Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Le salon francophone est dédié aux sujets n'ayant pas de lien avec la F1 ni autres sports mécaniques. C'est un salon pour se détendre en refaisant le monde.

Modérateurs: sheon, Nicklaus

Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Hugues le 05 Déc 2017, 15:32

Pour re-re-re-re-re-reprendre une excellente idée.

silverwitch a écrit:En cette fin, c'est l'heure des bilans et des palmarès, pourquoi ne pas faire celui de l'année cinématographique ? Je vous propose de classer vos cinq films favoris sortis en France en 2011 2017.

Un petit commentaire sera le bienvenue.

N'hésitez pas à modifier votre vote pendant le mois de décembre ou au début janvier jusqu'à fin janvier si un film change votre point de vue.


Mais comme déjà les trois années précédentes, pour n'exclure personne... un changement à l'initiative originale:

Sont éligibles dans votre classement tous les films que vous avez pu découvrir en 2017, en vidéo, à la télévision ou au cinéma, en sus des films sortis au cinéma en 2017, .

La longueur du top reste à votre liberté, suivant le nombre de films vus cette année,

Par exemple, si vous n'avez vu aucun film de 2017, seulement découverts des films des années précédentes, un top 5 ou 10 sera suffisant.
Et si vous avez vu pleins de films de 2017, et découverts pleins de films des années précédentes, au moins un top 10 voire soyons fou, 15 ou 20.

Hugues
Hugues
 

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Hugues le 05 Déc 2017, 15:46

J'pense pas poster de si tôt dans le topic..

J'ai presque plus rien vu depuis 4 mois. J'ai donc à rattraper (à commencer par cette semaine)

Et en l'état, ça serait une des pire années depuis un bon nombre..

Ce qui est peut-être le cas en fait..

(M'enfin c'est un peu bizarre de penser qu'il n'y a personne entre la Ligue 1 [mauvaise comparaison, je sais] et la Division d'Honneur donc je me dis que j'ai peut-être manqué des trucs, on verra)

Hugues
Hugues
 

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede sheon le 05 Déc 2017, 18:33

Oh, tu as sans doute raté pas mal de bons films.
Par exemple, est-ce que tu as vu La Tour Sombre ?

(pardon)
Donnez une Ferrari à Leclerc et on n'en parle plus.
Avatar de l'utilisateur
sheon
Léon Raoul
 
Messages: 18295
Inscription: 03 Juin 2010, 16:55
Localisation: Dans les nuages.

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Marlaga le 05 Déc 2017, 19:37

sheon a écrit:Oh, tu as sans doute raté pas mal de bons films.
Par exemple, est-ce que tu as vu La Tour Sombre ?

(pardon)


En fait, on peut apprécier tout de suite ce film en comprenant le mot "sombre" comme un verbe et non comme un adjectif. Dans ce film, la tour sombre.
Avatar de l'utilisateur
Marlaga
 
Messages: 20893
Inscription: 12 Mar 2007, 09:45

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Hugues le 05 Déc 2017, 20:06

Ca ne fonctionne pas en VO par contre.

Hugues
Hugues
 

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Cortese le 05 Déc 2017, 21:11

The tour 5 ?
Avatar de l'utilisateur
Cortese
dieu
 
Messages: 30095
Inscription: 23 Fév 2003, 20:32

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Aym le 05 Déc 2017, 21:27

Hugues a écrit:Ca ne fonctionne pas en VO par contre.

Hugues


Nan, mais ça me rappelle cette pub géniale du coup :
L'informatique n'est pas une science exacte, on n'est jamais à l'abri d'un succès
Avatar de l'utilisateur
Aym
papaquintintien
 
Messages: 25606
Inscription: 18 Fév 2003, 19:05
Localisation: Toulouse

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Silverwitch le 09 Déc 2017, 18:18

Hugues a écrit:Et en l'état, ça serait une des pire années depuis un bon nombre..

Ce qui est peut-être le cas en fait..


Pas mieux.
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27614
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede sheon le 11 Déc 2017, 16:15

De mon côté, ça va être difficile de trancher.
D'autant plus après une semaine au PIFFF, qui m'a rajouté quelques pépites au tableau.
Donnez une Ferrari à Leclerc et on n'en parle plus.
Avatar de l'utilisateur
sheon
Léon Raoul
 
Messages: 18295
Inscription: 03 Juin 2010, 16:55
Localisation: Dans les nuages.

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Silverwitch le 30 Déc 2017, 12:05

Fin de l'année, faut vous lancer, messieurs ! Sheon, Ouais_supère (et les autres), qui commence ?
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27614
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Ouais_supère le 30 Déc 2017, 12:10

Je dois encore voir un film (On the milky road).
Ouais_supère
 
Messages: 20492
Inscription: 20 Juil 2005, 11:54

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Silverwitch le 30 Déc 2017, 12:21

Ouais_supère a écrit:Je dois encore voir un film (On the milky road).


:o
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27614
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede sheon le 30 Déc 2017, 20:03

Bah maintenant faut que je me décide sur la liste, et que j'arrive à écrire deux-trois mots pour chaque film.
Ça prend du temps, hein, ça ne sera pas prêt pour la nouvelle année :twisted:
(en plus, je vais encore me compliquer la vie avec 3 tops : sorties 2017, découvertes, nanars saoul: )
Donnez une Ferrari à Leclerc et on n'en parle plus.
Avatar de l'utilisateur
sheon
Léon Raoul
 
Messages: 18295
Inscription: 03 Juin 2010, 16:55
Localisation: Dans les nuages.

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede iceman46 le 31 Déc 2017, 00:13

j'ai aimé PATIENTS un film excellent qui relate exactement la vie des handy pas de romances ,du vrai que du vrai.
http://www.toilef1.com/IMG/jpg/140107spa.jpg

au revoir mon ami,continue a regarder les grands prix la haut au paradis des fans de sport auto.
je suis français de souche et j'emmerde mr leroux deputé ps.

KIMI EN POLE dommage pour les jaloux......
Avatar de l'utilisateur
iceman46
Iceman
 
Messages: 9791
Inscription: 14 Avr 2010, 21:03

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede AllegroTurbo le 15 Jan 2018, 19:00

Pas vu grand chose et je me souviens pas de tout ce que j'ai vu, alors en gros, et en écartant les trucs que j'ai trouvés merdiques :

Films sortis en 2017 :
-Crash test Aglaé : film simple, cependant mon coup de cœur de l'année pour les 3 actrices principales (dont India Hair que je ne connaissais pas et que j'ai trouvé géniale)
-Au revoir là-haut : Pour l'histoire, la beauté des masques créés et surtout Dupontel
-Django : pas mal d'imprécisions factuelles et d'invention mais la présence d'amis et connaissances au casting + la reconstitution à la note près de vrais chorus de Django + l'avant première en musique et à côté de Cécile de France suffisent à me plaire.
-K.O : un truc bien malsain qui retourne quand même un peu.

Dans la série "tu t'attends à voir des bouses et en fait pas vraiment"
-L’ascension : dommage que le fond revendicatif de l'histoire vraie soit passé à la trappe au moment de faire le scénario, pour une histoire d'amour un peu mièvre. Sinon j'ai trouvé ça drôle et les décors naturels valent le détour.
-Orgueil et préjugés et zombies : En tant que lecteur comblé de Jane Austen je craignais le pire, et c'est hallucinant comment ils ont respecté le bouquin, presque plus que le précédent film à succès avec K.Knightley, les zombies deviennent cohérents, grosse surprise.
-Kong, Skull Island : crainte de voir un gros truc hyperproduit et creux. Et non, pas creux du tout, vivent les films qui déconstruisent les a priori qu'on s'en fait. Des moments vraiment comiques, des idées bien foutues, un petit côté BD mélangé avec du sérieux et des acteurs principaux qui font le taf.

Films découverts en 2017 mais antérieurs :
-Les émotifs anonymes : Claque. Isabelle Carré...
-Louis, enfant roi (1992, Planchon) : la Fronde assez bien décrite malgré quelques raccourcis, et puis le réalisateur a bien senti l'ambiance de la 2e moitié du XVIIe siècle
-Ultimatum (2016, Erik Poppe) : découverte d'acteurs inconnus, d'une partie de l'histoire inconnue (franco-centré malheureusement) et du cou originale : Oslo et les paysages nordiques lors de la 2e GM
-The Walk (rêver plus haut) 2015. L'histoire de Philippe Petit le funambule fou. J'ai découvert sa vie et ses performances, ça m'a foutu un vertige...
-Humains (2008) : J'aime beaucoup D.Pinon, je ne connaissais pas ce film, en voyant le lettrage du début de générique je me suis dit que ce devait être une grosse production SF... au final c'est juste...euh...comment dire ça.... L.Deutsch en mec qui sauve le monde des néandertaliens...un film très premier degré et pourtant hyper drôle, surement un des plus gros nanard de l'histoire du cinéma, à voir donc...
-Les Frères Sœur : une vieillerie fin 90's avec du Podalydes, Berroyer et Baer dedans, ça fonctionne bien.
-Dieu existe il habite à Bruxelles, j'aimais bien l'idée de départ, assez irrégulier au final.
-Mon oncle Benjamin : Film fait pour moi, esprit du XVIIIe siècle, Claude jade...
-Plein de films sur les voyages temporels (Time Lapse, Time Machine celui de 2002 ...) pour lesquels je suis très bon client et très mauvais critique.

Films revus avec joie
:
Pour Mireille Darc : Le Grand Blond
Pour Jean Rochefort : Ridicules, une éléphant ça trompe etc
Pour le plaisir de re(rererere)voir : Uranus (....bordel quel film....), Le Jour se lève (Arletty...), Strange Days
"Il est aussi atroce qu'absurde, de voir les uns regorger de superflu, et les autres manquer du nécessaire." (D'Alembert)
Avatar de l'utilisateur
AllegroTurbo
Champcar For Ever
 
Messages: 1597
Inscription: 24 Avr 2006, 15:02

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Silverwitch le 16 Jan 2018, 17:08

AllegroTurbo a écrit:Pas vu grand chose et je me souviens pas de tout ce que j'ai vu, alors en gros, et en écartant les trucs que j'ai trouvés merdiques :

Films sortis en 2017 :
-Crash test Aglaé : film simple, cependant mon coup de cœur de l'année pour les 3 actrices principales (dont India Hair que je ne connaissais pas et que j'ai trouvé géniale)
-Au revoir là-haut : Pour l'histoire, la beauté des masques créés et surtout Dupontel
-Django : pas mal d'imprécisions factuelles et d'invention mais la présence d'amis et connaissances au casting + la reconstitution à la note près de vrais chorus de Django + l'avant première en musique et à côté de Cécile de France suffisent à me plaire.
-K.O : un truc bien malsain qui retourne quand même un peu.

Dans la série "tu t'attends à voir des bouses et en fait pas vraiment"
-L’ascension : dommage que le fond revendicatif de l'histoire vraie soit passé à la trappe au moment de faire le scénario, pour une histoire d'amour un peu mièvre. Sinon j'ai trouvé ça drôle et les décors naturels valent le détour.
-Orgueil et préjugés et zombies : En tant que lecteur comblé de Jane Austen je craignais le pire, et c'est hallucinant comment ils ont respecté le bouquin, presque plus que le précédent film à succès avec K.Knightley, les zombies deviennent cohérents, grosse surprise.
-Kong, Skull Island : crainte de voir un gros truc hyperproduit et creux. Et non, pas creux du tout, vivent les films qui déconstruisent les a priori qu'on s'en fait. Des moments vraiment comiques, des idées bien foutues, un petit côté BD mélangé avec du sérieux et des acteurs principaux qui font le taf.

Films découverts en 2017 mais antérieurs :
-Les émotifs anonymes : Claque. Isabelle Carré...
-Louis, enfant roi (1992, Planchon) : la Fronde assez bien décrite malgré quelques raccourcis, et puis le réalisateur a bien senti l'ambiance de la 2e moitié du XVIIe siècle
-Ultimatum (2016, Erik Poppe) : découverte d'acteurs inconnus, d'une partie de l'histoire inconnue (franco-centré malheureusement) et du cou originale : Oslo et les paysages nordiques lors de la 2e GM
-The Walk (rêver plus haut) 2015. L'histoire de Philippe Petit le funambule fou. J'ai découvert sa vie et ses performances, ça m'a foutu un vertige...
-Humains (2008) : J'aime beaucoup D.Pinon, je ne connaissais pas ce film, en voyant le lettrage du début de générique je me suis dit que ce devait être une grosse production SF... au final c'est juste...euh...comment dire ça.... L.Deutsch en mec qui sauve le monde des néandertaliens...un film très premier degré et pourtant hyper drôle, surement un des plus gros nanard de l'histoire du cinéma, à voir donc...
-Les Frères Sœur : une vieillerie fin 90's avec du Podalydes, Berroyer et Baer dedans, ça fonctionne bien.
-Dieu existe il habite à Bruxelles, j'aimais bien l'idée de départ, assez irrégulier au final.
-Mon oncle Benjamin : Film fait pour moi, esprit du XVIIIe siècle, Claude jade...
-Plein de films sur les voyages temporels (Time Lapse, Time Machine celui de 2002 ...) pour lesquels je suis très bon client et très mauvais critique.

Films revus avec joie
:
Pour Mireille Darc : Le Grand Blond
Pour Jean Rochefort : Ridicules, une éléphant ça trompe etc
Pour le plaisir de re(rererere)voir : Uranus (....bordel quel film....), Le Jour se lève (Arletty...), Strange Days


Ah, bah voilà ! Merci, AllegroTurbo !
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27614
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Silverwitch le 16 Jan 2018, 17:23

Une digression:

AllegroTurbo a écrit:Dans la série "tu t'attends à voir des bouses et en fait pas vraiment"
-Orgueil et préjugés et zombies : En tant que lecteur comblé de Jane Austen je craignais le pire, et c'est hallucinant comment ils ont respecté le bouquin, presque plus que le précédent film à succès avec K.Knightley, les zombies deviennent cohérents, grosse surprise.


:eek:

Bon, je ne m'attendais pas à trouver un jour sur ce forum un admirateur de l'oeuvre de Jane Austen ! Je ne dirai rien de ce que je pense du film en question, mais ça me fait penser à autre chose. La meilleure et la pire adaptation cinéma (et télévisée) d'un roman de Jane Austen ?

Ma préférée: Raison et Sentiments, réalisé par Ang Lee et adapté par Emma Thompson.
Le plus gros raté: Emma, adapté et réalisé (avec les pieds) par Douglas McGrath.

Pour restreindre à Orgueil et Préjugés (son roman le plus connu, peut-être pas mon préféré), j'apprécie également les adaptations de la BBC (avec le génial Colin Firth), mais également le film de Joe Wright, avec Keira Knightley. Quand je pense que son roman (certes pas le plus important) le plus cinématographique est également l'un des moins adaptés... On pourrait aussi disserter des qualités de l'adaptation ou plutôt de la "bonne trahison", qui trahit visiblement pour mieux rester fidèle à l'invisible.

Mon deuxième message de l'année sur le forum est parfait pour préparer ma reconversion dans la presse magazine féminine, n'était la dernière phrase du paragraphe précédent. On se refait difficilement.
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27614
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede sheon le 16 Jan 2018, 17:28

:lol: :lol:
Donnez une Ferrari à Leclerc et on n'en parle plus.
Avatar de l'utilisateur
sheon
Léon Raoul
 
Messages: 18295
Inscription: 03 Juin 2010, 16:55
Localisation: Dans les nuages.

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede AllegroTurbo le 16 Jan 2018, 17:38

Silverwitch a écrit:Une digression:

AllegroTurbo a écrit:Dans la série "tu t'attends à voir des bouses et en fait pas vraiment"
-Orgueil et préjugés et zombies : En tant que lecteur comblé de Jane Austen je craignais le pire, et c'est hallucinant comment ils ont respecté le bouquin, presque plus que le précédent film à succès avec K.Knightley, les zombies deviennent cohérents, grosse surprise.


:eek:

Bon, je ne m'attendais pas à trouver un jour sur ce forum un admirateur de l'oeuvre de Jane Austen ! Je ne dirai rien de ce que je pense du film en question, mais ça me fait penser à autre chose. La meilleure et la pire adaptation cinéma (et télévisée) d'un roman de Jane Austen ?

Ma préférée: Raison et Sentiments, réalisé par Ang Lee et adapté par Emma Thompson.
Le plus gros raté: Emma, adapté et réalisé (avec les pieds) par Douglas McGrath.

Pour restreindre à Orgueil et Préjugés (son roman le plus connu, peut-être pas mon préféré), j'apprécie également les adaptations de la BBC (avec le génial Colin Firth), mais également le film de Joe Wright, avec Keira Knightley. Quand je pense que son roman (certes pas le plus important) le plus cinématographique est également l'un des moins adaptés... On pourrait aussi disserter des qualités de l'adaptation ou plutôt de la "bonne trahison", qui trahit visiblement pour mieux rester fidèle à l'invisible.

Mon deuxième message de l'année sur le forum est parfait pour préparer ma reconversion dans la presse magazine féminine, n'était la dernière phrase du paragraphe précédent. On se refait difficilement.


Merci pour l'exclusivité de ce 2e message annuel et les conseils!

"Orgueil et Préjugés" reste mon préféré pour des raisons non littéraires (car lu en premier, dans un contexte perso poussant à l'analogie - lettre/sentiment).
Concernant les adaptations je n'ai vu que les 2 que j'ai citées et j'ai trouvé Keira Knightley un peu "lisse" - surement un choix de compréhension et d'interprétation - pour une personnage que j'imaginais plus....insurrectionnelle!
Quant à la version zombie je maintiens mon avis : il faut une sacrée technicité imaginative pour en faire ce qui en a été fait, en se prenant finalement au sérieux (costumes, décors, acteurs n'ayant pas grand chose à envier à la "vraie" version de Wright).
"Il est aussi atroce qu'absurde, de voir les uns regorger de superflu, et les autres manquer du nécessaire." (D'Alembert)
Avatar de l'utilisateur
AllegroTurbo
Champcar For Ever
 
Messages: 1597
Inscription: 24 Avr 2006, 15:02

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Silverwitch le 16 Jan 2018, 17:53

AllegroTurbo a écrit:Merci pour l'exclusivité de ce 2e message annuel et les conseils!


:D

Mais je t'en prie !

AllegroTurbo a écrit:"Orgueil et Préjugés" reste mon préféré pour des raisons non littéraires (car lu en premier, dans un contexte perso poussant à l'analogie - lettre/sentiment).
Concernant les adaptations je n'ai vu que les 2 que j'ai citées et j'ai trouvé Keira Knightley un peu "lisse" - surement un choix de compréhension et d'interprétation - pour une personnage que j'imaginais plus....insurrectionnelle!


Tu as raison, ce n'est pas pour le couple de personnages principaux que le film vaut, c'est pour les autres, Donald Sutherland en tête. C'est un film très convenable, très léger, un peu superficiel, et dans un sens tant mieux. Il parvient à échapper au reproche de l'académisme au prix d'une vision "romantisée" et neutralisée.

AllegroTurbo a écrit:Quant à la version zombie je maintiens mon avis : il faut une sacrée technicité imaginative pour en faire ce qui en a été fait, en se prenant finalement au sérieux (costumes, décors, acteurs n'ayant pas grand chose à envier à la "vraie" version de Wright).


:?

Un peu de technique, mais rien de compliqué, c'est de l'écriture automatique qui nous détourne de l'essentiel, en faisant croire au spectateur qu'il n'y a qu'une seule action possible, bref, le contraire de l'esprit des romans de Jane Austen: révéler l'universel sans quitter le jardin anglais. Tu remarqueras que ces adaptations (la zombification des romans ou des grandes oeuvres) est réalisable quelle que soit l'oeuvre adaptée. Au pire, tu remplaces le zombie par un vampire et c'est toute l'époque.

Sentimentaliser les conventions dramaturgiques tout en insensibilisant son spectateur vis à vis du réel. Si ce n'est pas une trahison de l'oeuvre, je ne sais pas ce que c'est !
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27614
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede AllegroTurbo le 16 Jan 2018, 19:15

Silverwitch a écrit:
Tu remarqueras que ces adaptations (la zombification des romans ou des grandes oeuvres) est réalisable quelle que soit l'oeuvre adaptée. Au pire, tu remplaces le zombie par un vampire et c'est toute l'époque.



Justement je n'ai pas réussi à aller au bout de "Alice au pays des zombies" ou de "Androïd Karenina" (le roman de base de Tolstoï fait diptyque avec O & P - pour moi) ou de "Les Quatre filles du Dr March ont les crocs".
En terme d'adaptation monstrueuse, O & P & Z est - à mon sens - bien au dessus (ou alors c'est l'oeuvre de base qui est au dessus des autres œuvres de base?) et s'il y avait un prix pour ce type d'exercice de détournement, celui-ci, seul, aurait ma voix.

Silverwitch a écrit:
Sentimentaliser les conventions dramaturgiques tout en insensibilisant son spectateur vis à vis du réel. Si ce n'est pas une trahison de l'oeuvre, je ne sais pas ce que c'est !


Je l'ai ressenti à l'inverse : insensibiliser le spectateur sur l’élément monstrueux-pas-si-perturbateur-que-ça pour faire ressortir la dramaturgie austenienne, la magie du contraste (qui ne saute pas à tes yeux orgueilleux et préjugeant de la potentielle force dramaturgique zombiesque :jesors: )
"Il est aussi atroce qu'absurde, de voir les uns regorger de superflu, et les autres manquer du nécessaire." (D'Alembert)
Avatar de l'utilisateur
AllegroTurbo
Champcar For Ever
 
Messages: 1597
Inscription: 24 Avr 2006, 15:02

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Silverwitch le 16 Jan 2018, 19:27

AllegroTurbo a écrit:
Silverwitch a écrit:
Sentimentaliser les conventions dramaturgiques tout en insensibilisant son spectateur vis à vis du réel. Si ce n'est pas une trahison de l'oeuvre, je ne sais pas ce que c'est !


Je l'ai ressenti à l'inverse : insensibiliser le spectateur sur l’élément monstrueux-pas-si-perturbateur-que-ça pour faire ressortir la dramaturgie austenienne, la magie du contraste (qui ne saute pas à tes yeux orgueilleux et préjugeant de la potentielle force dramaturgique zombiesque :jesors: )


:good

C'est bien défendu. Néanmoins, je ne suis pas convaincue: imagines-tu vraiment l'ironie se déployer autrement qu'à travers l'épreuve d'un réel désenchanté ? Pour faire apparaître le caractère dramatique du réel, il faut surmonter le quotidien pas le détruire. Comment imaginer une vue de Delft peuplée de zombies ou la liseuse à se fenêtre posant son livre pour affronter des vampires ? C'est parce qu'il ne se passe pas grand chose en apparence, sinon des conventions du quotidien que l'oeuvre de Jane Austen nous apprend à voir au-delà des apparences. Bon, je ne te convaincrai pas, je me surprends à t'imaginer rêvant à la rencontre délirante d'une toile de Fragonard avec des zombies. Deux siècles existaient alors en un, celui d'une entreprise à visée rationnelle, celle des encyclopédistes, et le siècle des fantasmes, des magiciens ou des occultistes, si bien décrit par Casanova et d'autres. Rares sont les écrivains, les penseurs ou les artistes à avoir trouvé un équilibre miraculeux, mais Jane Austen, romancière à cheval entre deux siècles, si ! Dès ses premiers romans, elle n'est pas dupe. Entre les rêveries romantiques ou pré romantiques (les romans gothiques anglais, par exemple) et leur examen ironique, romanesque et anti romantique, il faut bien choisir.

Transformer un roman qui désillusionne en rêverie néo gothique, il fallait oser.
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27614
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Silverwitch le 16 Jan 2018, 19:31

J'espère qu'on me pardonnera le hors-sujet monstrueux dans lequel j'entraîne malgré lui AllegroTurbo qui avait pourtant respecté la lettre et l'esprit du sujet. Un modérateur déplacera ces digressions si nécessaire, pour sauver ce malheureux sujet zombie.
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27614
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede AllegroTurbo le 16 Jan 2018, 19:42

Silverwitch a écrit:
:good

C'est bien défendu. Néanmoins, je ne suis pas convaincue: imagines-tu vraiment l'ironie se déployer autrement qu'à travers l'épreuve d'un réel désenchanté ? Pour faire apparaître le caractère dramatique du réel, il faut surmonter le quotidien pas le détruire. Comment imaginer une vue de Delft peuplée de zombies ou la liseuse à se fenêtre posant son livre pour affronter des vampires ? C'est parce qu'il ne se passe pas grand chose en apparence, sinon des conventions du quotidien que l'oeuvre de Jane Austen nous apprend à voir au-delà des apparences. Bon, je ne te convaincrai pas, je me surprends à t'imaginer rêvant à la rencontre délirante d'une toile de Fragonard avec des zombies. Deux siècles existaient alors en un, celui d'une entreprise à visée rationnelle, celle des encyclopédistes, et le siècle des fantasmes, des magiciens ou des occultistes, si bien décrit par Casanova et d'autres. Rares sont les écrivains, les penseurs ou les artistes à avoir trouvé un équilibre miraculeux, mais Jane Austen, romancière à cheval entre deux siècles, si ! Dès ses premiers romans, elle n'est pas dupe. Entre les rêveries romantiques ou pré romantiques (les romans gothiques anglais, par exemple) et leur examen ironique, romanesque et anti romantique, il faut bien choisir.

Transformer un roman qui désillusionne en rêverie néo gothique, il fallait oser.


Alors je précise que je ne suis pas du tout dans l'optique de dire que les zombies apportent à l'oeuvre d'Austen, mais que ce film parodique - que j'ai entrepris de regarder au x-ème degré au delà du 2ème - m'a paru respecter la trame initiale dans certaines de ses composantes (la question militaire principalement - mais aussi, et c'est là que fut la surprise - la complexité/ambiguité des 2 rivaux masculins) au point de pouvoir être comparé avec le film de Wright (sur des points particuliers of course).

Tu m'imagines rêvant de Fragonard zombifié (de Frago-nanard du coup), ton imagination est riche. Malheureusement mes rêves ne m'ont jamais encore fait approcher ce genre d'images. J'apprécie en général les histoires zombiesques pour l'aspect survie/apocalypse qui leur sert de décor, l'idée de repartir à zéro, comment, pourquoi.

Et en tant que doctorant spécialisé dans la fin du XVIIIème siècle, mais aussi en tant que simple citoyen, j'envie la soif de rationalité de ladite période, et avec Condorcet je conchie Mesmer ; par ailleurs je passe une grande partie de mon temps scientifique à déconstruire le "fantasme" (qui pour le coup est un cocktail, ou plutôt une mixture de romantisme instrumentalisé par les idées contre-révolutionnaires ou réactionnaires) qui déteint si fortement sur l'historiographie de la Première République que la connaissance de cette période en est troublée voire faussée. Je parle de la Révolution aussi car c'est par ce biais que j'ai "rencontré" Austen (un mémoire d'histoire de la littérature sur les liens entre Austen et la Révolution française).
Le romantisme qui me parle c'est celui de la "nature", des villes-vertes et des promenades, des prières qui passe de la soumission à genoux à la demande de soleil pour favoriser les récoltes. Un romantisme rationnel : républicain, dans le sens sans-culotte de l'adjectif.
"Il est aussi atroce qu'absurde, de voir les uns regorger de superflu, et les autres manquer du nécessaire." (D'Alembert)
Avatar de l'utilisateur
AllegroTurbo
Champcar For Ever
 
Messages: 1597
Inscription: 24 Avr 2006, 15:02

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Silverwitch le 16 Jan 2018, 20:27

AllegroTurbo a écrit:Alors je précise que je ne suis pas du tout dans l'optique de dire que les zombies apportent à l'oeuvre d'Austen, mais que ce film parodique - que j'ai entrepris de regarder au x-ème degré au delà du 2ème - m'a paru respecter la trame initiale dans certaines de ses composantes (la question militaire principalement - mais aussi, et c'est là que fut la surprise - la complexité/ambiguité des 2 rivaux masculins) au point de pouvoir être comparé avec le film de Wright (sur des points particuliers of course).

Tu m'imagines rêvant de Fragonard zombifié (de Frago-nanard du coup), ton imagination est riche. Malheureusement mes rêves ne m'ont jamais encore fait approcher ce genre d'images. J'apprécie en général les histoires zombiesques pour l'aspect survie/apocalypse qui leur sert de décor, l'idée de repartir à zéro, comment, pourquoi.


:D

Je te charriais, pour le coup ! Chacun a son jardin privé (désolée, j'aime bien imaginer t'imaginant). Après tout, quand l'on voit des zombies partout, cela nous dit quelque chose sur la modernité. Peut-être moins sur les romans de Jane Austen. Je suis embêtée pour te répondre plus sérieusement, car la question d'une adaptation est toujours épineuse. Au fond, ce qui compte pour moi, c'est l'acte d'ouverture du regard (je ne sais pas comment le dire autrement en si peu de mots) du spectateur. Dans le cas des romans de Jane Austen, je les qualifierais volontiers d'anti-gothiques (anti-romantiques) puisqu'il s'agit de déciller les yeux du lecteur et par extension du spectateur "vis à vis" (comme on dirait en anglais) du réel, du quotidien. C'est donc si tu préfères une incompatibilité de nature.

Tout cela ne nous dit rien cependant sur la valeur du film lui-même, et grâce à cette discussion, on peut alors l'envisager autrement. Je ne sais pas si ni trouverons d'autres spectateurs ici de ce film pour trancher la dispute, bien amicale.
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27614
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede AllegroTurbo le 16 Jan 2018, 20:47

Silverwitch a écrit:
Je suis embêtée pour te répondre plus sérieusement, car la question d'une adaptation est toujours épineuse. Au fond, ce qui compte pour moi, c'est l'acte d'ouverture du regard (je ne sais pas comment le dire autrement en si peu de mots) du spectateur.


Peut-on réellement parler d'adaptation dans le cas du film qui nous occupe? C'est un jeu, une boutade, un exercice de style (douteux le style si tu veux), c'est un truc de chansonnier : reprendre un air connu et y coller des paroles nouvelles et souvent limitées à un clin d’œil humoristique ou très éloigné du texte de départ. C'est avec cet angle là que j'ai regardé et apprécié "Orgueil et préjugés et zombies" (non, mais rien que le titre quoi...).

Silverwitch a écrit:
Dans le cas des romans de Jane Austen, je les qualifierais volontiers d'anti-gothiques (anti-romantiques) puisqu'il s'agit de déciller les yeux du lecteur et par extension du spectateur "vis à vis" (comme on dirait en anglais) du réel, du quotidien.



Alors là on se rejoint tout à fait, lire Austen m'a fait penser à.....Flaubert... (imagine moi m'imaginant qui aurait été Emma B. dans O & P et tentant d'imaginer qui tu imaginerais l'être [ :D ] * )

Silverwitch a écrit:C'est donc si tu préfères une incompatibilité de nature.

J'ai du mal avec les essentialisations, particulièrement en art rien où n'est incompatible "de nature", et d'ailleurs l'anti-romantisme du roman (!) de Jane Austen - que tu décris si bien - mène à une des lettres d'amour de littérature des plus romantiques qui soit...et très naturellement ;)





* - Emma B. qui est d'ailleurs très zombiesque... [non là je plaisante]
"Il est aussi atroce qu'absurde, de voir les uns regorger de superflu, et les autres manquer du nécessaire." (D'Alembert)
Avatar de l'utilisateur
AllegroTurbo
Champcar For Ever
 
Messages: 1597
Inscription: 24 Avr 2006, 15:02

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Silverwitch le 16 Jan 2018, 21:51

AllegroTurbo a écrit:Peut-on réellement parler d'adaptation dans le cas du film qui nous occupe? C'est un jeu, une boutade, un exercice de style (douteux le style si tu veux), c'est un truc de chansonnier : reprendre un air connu et y coller des paroles nouvelles et souvent limitées à un clin d’œil humoristique ou très éloigné du texte de départ. C'est avec cet angle là que j'ai regardé et apprécié "Orgueil et préjugés et zombies" (non, mais rien que le titre quoi...).


Où il y a une oeuvre, peu importent ses intentions, je la traite comme tel: une oeuvre dont la forme même a des prétentions, qu'elle le veuille ou non. Chardin et le peintre du dimanche ont tous les deux oeuvré. Et même si le peintre du dimanche me dit qu'il a voulu faire une toile gentille pour lui et ses amis, je ne le force pas à l'exposer au public.

Je reconnais volontiers que tu as été un spectateur plus exemplaire que moi devant le film, puisque je n'ai pas vraiment joué le jeu qui consiste à se faire le spectateur que l'oeuvre attend de toi. C'était au-dessus de mes forces !


Silverwitch a écrit:
AllegroTurbo a écrit:C'est donc si tu préfères une incompatibilité de nature.

J'ai du mal avec les essentialisations, particulièrement en art rien où n'est incompatible "de nature", et d'ailleurs l'anti-romantisme du roman (!) de Jane Austen - que tu décris si bien - mène à une des lettres d'amour de littérature des plus romantiques qui soit...et très naturellement ;)


Si l'oeuvre a un sens, pour faire simple, disons qu'elle dit quelque chose, alors comme tout acte de communication, elle dit cette chose (même si cette chose est souvent impossible à circonscrire entièrement, en partie pour les raisons que tu décris mais pas seulement) et pas le contraire de cette chose. Mais bon, c'est la question du point de vue, la question du sens et de la signification. Si on va sur ce terrain, nous n'en avons pas fini !

Ici, j'identifie toujours cette incompatibilité, les romans de Jane Austen déniaisent le sentiment et le réel en révélant sa complexité, les fils invisibles qui en constituent la trame. Cela ne signifie pas qu'il n'y a pas de sentiments, ou même de sentimentalisme, mais que le point de vue du roman (de tous ses romans, peut-on dire sans exagérer) produit un renversement dont le film discuté ici nous éloigne à mon avis terriblement et de manière irréconciliable.

J'en reviens à mon questionnement initial sur la trahison inhérente à l'adaptation. Les adaptations trahissent souvent l'essentiel, reste à l'identifier. Mais arrêtons, j'ai sans doute déjà trop tiré sur les fils, tu n'as pas besoin de justifier plus que de raison la signification que ce film a pour toi et tu l'as déjà fait de manière plus que convaincante. N'y vois pas autre chose qu'une curiosité amusée devant la révélation de correspondances mystérieuses, ton goût pour Jane Austen en premier qui fait mon bonheur ce soir. Il aura fallu ce drôle de film.
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27614
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede AllegroTurbo le 16 Jan 2018, 22:14

Silverwitch a écrit:J'en reviens à mon questionnement initial sur la trahison inhérente à l'adaptation. Les adaptations trahissent souvent l'essentiel, reste à l'identifier. Mais arrêtons, j'ai sans doute déjà trop tiré sur les fils, tu n'as pas besoin de justifier plus que de raison la signification que ce film a pour toi et tu l'as déjà fait de manière plus que convaincante. N'y vois pas autre chose qu'une curiosité amusée devant la révélation de correspondances mystérieuses, ton goût pour Jane Austen en premier qui fait mon bonheur ce soir. Il aura fallu ce drôle de film.


Ah ça je ne pensais pas un jour devoir "expliquer" pourquoi ce film m'avait intrigué.

Sur la trahison : Et si cette parodie avait donné à des amateurs de zombies ne connaissant pas la citoyenne Jane le goût d'Austen ? Pragmatique détrahison?

Trahir? oui c'est une question de point de vue. De la manière dont on définit cet essentiel si peu définissable, et qu'aucune italique ou aucuns guillemets ne rendra plus palpable.

Les perceptions, interprétations des récepteurs de l'oeuvre priment - à mes yeux - sur l'intentionnalité changeante et souvent floue des créateurs. En poésie les auteurs jouent là-dessus pour écrire, leur intentionnalité est modifiée par les regards possibles des futurs lecteurs/auditeurs, et dès lors des strates de sens différents, mouvants produits par les récepteurs créent un autre imginaire - ou des variantes - que celui voulu par le-la poète, c'est bien en ça -dans cet exemple précis - que le langage en est transcendé tant dans sa fonction d'outil de communication que dans sa portée symbolique/artistique et qu'il n'y a donc rien d'essentiel.

Echapper à l'auteur (en cas d'intention précise), ce n'est pas trahir, mais augmenter.

Bref. Ton bonheur de ce soir soir repose sur bien peu de choses. Et c'est tant mieux.
"Il est aussi atroce qu'absurde, de voir les uns regorger de superflu, et les autres manquer du nécessaire." (D'Alembert)
Avatar de l'utilisateur
AllegroTurbo
Champcar For Ever
 
Messages: 1597
Inscription: 24 Avr 2006, 15:02

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Silverwitch le 16 Jan 2018, 22:52

AllegroTurbo a écrit:Les perceptions, interprétations des récepteurs de l'oeuvre priment - à mes yeux - sur l'intentionnalité changeante et souvent floue des créateurs. En poésie les auteurs jouent là-dessus pour écrire, leur intentionnalité est modifiée par les regards possibles des futurs lecteurs/auditeurs, et dès lors des strates de sens différents, mouvants produits par les récepteurs créent un autre imginaire - ou des variantes - que celui voulu par le-la poète, c'est bien en ça -dans cet exemple précis - que le langage en est transcendé tant dans sa fonction d'outil de communication que dans sa portée symbolique/artistique et qu'il n'y a donc rien d'essentiel.


Nous ne sommes pas contraints à l'impossible choix entre l'auteur et le spectateur, fort heureusement ! Il reste à considérer que l'oeuvre elle-même produit ce qui se rapproche d'une intentionnalité. Si l'oeuvre se confond avec son auteur, il n'y a pas d'oeuvre, si l'oeuvre se confond avec sa réception par le spectateur, il n'y a pas d'oeuvre. La théorie est un démon.

Cependant, je rappellerai quand même la phrase de Stravinsky à son interprète, le chef suisse Ansermet: "ici vous n'êtes pas chez vous, mon cher !". Qui nous renvoie aux limites de l'interprétation, aux limites de la théorie consistant à démultiplier la production de discours, au détriment de la recherche patiente, obstinée, intuitive et méthodique de ce qu'une oeuvre révèle. Je suis très éloignée des raisonnements contemporains à cet égard qui prétendent faire l'économie du travail de déchiffrement, passer outre l'exploration d'une oeuvre au profit de l'exaltation du "moi je". Il faut quand même faire attention à ne pas aller trop loin dans une forme de cynisme interprétatif, s'il n'y a rien d'essentiel comme tu l'écris, alors une oeuvre dit bien tout et son contraire, c'est-à-dire n'importe quoi et rien tout à la fois. Si l'on fait le tri, de manière raisonnée, entre le sens (je ne dirais pas les sens, c'est un peu du charabia) et les significations, en se confrontant concrètement à la spécificité de l'art, on peut découvrir ce que seul un roman peut exprimer, et ce que ce roman particulier révèle singulièrement.

Un spectateur ou un lecteur est comme un citoyen, ce n'est pas une baguette magique qui fait de lui un sujet de droit, c'est la loi. L'expérience esthétique est l'épreuve de l'hétéronomie. Même si on voudrait bien le croire, nous ne sommes pas chez nous, le film ne se confond pas avec nos rêveries. Et c'est tant mieux, puisque cette séparation est la source, la condition de l'acte d'ouverture de notre regard.

AllegroTurbo a écrit:Bref. Ton bonheur de ce soir soir repose sur bien peu de choses. Et c'est tant mieux.


:wink:

Je cultive mon goût du bonheur.
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27614
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede AllegroTurbo le 16 Jan 2018, 23:39

Silverwitch a écrit:
AllegroTurbo a écrit:Les perceptions, interprétations des récepteurs de l'oeuvre priment - à mes yeux - sur l'intentionnalité changeante et souvent floue des créateurs. En poésie les auteurs jouent là-dessus pour écrire, leur intentionnalité est modifiée par les regards possibles des futurs lecteurs/auditeurs, et dès lors des strates de sens différents, mouvants produits par les récepteurs créent un autre imginaire - ou des variantes - que celui voulu par le-la poète, c'est bien en ça -dans cet exemple précis - que le langage en est transcendé tant dans sa fonction d'outil de communication que dans sa portée symbolique/artistique et qu'il n'y a donc rien d'essentiel.


Nous ne sommes pas contraints à l'impossible choix entre l'auteur et le spectateur, fort heureusement ! Il reste à considérer que l'oeuvre elle-même produit ce qui se rapproche d'une intentionnalité. Si l'oeuvre se confond avec son auteur, il n'y a pas d'oeuvre, si l'oeuvre se confond avec sa réception par le spectateur, il n'y a pas d'oeuvre. La théorie est un démon.

Cependant, je rappellerai quand même la phrase de Stravinsky à son interprète, le chef suisse Ansermet: "ici vous n'êtes pas chez vous, mon cher !". Qui nous renvoie aux limites de l'interprétation, aux limites de la théorie consistant à démultiplier la production de discours, au détriment de la recherche patiente, obstinée, intuitive et méthodique de ce qu'une oeuvre révèle. Je suis très éloignée des raisonnements contemporains à cet égard qui prétendent faire l'économie du travail de déchiffrement, passer outre l'exploration d'une oeuvre au profit de l'exaltation du "moi je". Il faut quand même faire attention à ne pas aller trop loin dans une forme de cynisme interprétatif, s'il n'y a rien d'essentiel comme tu l'écris, alors une oeuvre dit bien tout et son contraire, c'est-à-dire n'importe quoi et rien tout à la fois. Si l'on fait le tri, de manière raisonnée, entre le sens (je ne dirais pas les sens, c'est un peu du charabia) et les significations, en se confrontant concrètement à la spécificité de l'art, on peut découvrir ce que seul un roman peut exprimer, et ce que ce roman particulier révèle singulièrement.

Un spectateur ou un lecteur est comme un citoyen, ce n'est pas une baguette magique qui fait de lui un sujet de droit, c'est la loi. L'expérience esthétique est l'épreuve de l'hétéronomie. Même si on voudrait bien le croire, nous ne sommes pas chez nous, le film ne se confond pas avec nos rêveries. Et c'est tant mieux, puisque cette séparation est la source, la condition de l'acte d'ouverture de notre regard.



On est d'accord sur l'essentiel.
J'opposerai cependant à Stravinsky les cher-e-s Villon, Baud', Rimb', Prévert, Rilke & N.Clifford-Barney parfois ... qui souvent, sciemment, voilent les éventuels indices de sens pour que les sens-à-donner leur soient extérieurs, que le poème soit une expérience personnelle, intime du "spectateur" comme de l'auteur.
Seuls les sens (les ressentis) importent et ils ne produisent pas les mêmes images, rêveries, imaginations.

Oui nous ne sommes contraints à rien mais l'effet de l'auteur sur le spectateur s'observe - à mon avis - rarement dans le sens voulu et direct, mais bien dans ce qui (lui, nous) échappe, dans ce qui résonne avec l'imaginaire personnel (d'ailleurs - pour en revenir au début de la discussion - mon goût d'O & P vient d'ailleurs plus de mon contexte, d'un moment).
Peut-être que la poésie est un art à part dans sa projection délibérée vers le lecteur/auditeur, dans sa façon de se construire sur des imaginaires et des subjectivités divagantes et fugueuses du foyer de sens de l'auteur.

Quand dans un concert Thiéfaine a expliqué le sens de sa chanson "l'étranger dans la glace", en précisant qu'il détestait "expliquer", que cela nous retirait - à nous auditeurs - notre "part de la chanson", il a effectivement tué mon imaginaire sur cette chanson.
Pour moi il était question d'ours et d'hibernation, de codes à déconstruire, de monde étranger par émeute et solitude. Il nous a expliqué que c'était pour un de ses amis atteint d'Alzheimer, je suis passé du "blanc-sibérie" au "blanc-hôpital", du "misanthropique" au "clinique", je préférais ma version et j'ai apprécié ses excuses mais je ne peux plus l'écouter.

Quelque part, dès lors que l'oeuvre est donnée à voir/écouter, la notion de propriété s'efface, c'est bien pour ça que l'art est révolutionnaire !
"Il est aussi atroce qu'absurde, de voir les uns regorger de superflu, et les autres manquer du nécessaire." (D'Alembert)
Avatar de l'utilisateur
AllegroTurbo
Champcar For Ever
 
Messages: 1597
Inscription: 24 Avr 2006, 15:02

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Silverwitch le 17 Jan 2018, 11:51

AllegroTurbo a écrit:On est d'accord sur l'essentiel.
J'opposerai cependant à Stravinsky les cher-e-s Villon, Baud', Rimb', Prévert, Rilke & N.Clifford-Barney parfois ... qui souvent, sciemment, voilent les éventuels indices de sens pour que les sens-à-donner leur soient extérieurs, que le poème soit une expérience personnelle, intime du "spectateur" comme de l'auteur.
Seuls les sens (les ressentis) importent et ils ne produisent pas les mêmes images, rêveries, imaginations.

Oui nous ne sommes contraints à rien mais l'effet de l'auteur sur le spectateur s'observe - à mon avis - rarement dans le sens voulu et direct, mais bien dans ce qui (lui, nous) échappe, dans ce qui résonne avec l'imaginaire personnel (d'ailleurs - pour en revenir au début de la discussion - mon goût d'O & P vient d'ailleurs plus de mon contexte, d'un moment).
Peut-être que la poésie est un art à part dans sa projection délibérée vers le lecteur/auditeur, dans sa façon de se construire sur des imaginaires et des subjectivités divagantes et fugueuses du foyer de sens de l'auteur.

Quand dans un concert Thiéfaine a expliqué le sens de sa chanson "l'étranger dans la glace", en précisant qu'il détestait "expliquer", que cela nous retirait - à nous auditeurs - notre "part de la chanson", il a effectivement tué mon imaginaire sur cette chanson.
Pour moi il était question d'ours et d'hibernation, de codes à déconstruire, de monde étranger par émeute et solitude. Il nous a expliqué que c'était pour un de ses amis atteint d'Alzheimer, je suis passé du "blanc-sibérie" au "blanc-hôpital", du "misanthropique" au "clinique", je préférais ma version et j'ai apprécié ses excuses mais je ne peux plus l'écouter.

Quelque part, dès lors que l'oeuvre est donnée à voir/écouter, la notion de propriété s'efface, c'est bien pour ça que l'art est révolutionnaire !


Réponse courte: l'expérience esthétique est une activité publique, pas une rêverie privée. C'est ce qui fait la différence entre l'oeuvre et l'intention de l'auteur, entre l'oeuvre et l'imagination du spectateur. Tu peux apprécier les brumes nordiques, mais il existe une différence entre interpréter une oeuvre et l'utiliser. On risque dans le cas contraire d'oublier que l'oeuvre avant d'être réduite à son usage s'impose comme une réalité sensible, comme un objet mystérieux offert au pari de la connaissance. Je peux conclure par une simple remarque, si l'on accepte la différence entre interpréter et utiliser, il faut également se poser une question cruciale: veux-tu vraiment comprendre ce que tu regardes ou ce que tu lis ? Cela implique de rendre à l'oeuvre son autonomie, et même de renoncer à projeter sa propre subjectivité sur l'oeuvre. L'expérience esthétique renvoie en miroir à l'activité de création, je suis d'accord avec toi à ce sujet, mais pas nécessairement sur l'acte de création lui-même. Quand l'affectivité nous renvoie au connu, l'expérience esthétique et l'acte de création nous entraînent dans une exploration de l'inconnu. C'est à mes yeux la seule morale de l'art.
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27614
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede sheon le 17 Jan 2018, 12:52

Silverwitch a écrit:J'espère qu'on me pardonnera le hors-sujet monstrueux dans lequel j'entraîne malgré lui AllegroTurbo qui avait pourtant respecté la lettre et l'esprit du sujet. Un modérateur déplacera ces digressions si nécessaire, pour sauver ce malheureux sujet zombie.

Pour moi, ce genre de discussions entre directement dans le sujet, qui ne se veut pas être simplement une série de "tops" mais plutôt l'occasion de discuter des films retenus par chacun. :o
Donnez une Ferrari à Leclerc et on n'en parle plus.
Avatar de l'utilisateur
sheon
Léon Raoul
 
Messages: 18295
Inscription: 03 Juin 2010, 16:55
Localisation: Dans les nuages.

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Silverwitch le 17 Jan 2018, 13:02

sheon a écrit:
Silverwitch a écrit:J'espère qu'on me pardonnera le hors-sujet monstrueux dans lequel j'entraîne malgré lui AllegroTurbo qui avait pourtant respecté la lettre et l'esprit du sujet. Un modérateur déplacera ces digressions si nécessaire, pour sauver ce malheureux sujet zombie.

Pour moi, ce genre de discussions entre directement dans le sujet, qui ne se veut pas être simplement une série de "tops" mais plutôt l'occasion de discuter des films retenus par chacun. :o


Oui, tu as raison. C'est plus sympa d'échanger, mais je ne voudrais pas décourager encore d'avantage les rares volontaires. Personne n'est contraint de justifier ses goûts au cours d'un interrogatoire serré, enfin pas toujours en tout cas ! Et puis, c'est l'occasion de mieux se connaître, par exemple l'ami AllegroTurbo, d'ordinaire si discret sur le bistrot.
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27614
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede bertrand le 17 Jan 2018, 18:54

C'est grave si je dis que j'ai beaucoup aimé Valérian et le dernier Star Wars ?

Passke j'ai vachement aimé en fait.

Voilà :D
"L'Arche de Noé c'est vraiment n'importe quoi"
bertrand
 
Messages: 573
Inscription: 15 Nov 2004, 15:59
Localisation: DTC

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Aiello le 18 Jan 2018, 10:09

bertrand a écrit:C'est grave si je dis que j'ai beaucoup aimé Valérian et le dernier Star Wars ?

Passke j'ai vachement aimé en fait.

Voilà :D


Image
Image
Avatar de l'utilisateur
Aiello
Supertouriste
 
Messages: 20938
Inscription: 04 Mar 2003, 22:58
Localisation: Quelque part dans le Devon

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede sheon le 18 Jan 2018, 13:57

bertrand a écrit:C'est grave si je dis que j'ai beaucoup aimé Valérian et le dernier Star Wars ?

Passke j'ai vachement aimé en fait.

Voilà :D

Pour Valérian, je t'ai déjà donné mon avis sur Facebook, donc je t'épargnerai ici :D
Donnez une Ferrari à Leclerc et on n'en parle plus.
Avatar de l'utilisateur
sheon
Léon Raoul
 
Messages: 18295
Inscription: 03 Juin 2010, 16:55
Localisation: Dans les nuages.

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede bertrand le 19 Jan 2018, 19:38

sheon a écrit:
bertrand a écrit:C'est grave si je dis que j'ai beaucoup aimé Valérian et le dernier Star Wars ?

Passke j'ai vachement aimé en fait.

Voilà :D

Pour Valérian, je t'ai déjà donné mon avis sur Facebook, donc je t'épargnerai ici :D


Merci de ta bienveillance à ce sujet... on sait reconnaître les gens bien intentionnés :D

J'ai aimé star wars aussi.

:jesors: ?
"L'Arche de Noé c'est vraiment n'importe quoi"
bertrand
 
Messages: 573
Inscription: 15 Nov 2004, 15:59
Localisation: DTC

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede sheon le 19 Jan 2018, 21:23

Bah, je préfère largement revoir Star Wars 8 que Valérian, même si j'ai trouvé Star Wars 8 assez quelconque (à part quelques plans "concept-art" vraiment beaux et une ou deux bonnes idées). :P
Donnez une Ferrari à Leclerc et on n'en parle plus.
Avatar de l'utilisateur
sheon
Léon Raoul
 
Messages: 18295
Inscription: 03 Juin 2010, 16:55
Localisation: Dans les nuages.

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Garion le 18 Fév 2018, 20:05

J'ai découvert récemment :

Image

et sa suite

Image

Un bon moment à passer.
Image
Image
Avatar de l'utilisateur
Garion
Prisonnier
 
Messages: 15423
Inscription: 19 Fév 2003, 10:15
Localisation: Le village

Re: Les meilleurs films sortis ou découverts en 2017

Messagede Hugues le 25 Fév 2018, 15:41

Image

Hugues :oops: :D
(oui je sais, moi aussi!)
Hugues
 

Suivante

Retourner vers Salon, saloon, bistrot du coin

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Ahrefs [Bot], Feyd et 3 invités