémique qu'il a engendré à l'époque : en 1957, la France et l'Allemagne ne sont pas encore prêtes pour leur devoir de mémoire, et tentent d'interdire ou de censurer le film lors de son passage à Cannes. Il faut dire que la voix off conclut en rappelant que la majorité des acteurs de la déportation sont sans doute passés entre les mailles du filet et se promènent encore en liberté et totalement incognito dans les deux pays. Quand on sait le rôle des industriels en 39-45 et le pardon dont ils ont bénéficié ensuite, on comprend que ce film ait pu faire grincer des dents...

4 : Massacre à la tronçonneuse, Tobe Hooper.
Image
Contrairement aux préjugés véhiculés par son titre, ce film n'est pas tellement gore mais particulièrement dur psychologiquement. Ce qui est assez fascinant, c'est de constater que Tobe Hooper y invente le genre slasher, tout en donnant l'impression de le réinventer puisqu'il ne s'agit pas d'un tueur qui poursuit des ados, mais des ados qui s'introduisent dans la maison du tueur (qui, de son côté, ne comprend pas pourquoi). Le plus surprenant, finalement, est de constater qu'aucun des nombreux slashers qui ont suivi n'ont réussi à faire aussi bien que celui-ci, tant au niveau de la manière de montrer la terreur à l'écran (sans nécessiter de gore outre mesure) que dans la description de son tueur principal, qui cache une vraie humanité derrière sa barbarie.

3 : Le Juge et l’assassin, Bertrand Tavernier.
Image
Sans doute le meilleur rôle de Galabru au cinéma, pour une fois que lui était donnée l'occasion d'exprimer son talent d'acteur dans autre chose que des comédies navrantes. Cette confrontation entre un tueur en série et un juge (Philippe Noiret) dans la France de l'Affaire Dreyfus (on notera, au passage, une affiche hallucinante titrant fièrement "Lisez La Croix, le journal le plus antisémite de France !") permet de s'interroger sur le rôle de la justice et les conflits d'intérêts que peut avoir un juge carriériste dans ce genre d'affaires médiatisées.

2 : Room, Lenny Abrahamson.
Image
À partir d'une affaire absolument sordide d'un père ayant séquestré et violé sa fille pendant 24 ans (l'affaire Fritzl), Emma Donoghue, auteure du livre et de son adaptation au cinéma, imagine le quotidien d'un garçon de 5 ans ayant passé toute sa vie en captivité dans quelques mètres carrés, et de son choc lorsqu'il découvre le monde extérieur. Loin d'être glauque, l'histoire trouve plutôt une vraie poésie.

En parlant de glauque...
1 : Old Boy, Chan-wook Park.
Image
Outch. Un film bien vénère qui, non content de nous arracher la tête pendant ses scènes d'action (dont le fameux plan-séquence du marteau), nous la retourne lors de ses scènes dialoguées. Pas étonnant qu'il ait frôlé la palme d'or en 2003...
On est tous des cons.
Mais certains plus que d'autres.
Avatar de l'utilisateur
sheon
Léon Raoul
 
Messages: 17925
Inscription: 03 Juin 2010, 16:55
Localisation: Dans les nuages.

Précédente

Retourner vers Salon, saloon, bistrot du coin

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Ahrefs [Bot], Bing [Bot] et 6 invités