Alstom

Le salon francophone est dédié aux sujets n'ayant pas de lien avec la F1 ni autres sports mécaniques. C'est un salon pour se détendre en refaisant le monde.

Modérateurs: sheon, Nicklaus

Re: L'actualité

Messagede Silverwitch le 29 Avr 2014, 15:17

DCP a écrit:J'ai pas compris, ils doivent vendre une partie de la société pour éviter la faillite ou ils veulent vendre une partie de la société pour avoir plus de cash ?


Alstom fait des bénéfices, et possède un carnet de commandes bien rempli. Il s'agit d'une opération financière, une vente à la découpe visant à générer des profits pour les actionnaires.
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27726
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: L'actualité

Messagede DCP le 29 Avr 2014, 15:47

Silverwitch a écrit:
DCP a écrit:J'ai pas compris, ils doivent vendre une partie de la société pour éviter la faillite ou ils veulent vendre une partie de la société pour avoir plus de cash ?


Alstom fait des bénéfices, et possède un carnet de commandes bien rempli. Il s'agit d'une opération financière, une vente à la découpe visant à générer des profits pour les actionnaires.


Merci, je n'ai pas suivi cette affaire, vive le capitalisme ! saoul:
« Par exemple, le football, on y joue dans des endroits spéciaux. Il devrait y avoir des terrains de guerre pour ceux qui aiment mourir en plein air. Ailleurs on danserait et on rirait » (Roger Nimier)
DCP
Romand historique
 
Messages: 24027
Inscription: 26 Fév 2003, 11:18

Re: L'actualité

Messagede Waddle le 29 Avr 2014, 17:42

Silverwitch a écrit:
DCP a écrit:J'ai pas compris, ils doivent vendre une partie de la société pour éviter la faillite ou ils veulent vendre une partie de la société pour avoir plus de cash ?


Alstom fait des bénéfices, et possède un carnet de commandes bien rempli. Il s'agit d'une opération financière, une vente à la découpe visant à générer des profits pour les actionnaires.

Je crois que tu résumes un peu trop brutalement non? A te lire, on dirait qu'il n'y a absolument aucun problème. Pourquoi proposes-tu donc que l'Etat rentre au capital soit directement, soit via des sociétés comme EDF?

Il y a à minima des soucis de trésorerie non?
"La citoyenneté réduite au droit du sang consiste à dire que la République est génétique et non pas spirituelle", Waddle, 2013.

Mon blog
Avatar de l'utilisateur
Waddle
Enculeur de moucheS
 
Messages: 22126
Inscription: 10 Mai 2003, 18:05

Re: L'actualité

Messagede Shoemaker le 29 Avr 2014, 17:46

S'il y a une brutalité dans cette histoire, c'est celle avec laquelle on détricote (on laisse se détricoter) le tissu industriel de la France.
"c'est quoi le blues". Toujours les mêmes histoires, celles qui font vaciller les mondes et les empires.
John Lee Hooker
Shoemaker
OTAN delenda est
 
Messages: 19649
Inscription: 24 Nov 2003, 12:11
Localisation: Out of Africa

Re: L'actualité

Messagede denim le 29 Avr 2014, 17:54

on est cuit...et si l'état français ne récupère pas Alstom,alors là,on sera complètement niqué.
et Sapir et Chevènement ont entièrement raison...
"quand de-Gaulle ne sera plus là,il sera encore là".
Avatar de l'utilisateur
denim
 
Messages: 24787
Inscription: 29 Nov 2003, 13:51

Re: L'actualité

Messagede Silverwitch le 29 Avr 2014, 20:01

Waddle a écrit:Je crois que tu résumes un peu trop brutalement non? A te lire, on dirait qu'il n'y a absolument aucun problème. Pourquoi proposes-tu donc que l'Etat rentre au capital soit directement, soit via des sociétés comme EDF?


Il n'y aurait aucun problème si Alstom ne voulait se vendre à la découpe, pour le plus grand profit de son principal actionnaire à une entreprise étrangère. L'intervention de l'État n'a pas vocation à sauver Alstom, qui est une entreprise profitable mais à garantir l'avenir d'une grande entreprise industrielle stratégique et, accessoirement, de préserver des milliers d'emplois dans l'industrie !

Waddle a écrit:Il y a à minima des soucis de trésorerie non?


Pas que je sache, du moins pas de manière criante. Le besoin de trésorerie, c'est plutôt du côté des actionnaires qu'il faut le chercher...
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27726
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: L'actualité

Messagede Shoemaker le 29 Avr 2014, 20:08

Plus généralement, la vocation de l'Etat est de préserver et renforcer l'excellence industrielle du pays dont il a la responsabilité. Par tous les moyens à sa disposition. La nationalisation s'il le faut.
"c'est quoi le blues". Toujours les mêmes histoires, celles qui font vaciller les mondes et les empires.
John Lee Hooker
Shoemaker
OTAN delenda est
 
Messages: 19649
Inscription: 24 Nov 2003, 12:11
Localisation: Out of Africa

Re: L'actualité

Messagede Silverwitch le 29 Avr 2014, 20:10

Shoemaker a écrit:Plus généralement, la vocation de l'Etat est de préserver et renforcer l'excellence industrielle du pays dont il a la responsabilité. Par tous les moyens à sa disposition. La nationalisation s'il le faut.


:o

En tout cas, si l'État maintient une véritable politique industrielle. Dans un domaine aussi important que l'énergie, dans une situation économique aussi compliquée, comment l'État peut-il rester inactif ? Ce serait un suicide.
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27726
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: L'actualité

Messagede Shoemaker le 29 Avr 2014, 20:37

Un suicide... Ou un meurtre ? Poirot, vous êtes convoqué !
"c'est quoi le blues". Toujours les mêmes histoires, celles qui font vaciller les mondes et les empires.
John Lee Hooker
Shoemaker
OTAN delenda est
 
Messages: 19649
Inscription: 24 Nov 2003, 12:11
Localisation: Out of Africa

Re: L'actualité

Messagede denim le 29 Avr 2014, 20:44

UN GENOCIDE ECONOMICO-INDUSTRIEL !!!
"quand de-Gaulle ne sera plus là,il sera encore là".
Avatar de l'utilisateur
denim
 
Messages: 24787
Inscription: 29 Nov 2003, 13:51

Re: L'actualité

Messagede Shoemaker le 29 Avr 2014, 20:46

Y a de ça aussi :lol:
"c'est quoi le blues". Toujours les mêmes histoires, celles qui font vaciller les mondes et les empires.
John Lee Hooker
Shoemaker
OTAN delenda est
 
Messages: 19649
Inscription: 24 Nov 2003, 12:11
Localisation: Out of Africa

Re: L'actualité

Messagede Sylphus le 29 Avr 2014, 21:14

Shoemaker a écrit:Plus généralement, la vocation de l'Etat est de préserver et renforcer l'excellence industrielle du pays dont il a la responsabilité. Par tous les moyens à sa disposition. La nationalisation s'il le faut.


Non, la France a choisi la voie du capitalisme voici 45 ans. On ne peut pas jouer sur tous les tableaux. A partir du moment où des secteurs sont ouverts à la concurrence, on laisse le marché agir. Et si l'Etat n'est pas d'accord, il n'a qu'à renationaliser le secteur. Mais ce que fait Hollande, comme ce qu'a fait Sarkozy en 2004 ou avec les banques plus tard, est hors jeu.
Ca me fait penser à Bayrou chez Bourdin l'autre matin qui veut davantage d'Europe, défend Shenghen mais qui, dans la même interview, gueule parce que les entreprises françaises transfèrent leur siège social en Irelande ou au Luxembourg ou leur outil de production en Europe de l'Est. Plus incohérent, tu meurs saoul:
Sylphus
 
Messages: 8789
Inscription: 19 Oct 2010, 10:11

Re: L'actualité

Messagede denim le 29 Avr 2014, 21:20

et oui...
"quand de-Gaulle ne sera plus là,il sera encore là".
Avatar de l'utilisateur
denim
 
Messages: 24787
Inscription: 29 Nov 2003, 13:51

Re: L'actualité

Messagede denim le 29 Avr 2014, 21:51

Alstom se tourne vers GE...mais Siemens contre attaque.

le marché Transatlantique est en place... :roll:

pays en vente,servez vous messieurs dames...
"quand de-Gaulle ne sera plus là,il sera encore là".
Avatar de l'utilisateur
denim
 
Messages: 24787
Inscription: 29 Nov 2003, 13:51

Re: L'actualité

Messagede FrosT le 29 Avr 2014, 22:31

Formula 1 a écrit:
Silverwitch a écrit:
Dès lors, le choix apparent est simple: soit accepter l'offre de General Electric, soit accepter celle de Siemens. Cette dernière est présentée par Arnaud Montebourg comme devant permettre la constitution d'une «géant» énergétique européen, sur le modèle d'Airbus. Mais, Airbus n'a pas du tout été constitué comme cela. L'histoire d'Airbus s'inscrit dans la continuité de la coopération aéronautique Franco-Allemande, initiée de manière institutionnelle depuis le milieu des années 1950 (production sous licence du Fouga Magister et du Noratlas par l'industrie allemande, développement en commun du Transall). Cette histoire a eu aussi un volet moins institutionnel avec le recrutement par l'industrie française après 1945 de nombreux ingénieurs et techniciens allemands qui contribuèrent à la reconstruction de notre industrie aéronautique, que ce soit à la SNECMA ou à Nord-Aviation (pour les missiles tactiques). En réalité, si l'accord se fait, il reviendra à «donner» à Siemens la division énergie en échange de sa division ferroviaire, et le contenu technique et technologique des deux est loin d'être équivalent. Cet accord risque fort d'être un marché de dupes pour l'industrie française.

Si l'on accepte l'offre de General Electric, c'est la certitude qu'Alstom sera noyé dans un grand conglomérat, et sera progressivement démantelé. Dans un cas comme dans l'autre les pertes en emplois qualifiés et en capacité de recherches seront irrémédiables.


Coté GE, on fait 100 milliards d'euros de chiffre pour 1 milliard d'€ de résultats.
Coté Siemens, c'est 70 milliards en CA pour 4 milliards d'euros de résultats.

Clairement, l'affaire Siemens semble plus rentable.

De toutes façons, la France devra s'accorder pour des échanges techniques et technologiques... What did you expect ... ?



o_O

GE c'est 146 milliards de CA pour environ 15 milliards de bénéfices !! revois tes chiffres, ou ta conversion euros dollars^^. (sans compter les 60 milliards que GE a en cash)
:D
Avatar de l'utilisateur
FrosT
 
Messages: 1215
Inscription: 15 Mar 2013, 19:41
Localisation: Paris/Lyon

Re: L'actualité

Messagede Waddle le 29 Avr 2014, 23:53

Silverwitch a écrit:
Waddle a écrit:Je crois que tu résumes un peu trop brutalement non? A te lire, on dirait qu'il n'y a absolument aucun problème. Pourquoi proposes-tu donc que l'Etat rentre au capital soit directement, soit via des sociétés comme EDF?


Il n'y aurait aucun problème si Alstom ne voulait se vendre à la découpe, pour le plus grand profit de son principal actionnaire à une entreprise étrangère. L'intervention de l'État n'a pas vocation à sauver Alstom, qui est une entreprise profitable mais à garantir l'avenir d'une grande entreprise industrielle stratégique et, accessoirement, de préserver des milliers d'emplois dans l'industrie !

Waddle a écrit:Il y a à minima des soucis de trésorerie non?


Pas que je sache, du moins pas de manière criante. Le besoin de trésorerie, c'est plutôt du côté des actionnaires qu'il faut le chercher...

D'accord... En fait c'est encore pire que ce que je pensais.

J'ai entendu à la radio une intervention de Montebourg à l'Assemblée, plein de panache et aux élans patriotiques puissants. Ça m'a fait lever les poils.
"La citoyenneté réduite au droit du sang consiste à dire que la République est génétique et non pas spirituelle", Waddle, 2013.

Mon blog
Avatar de l'utilisateur
Waddle
Enculeur de moucheS
 
Messages: 22126
Inscription: 10 Mai 2003, 18:05

Re: L'actualité

Messagede redmatt17 le 30 Avr 2014, 00:26

Avatar de l'utilisateur
redmatt17
 
Messages: 11989
Inscription: 06 Mai 2006, 21:17

Re: L'actualité

Messagede Hugues le 30 Avr 2014, 07:47

Je voulais partager l'article hier soir, mais j'ai eu un contretemps...

Alstom vote General Electric, Siemens contre-attaque
Par Ivan Letessier, Bertille Bayart
Mis à jour le 29/04/2014 à 21:29 Publié le 29/04/2014 à 21:14

INFO LE FIGARO - Le conseil du groupe français a accepté ce mardi l'offre de l'américain pour ses activités énergie. Son concurrent allemand propose de conserver 19% du nouvel Alstom.

Le passage de l'essentiel des actifs d'Alstom sous pavillon américain se rapproche. Le conseil d'administration du fleuron français de l'énergie et des transports (célèbre pour le TGV) s'est tenu mardi en fin d'après-midi, pour la troisième fois depuis vendredi. À l'issue de cette réunion, il a, selon nos informations, accepté à l'unanimité l'offre, ferme et financée, de General Electric de lui racheter ses activités énergie pour plus de 10 milliards d'euros.

L'affaire est-elle dans le sac pour le groupe américain? Pas tout à fait. Le conseil d'Alstom a, classiquement, commandé une expertise indépendante de l'offre de GE. Et ainsi ouvert une période d'un mois pendant laquelle GE sera tenu par son offre, mais qui laissera à Alstom une certaine marge de manœuvre. Le groupe français n'aura certes pas le droit de démarcher d'autres acquéreurs potentiels, mais il pourra examiner toute proposition alternative qui lui serait faite.

Pour certains, cette nuance n'est qu'un acte de procédure. La conviction de la direction d'Alstom, et en particulier de son PDG Patrick Kron, est de toute façon faite en faveur du «deal» avec l'américain. Le mariage de ses activités énergie avec celle de son concurrent allemand est à l'inverse considéré comme trop difficile à réaliser, du fait de très importants doublons.

Siemens propose désormais d'apporter la totalité de son activité transports

Mais ni les pouvoirs publics, plus favorables à une solution européenne, ni Siemens ne sont encore prêts à s'avouer vaincus. Le groupe allemand a confirmé mardi, à l'issue de la réunion de son propre conseil, son intention de faire une offre à Alstom. À la condition, qui devrait être acceptée, d'avoir accès aux données financières de l'entreprise et de pouvoir s'entretenir avec sa direction. Siemens a fait parvenir mardi par lettre aux administrateurs d'Alstom un projet beaucoup plus détaillé que l'ébauche envoyée dans l'urgence dimanche. Selon nos informations, le groupe allemand valorise en premioère analyse la branche énergie d'Alstom qu'il convoite entre 10,5 et 11 milliards d'euros. Il propose désormais d'apporter la totalité de son activité transports (TGV, locomotives mais aussi ses rentables métros) au groupe français, dont il serait actionnaire à 19%. Siemens souhaite en revanche récupérer le métier de signalisation du français.

«Le conseil d'Alstom examinera de bonne foi les propositions de Siemens», affirmait mardi un proche. Cette promesse suffira-t-elle aux pouvoirs publics? Lundi soir, François Hollande, désormais très impliqué dans ce dossier politiquement et socialement sensible, avait demandé à Martin Bouygues, dont le groupe éponyme possède 29,4% d'Alstom, de laisser passer quelques semaines avant d'annoncer une décision irréversible. «Le président de la République réclame du temps pour que les propositions et les engagements des uns et des autres, au regard de ses objectifs en termes d'emplois, de maintien des centres de décisions et d'indépendance énergétique du pays, soient améliorés», fait-on valoir du côté de l'exécutif.
Dans l'après-midi de mardi, Jeff Immelt, le PDG de General Electric, a fait porter à l'Élysée une lettre précisant ses engagements, et notamment celui de localiser en France des centres de décisions et sièges d'activités. Des avancées jugées insuffisantes dans l'entourage d'Arnaud Montebourg. GE n'apporte ainsi pas dans la corbeille du mariage ses activités de signalisation ferroviaire, évoquant simplement la possibilité de créer une coentreprise avec Alstom dans ce domaine.

Un jeu de surenchères

Autant dire qu'Alstom devra choisir ses mots et tempérer ses ardeurs pour officialiser ce mercredi le feu vert de son conseil à l'offre de GE. Car à l'Élysée, et surtout au ministère de l'Économie d'Arnaud Montebourg, on aura vite fait d'interpréter cette décision comme un camouflet.

Mais le conseil d'Alstom poursuit aussi son propre agenda, avec un objectif prioritaire pour une telle instance: tirer le meilleur prix de l'opération envisagée. De ce point de vue, un jeu de surenchères entre GE et Siemens ne peut que le satisfaire. Chacun des deux candidats peut encore relever le prix de la branche énergie. Autre piste: une offre globale. «Pour contrer GE, Siemens peut envisager une OPA sur Alstom, quitte ensuite à réintroduire en Bourse sa partie transports», avance un proche du dossier.
Les investisseurs y verront un peu plus clair ce mercredi: la cotation d'Alstom, suspendue depuis vendredi matin, va reprendre, et le gendarme de la Bourse, échaudé par le précédent sur Vivendi et SFR, a demandé à Alstom d'informer le marché sur les offres en présence.


Le déroulement de cette vente fait penser de façon troublante à celle de SFR: le gouvernement soutient visiblement mordicus un projet, mais la direction de la société vendeuse (Vivendi à l'époque, Alstom ici) choisi d'ores et déjà ( et depuis très longtemps) la première offre étrangère, rien ne pourra l'en faire démordre et restera sourde à toutes les théatrales mises en demeures Montebourgiste, bien qu'il donneront à leur choix tous les aspects légaux (pour ne pas être attaqué par des actionnaires pour n'avoir pas étudié les offres en présence). Il y aura certainement des surenchères de par et d'autres, et surtout de l'acheteur le plus en difficulté dans le rachat (Siemens).
Les arguments sont les mêmes : "Le mariage de ses activités [...] avec celle de son concurrent [...] est [...] considéré comme trop difficile à réaliser, du fait de très importants doublons.". On évoquera aussi peut-être l'autorité de la concurrence qui verrait plus mal un projet que l'autre.
La seule différence, Bouygues semble être de l'autre côté cette fois (ce qui n'est pas très reconnaissant des efforts qu'Arnaud avait fait pour lui) et même avoir caché des choses au ministre qu'il a pourtant vu si souvent.

De toute façon, seule la nationalisation serait une solution pérenne. Les promesses n'engagent que ceux qui y croient.

Hugues
Hugues
 

Re: L'actualité

Messagede Stéphane le 30 Avr 2014, 07:57

Hugues a écrit:De toute façon, seule la nationalisation serait une solution pérenne.


Hugues


Faut pas non plus en faire un leitmotiv.
Ouais_supère a écrit:Stef, t'es chiant
Stéphane
Le.
 
Messages: 45741
Inscription: 16 Déc 2004, 23:19

Re: L'actualité

Messagede Hugues le 30 Avr 2014, 07:58

LesEchos.fr a écrit:Alstom : ce que promet General Electric à Hollande
Par Veronique Le Billon | 29/04 | 20:25 | mis à jour à 20:36 | 4commentaires
EXCLUSIF + DOCUMENT Le conglomérat américain propose au gouvernement français d'implanter quatre centres de décision mondiaux de GE en France. Il s’engage « à faire croître le nombre de nos emplois en France » , notamment ceux « hautement qualifiés » .

Pour emporter Alstom et convaincre le gouvernement français de l'intérêt de son offre, le PDG de General Electric s’est engagé dans une véritable opération séduction. Deux jours après son rendez-vous avec François Hollande, Jeffrey Immelt a envoyé au chef de l’Etat une lettre de quatre pages dans laquelle il précise, point par point, ses engagements.

Selon ce courrier, dont « Les Echos » ont obtenu copie, le PDG de General Electric s’engage d’abord « à faire croître le nombre de nos emplois en France, particulièrement les emplois hautement qualifiés dans l’ingénierie et de la production localisés en région ». Si General Electric, qui compte déjà « 10.000 collaborateurs sur le sol français », ne s’engage pas sur un chiffre précis, le groupe sait que c’est là le critère numéro un du chef de l’Etat. « Par rapport à ce dossier, je n’ai que ce seul critère : qu’est-ce qui sera le plus favorable à la création d’activité en France et à l’emploi en France ? », avait indiqué, lundi, François Hollande.

Deuxième point sur lequel GE entend rassurer l’exécutif français, les centres de décision, une préoccupation que Jeffrey Immelt juge « légitime ». Le groupe américain promet d’implanter en France « les sièges mondiaux des activités Grid (réseaux), Hydro, éolien offshore et turbines vapeur ». Compte tenu de l’importance de l’hydroélectricité en France, le groupe indique qu’il est « prêt à accueillir des investisseurs français au capital de cette activité ». Un gage donné au gouvernement, alors que la mise en concurrence des concessions hydroélectriques fait l'objet d'un débat difficile entre EDF, les concurrents étrangers et les parlementaires.

General Electric n’est pas du tout présent dans les turbines pour les centrales hydroélectriques, ni dans l’éolien en mer, où le groupe s’engage par ailleurs « à honorer les engagements industriels et en termes d’emplois déjà pris par Alstom à Cherbourg et à Saint-Nazaire ». Des engagements pris par l’équipementier français après avoir remporté, avec EDF, trois des quatre premiers champs d'éoliennes en mer et alors que le gouvernement doit attribuer deux nouveaux champs ces prochains jours.
GE se dit là aussi prêt à étudier « toute proposition d’acquisition de la part d’investisseurs français pour les activités éolien onshore et offshore d’Alstom ». Très gourmand en capitaux, le secteur de l’éolien en mer est en pleine phase de consolidation. Le concurrent français d’Alstom dans l’éolien en mer, Areva, vient ainsi de signer une co-entreprise avec l’espagnol Gamesa.

Le site de Belfort, où GE possède une usine de turbines à vapeur et a installé son siège européen, deviendrait « le siège européen de l’activité thermique de GE ». Le siège mondial d’Alstom de cette activité est aujourd’hui situé en Suisse, où Alstom avait racheté des actifs à ABB.

Un projet de joint-venture dans le transport

Alors que Siemens a proposé mardi au conseil d’administration d’Alstom de déposer une offre sous conditions qui intégrerait un volet dans le transport, GE propose aussi, à la demande du gouvernement, de consolider ce pôle, que le groupe n’envisage pas d’acquérir. GE indique ainsi avoir mis à l’étude « avec Alstom la possibilité de créer une joint-venture avec l'activité mondiale de signalisation de GE ». Une activité perçue à fort potentiel.

Concernant le secteur stratégique du nucléaire, où Alstom est un partenaire privilégié d’EDF et d’Areva en France et à l’exportation, GE indique avoir « entendu votre volonté de tenir compte du caractère souverain de l’industrie nucléaire ». L’exécutif avait indiqué vouloir maîtriser « l’indépendance énergétique  de la France ». Rappelant être déjà « un fournisseur fiable » pour le secteur, « nous sommes résolus à collaborer avec l’Etat, Areva et EDF afin de protéger ce secteur et de préserver ses exportations », promet Jeffrey Immelt.
Sur la forme, General Electric avait le souci de montrer qu’il n’est pas prédateur et rappelle volontiers qu’Alstom est venu le chercher. En matière de gouvernance, GE proposerait à son conseil d’administration, en cas de succès de son offre, « d’accueillir en son sein un dirigeant d’entreprise français de premier plan ».


La lettre:
Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher


Hugues a écrit:De toute façon, seule la nationalisation serait une solution pérenne. Les promesses n'engagent que ceux qui y croient.


Hugues
Hugues
 

Re: L'actualité

Messagede Ghinzani le 30 Avr 2014, 07:59

DCP a écrit:
Silverwitch a écrit:
DCP a écrit:J'ai pas compris, ils doivent vendre une partie de la société pour éviter la faillite ou ils veulent vendre une partie de la société pour avoir plus de cash ?


Alstom fait des bénéfices, et possède un carnet de commandes bien rempli. Il s'agit d'une opération financière, une vente à la découpe visant à générer des profits pour les actionnaires.


Merci, je n'ai pas suivi cette affaire, vive le capitalisme ! saoul:

Venant d'un suisse, cela prête à sourire.
Image
Avatar de l'utilisateur
Ghinzani
 
Messages: 26357
Inscription: 12 Sep 2005, 18:38

Re: L'actualité

Messagede Ghinzani le 30 Avr 2014, 08:01

Hugues a écrit:
LesEchos.fr a écrit:Alstom : ce que promet General Electric à Hollande
Par Veronique Le Billon | 29/04 | 20:25 | mis à jour à 20:36 | 4commentaires
EXCLUSIF + DOCUMENT Le conglomérat américain propose au gouvernement français d'implanter quatre centres de décision mondiaux de GE en France. Il s’engage « à faire croître le nombre de nos emplois en France » , notamment ceux « hautement qualifiés » .

Pour emporter Alstom et convaincre le gouvernement français de l'intérêt de son offre, le PDG de General Electric s’est engagé dans une véritable opération séduction. Deux jours après son rendez-vous avec François Hollande, Jeffrey Immelt a envoyé au chef de l’Etat une lettre de quatre pages dans laquelle il précise, point par point, ses engagements.

Selon ce courrier, dont « Les Echos » ont obtenu copie, le PDG de General Electric s’engage d’abord « à faire croître le nombre de nos emplois en France, particulièrement les emplois hautement qualifiés dans l’ingénierie et de la production localisés en région ». Si General Electric, qui compte déjà « 10.000 collaborateurs sur le sol français », ne s’engage pas sur un chiffre précis, le groupe sait que c’est là le critère numéro un du chef de l’Etat. « Par rapport à ce dossier, je n’ai que ce seul critère : qu’est-ce qui sera le plus favorable à la création d’activité en France et à l’emploi en France ? », avait indiqué, lundi, François Hollande.

Deuxième point sur lequel GE entend rassurer l’exécutif français, les centres de décision, une préoccupation que Jeffrey Immelt juge « légitime ». Le groupe américain promet d’implanter en France « les sièges mondiaux des activités Grid (réseaux), Hydro, éolien offshore et turbines vapeur ». Compte tenu de l’importance de l’hydroélectricité en France, le groupe indique qu’il est « prêt à accueillir des investisseurs français au capital de cette activité ». Un gage donné au gouvernement, alors que la mise en concurrence des concessions hydroélectriques fait l'objet d'un débat difficile entre EDF, les concurrents étrangers et les parlementaires.

General Electric n’est pas du tout présent dans les turbines pour les centrales hydroélectriques, ni dans l’éolien en mer, où le groupe s’engage par ailleurs « à honorer les engagements industriels et en termes d’emplois déjà pris par Alstom à Cherbourg et à Saint-Nazaire ». Des engagements pris par l’équipementier français après avoir remporté, avec EDF, trois des quatre premiers champs d'éoliennes en mer et alors que le gouvernement doit attribuer deux nouveaux champs ces prochains jours.
GE se dit là aussi prêt à étudier « toute proposition d’acquisition de la part d’investisseurs français pour les activités éolien onshore et offshore d’Alstom ». Très gourmand en capitaux, le secteur de l’éolien en mer est en pleine phase de consolidation. Le concurrent français d’Alstom dans l’éolien en mer, Areva, vient ainsi de signer une co-entreprise avec l’espagnol Gamesa.

Le site de Belfort, où GE possède une usine de turbines à vapeur et a installé son siège européen, deviendrait « le siège européen de l’activité thermique de GE ». Le siège mondial d’Alstom de cette activité est aujourd’hui situé en Suisse, où Alstom avait racheté des actifs à ABB.

Un projet de joint-venture dans le transport

Alors que Siemens a proposé mardi au conseil d’administration d’Alstom de déposer une offre sous conditions qui intégrerait un volet dans le transport, GE propose aussi, à la demande du gouvernement, de consolider ce pôle, que le groupe n’envisage pas d’acquérir. GE indique ainsi avoir mis à l’étude « avec Alstom la possibilité de créer une joint-venture avec l'activité mondiale de signalisation de GE ». Une activité perçue à fort potentiel.

Concernant le secteur stratégique du nucléaire, où Alstom est un partenaire privilégié d’EDF et d’Areva en France et à l’exportation, GE indique avoir « entendu votre volonté de tenir compte du caractère souverain de l’industrie nucléaire ». L’exécutif avait indiqué vouloir maîtriser « l’indépendance énergétique  de la France ». Rappelant être déjà « un fournisseur fiable » pour le secteur, « nous sommes résolus à collaborer avec l’Etat, Areva et EDF afin de protéger ce secteur et de préserver ses exportations », promet Jeffrey Immelt.
Sur la forme, General Electric avait le souci de montrer qu’il n’est pas prédateur et rappelle volontiers qu’Alstom est venu le chercher. En matière de gouvernance, GE proposerait à son conseil d’administration, en cas de succès de son offre, « d’accueillir en son sein un dirigeant d’entreprise français de premier plan ».


La lettre:
Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher


Hugues a écrit:De toute façon, seule la nationalisation serait une solution pérenne. Les promesses n'engagent que ceux qui y croient.


Hugues

On va voir Alsthom sur les Caterham alors... :D
Image
Avatar de l'utilisateur
Ghinzani
 
Messages: 26357
Inscription: 12 Sep 2005, 18:38

Re: L'actualité

Messagede Hugues le 30 Avr 2014, 08:06

Stéphane a écrit:
Hugues a écrit:De toute façon, seule la nationalisation serait une solution pérenne.


Hugues


Faut pas non plus en faire un leitmotiv.


Les promesses n'engagent que ceux qui y croient:
- Usinor-Sacilor -> Arcelor (Luxembourg) -> ArcelorMittal (Rotterdam)
- Péchiney -> Alcan (Montréal) -> Rio Tinto (Melbourne & Londres)
- branche chimie de Rhone-Poulenc -> Rhodia -> Solvay (Bruxelles)
On peut continuer...

Hugues
Hugues
 

Re: L'actualité

Messagede Stéphane le 30 Avr 2014, 08:14

Je suis sur qu'il y a au moins un contre-exemple.
Ouais_supère a écrit:Stef, t'es chiant
Stéphane
Le.
 
Messages: 45741
Inscription: 16 Déc 2004, 23:19

Re: L'actualité

Messagede Silverwitch le 30 Avr 2014, 10:40

Hugues a écrit:Les promesses n'engagent que ceux qui y croient:
- Usinor-Sacilor -> Arcelor (Luxembourg) -> ArcelorMittal (Rotterdam)
- Péchiney -> Alcan (Montréal) -> Rio Tinto (Melbourne & Londres)
- branche chimie de Rhone-Poulenc -> Rhodia -> Solvay (Bruxelles)
On peut continuer...

Hugues


:good

Cette triste affaire mériterait aussi d'être étudiée sous l'angle de son traitement médiatique, les grands quotidiens et les éditorialistes se sont encore surpassés. Le Monde, en pointe comme toujours, se caractérise par son cynisme et son ironie à l'encontre du gouvernement, d'Arnaud Montebourg et de tous les malheureux qui pourraient être tentés par l'intervention publique, tout en pointant du doigt l'anti-atlantisme ringard (avec un heureux rapprochement polonais de la journaliste du monde, mariée à l'ambassadeur de France en Pologne, ajouterais-je):

Alstom et le roman de la mondialisation

l a dû en lâcher, des jurons, Patrick Kron, dans la voiture officielle qui l’a cueilli à sa descente d’avion, jeudi 24 avril, pour l’emmener sirènes hurlantes vers Bercy. Une sorte de kidnapping pour VIP, orchestré par le guide suprême de la « vigilance patriotique » et du redressement productif, le ministre de l’économie, Arnaud Montebourg. M. Montebourg avait quelques questions à poser à M. Kron à propos du projet d’OPA du « géant américain » General Electric (GE) sur le « fleuron industriel français » Alstom, suivant les expressions consacrées, et le PDG du fleuron était attendu de pied ferme.


On sait aussi que M. Montebourg a la fibre patriotique, au point d’avoir posé en marinière pour un excellent magazine parisien, et que cette fibre, en France, se mêle souvent à une hypersensibilité aux ambitions de nos amis américains. Rien d’étonnant, donc, à ce qu’il lance un appel solennel à la « vigilance patriotique » à propos d’Alstom, après avoir convoqué M. Kron. On sait encore que le PDG de GE, Jeffrey Immelt, sachant les Français capables du meilleur mais aussi du pire en matière de patriotisme, a décidé de venir lui-même à Paris dimanche pour sauver son affaire. Avec un arrêt prévu à Bercy – ouvert le dimanche. Il a aussi été question de Matignon, mais là, la mondialisation s’est heurtée à la canonisation : le premier ministre du pays le plus laïc du monde était retenu au Vatican.


M. Montebourg, lui, voit les choses franchement autrement : « General Electric et Alstom, dit-il, ont leur calendrier, qui est celui d’actionnaires, mais le gouvernement français a le sien, qui est celui de la souveraineté économique. » Non, l’Etat n’est plus actionnaire d’Alstom ; mais la souveraineté, c’est souverain.

Le Polonais Lech Walesa aimait dire qu’en matière de généraux, il préférait General Electric au général Jaruzelski. En France, on aime bien General Electric aussi, dont la filiale locale est présidée par un fleuron de l’élite française, Clara Gaymard, mais on est restés très général de Gaulle.


Comme le montre la très pertinente étude de Brigitte Dyan et Hubert Testard (Quand la Chine investit en France) réalisée pour l’Agence française pour les investissements internationaux, les investissements chinois en France sont sur la pente ascendante. Ces trois dernières années, des alliances importantes, y compris dans le domaine de l’énergie, ont été forgées lorsque le fonds souverain chinois CIC a pris une participation de 30 % au capital de GDF Suez Exploration, lorsque Dongfeng est entré dans le capital de PSA ou le groupe Fosun dans celui de ClubMed. Ces alliances, pourtant, n’ont troublé la vigilance patriotique de personne.


Ce n'est évidemment qu'un exemple parmi tant d'autres.
Image
Il ne sert à rien d’éprouver les plus beaux sentiments si l’on ne parvient pas à les communiquer.
Avatar de l'utilisateur
Silverwitch
Seven of Nine
 
Messages: 27726
Inscription: 28 Mar 2003, 19:39
Localisation: Filmskigrad

Re: L'actualité

Messagede Rainier le 30 Avr 2014, 11:29

Il semble que le conseil d'administration d'Alsthom se prépare à choisir la solution GE.

Après les cas précédents : Lafarge, Arcelor, Pechiney ... ce serait une nouvelle catastrophe pour la France et son avenir.
Nous sommes dans une situation sans précédent depuis 1940.
Autant dire que nous sommes devenus le 51° (ou 54, 55) etat des USA ou un nouveau Land allemand.

Si cela devait se produire, Montebourg et le gouvernement devrait en tirer la seule conclusion qui s'impose : démissionner car ils n'ont aucun pouvoir et ne servent à rien, à strictement rien ! (à part éventuellement à diviser le pays avec des inepties style le mariage pour tous :roll: )

Je dis cela pour le gouvernement actuel PS, je dirais la même chose si c'était avec un gouvernement UMP ou autre.
la démocratie et la souveraineté nationale sont comme l’avers et le revers d’une même médaille.
Avatar de l'utilisateur
Rainier
 
Messages: 14972
Inscription: 26 Mar 2003, 22:46
Localisation: Guyancourt for ever

Re: L'actualité

Messagede Sylphus le 30 Avr 2014, 11:35

La mondialisation redistribue les cartes. Les forts du passé seront les faibles de demain.
Sylphus
 
Messages: 8789
Inscription: 19 Oct 2010, 10:11

Re: L'actualité

Messagede Hugues le 30 Avr 2014, 14:00

LeMonde.fr a écrit:Patrick Kron « assume » le démantèlement d'Alstom et critique l'Etat
LE MONDE | 30.04.2014 à 09h44 • Mis à jour le 30.04.2014 à 12h34 |
Propos recueillis par Isabelle Chaperon, Virginie Malingre, Cédric Pietralunga et Jean-Michel Bezat

Image

Les traits tirés à la sortie de son conseil d'administration, qui s'est tenu mardi 29 avril au soir, Patrick Kron a rechigné durant plus d'une heure à prononcer le nom de Siemens devant les journalistes du Monde, comme si l'industriel allemand n'existait pas, comme si la vente des activités énergie d'Alstom à General Electric (GE) était actée.
Patron à poigne, M. Kron n'aime pas qu'on lui dicte sa conduite et n'a pas apprécié – c'est un euphémisme – que l'Etat l'oblige à laisser un strapontin à l'industriel allemand dans ses négociations avec GE. Mais la compétition sera loyale, assure-t-il.

Que répondez-vous à Arnaud Montebourg, le ministre de l'économie, qui vous accuse d'être un menteur ?

Je n'ai pas l'intention de polémiquer, mais je récuse cette accusation. Je me dis que tout ce qui est excessif est insignifiant. Je suis un industriel. J'ai un discours de responsabilité. Je veux parler d'Alstom.

Est-il exact que vous n'avez pas informé vos administrateurs des négociations avec GE ?

Si le conseil d'administration avait quelque critique à formuler, il l'aurait fait et en aurait tiré les conclusions.

Pourquoi cette précipitation ?

Il n'y a pas le feu dans la maison Alstom. Son avenir à court terme n'est pas menacé et nous continuons à gagner de l'argent. Le sujet, c'est de se projeter dans l'avenir, de relever les défis stratégiques qui attendent l'entreprise.

Je vous rappelle qu'il y a une dizaine d'années, l'entreprise était exsangue. Je me suis battu de toutes mes forces pour la sauver. C'était une question de vie ou de mort. Nous avons dû supprimer la moitié des emplois. Je ne voulais plus jamais que le groupe se retrouve dans ce type de situation.

L'homme qui est en face de vous est le même que celui de 2003. Mais les enjeux sont différents. Je ne veux pas que les salariés d'Alstom revivent le cauchemar de 2003.

Vous seriez prêts à être l'homme du démantèlement ?

Si c'est pour assurer l'avenir des métiers et des salariés d'Alstom, j'assume la perspective d'un adossement de certaines activités d'Alstom à un groupe qui a la capacité de mieux relever les défis futurs.

Lire nos explications : Alstom, General Electric, Siemens : quatre questions pour comprendre

Vous disiez pourtant, il y a peu, pouvoir vous développer seul. Qu'est-ce qui a changé ?

Nous sommes confrontés à un certain nombre d'évolutions structurelles. La première, c'est que le marché de l'énergie européen est durablement sous pression. Plusieurs grands électriciens européens ont ainsi déprécié des milliards d'euros d'actifs, correspondant pour partie à des équipements que nous avons livrés ! La deuxième, c'est la montée en puissance de nos concurrents asiatiques, qui s'appuient sur un marché domestique et sont dotés de moyens puissants. La troisième, c'est que les clients nous demandent de plus en plus un accompagnement financier. Je veux que, dans l'énergie, Alstom puisse relever ces défis.

Les actionnaires d'Alstom n'étaient donc pas prêts à accompagner l'entreprise ?

Ce n'est pas seulement une question financière. C'est aussi une question de parts de marché et de taille critique. Par exemple, Alstom a vendu dix turbines à gaz en un an, GE en a vendu 30 en un trimestre et compte en vendre 150 sur l'année.

Pourquoi maintenant ?

Il ne s'est rien passé de particulier entre hier et aujourd'hui, il n'y a pas eu de déclic, mais il y a des tendances lourdes, et il est de mon devoir de les anticiper.

J'en suis convaincu, la voie d'une stratégie autonome, qui est celle que j'ai menée ces dix dernières années, est devenue risquée et dangereuse. C'est pour cela que j'ai entamé des discussions avec différents confrères de tous les continents, pour voir ce que l'on pouvait faire ensemble.

Vous avez sollicité ces contacts ?

Absolument. Et il est apparu que quelque chose de constructif pouvait ressortir des échanges que j'ai eus avec Jeff Immelt, le patron de GE. Fin mars, nos équipes ont commencé à travailler ensemble. Mercredi 23 avril, je me suis rendu aux Etats-Unis pour le rencontrer et nous avons trouvé une solution à des sujets fondamentaux, sans lesquels il ne pouvait y avoir d'accord. Avant ce rendez-vous, je ne savais pas si un accord était possible, mercredi soir, j'y croyais.

Mercredi, c'est le jour où l'agence Bloomberg révèle que GE convoite Alstom…

Oui. Cette fuite a « foutu le bordel ». On avait justement l'intention d'entrer dans un processus organisé. Et nous avons été pris de court…

Quelle est la teneur de l'accord avec GE ?

GE a fait une offre ferme de 12,35 milliards d'euros pour l'acquisition d'un périmètre qui couvre Alstom Power, la génération d'électricité thermique et renouvelable, Alstom Grid, pour les activités de transmission, ainsi que les services partagés.

C'est cette offre dont le conseil d'administration d'Alstom unanime a reconnu l'intérêt stratégique. Un comité d'administrateurs indépendants a été nommé pour procéder à un examen approfondi de l'offre. Le conseil d'administration décidera d'ici fin mai s'il approuve l'offre de GE.

Mais Siemens a publié une nouvelle lettre d'intention hier…

Le conseil a également été informé d'une indication d'intérêt de Siemens, qui aura accès à toutes les informations nécessaires pour lui permettre, s'il le décide, de faire une offre ferme.

Mais vous avez souvent dit que Siemens et Alstom n'étaient pas complémentaires…

Les portefeuilles de Siemens et Alstom n'ont pas changé. Je ne préjuge pas de la suite. A ce jour, Siemens a fait une déclaration d'intérêt, ce n'est pas encore une offre. Si Siemens en fait une, le conseil l'examinera.

L'offre de GE est-elle la meilleure ?

C'est une offre d'une très grande qualité. Je ne peux pas dire le contraire, je l'ai négociée ! Elle permet de remédier à l'absence de taille critique d'Alstom, en regroupant des portefeuilles dans l'énergie très complémentaires.

Pour François Hollande, l'Etat a son mot à dire dans cette affaire. Qu'en pensez-vous ?

Bien sûr. L'Etat français est l'une des parties prenantes.

Le gouvernement vous reproche d'avoir négocié avec GE sans l'en informer. Qu'en pensez-vous ?

On m'accuse d'avoir négocié dans le dos de tout le monde alors que nous n'en sommes aujourd'hui qu'au début du processus. Il a toujours été clair avec General Electric que le conseil d'administration aurait la possibilité d'examiner d'autres offres non sollicitées.

Cela fait partie des demandes que j'ai formulées et que GE a acceptées. La force de l'offre de GE ne repose pas sur une exclusivité, mais sur sa pertinence.

Alstom, réduit à sa seule activité transports, peut-il rester seul ?

Oui, Alstom Transport peut être autonome. Ce sera une entreprise cotée à Paris, dotée de moyens à la mesure de ses ambitions. L'opération envisagée permettra, en effet, de renforcer son bilan et d'accélérer sa croissance sur un marché porteur.

Siemens se propose d'apporter ses trains, ses locomotives et même ses métros. Cela vous intéresse-t-il ?

Alstom aura la capacité de participer à la consolidation du marché. Il examinera les opportunités en fonction de leur qualité et de leur faisabilité au regard du droit de la concurrence.

Faut-il un Airbus du ferroviaire ?

L'Airbus du rail, c'est nous. D'ailleurs, la principale usine d'Alstom Transport est en Allemagne…

Siemens se plaint de ne pas avoir reçu le meilleur accueil de votre part…

C'est factuellement inexact. J'ai eu des discussions dans le passé avec Siemens, comme avec d'autres, qui ne m'ont pas apporté de réponse aux préoccupations du groupe.

Je regrette que certains me collent une image d'anti-germanisme primaire. Comment est-ce possible, alors qu'Alstom emploie 18 000 salariés en France et 9 000 en Allemagne !


Hugues
Hugues
 

Re: L'actualité

Messagede denim le 30 Avr 2014, 16:31

Rainier a écrit:Il semble que le conseil d'administration d'Alsthom se prépare à choisir la solution GE.

Après les cas précédents : Lafarge, Arcelor, Pechiney ... ce serait une nouvelle catastrophe pour la France et son avenir.
Nous sommes dans une situation sans précédent depuis 1940.
Autant dire que nous sommes devenus le 51° (ou 54, 55) etat des USA ou un nouveau Land allemand.

Si cela devait se produire, Montebourg et le gouvernement devrait en tirer la seule conclusion qui s'impose : démissionner car ils n'ont aucun pouvoir et ne servent à rien, à strictement rien ! (à part éventuellement à diviser le pays avec des inepties style le mariage pour tous :roll: )

Je dis cela pour le gouvernement actuel PS, je dirais la même chose si c'était avec un gouvernement UMP ou autre.


je plussoie... :o

je me demande s'ils vont redescendre de leur "planète"...
"quand de-Gaulle ne sera plus là,il sera encore là".
Avatar de l'utilisateur
denim
 
Messages: 24787
Inscription: 29 Nov 2003, 13:51

Re: L'actualité

Messagede Rainier le 30 Avr 2014, 16:39

denim a écrit:
Rainier a écrit:Il semble que le conseil d'administration d'Alsthom se prépare à choisir la solution GE.

Après les cas précédents : Lafarge, Arcelor, Pechiney ... ce serait une nouvelle catastrophe pour la France et son avenir.
Nous sommes dans une situation sans précédent depuis 1940.
Autant dire que nous sommes devenus le 51° (ou 54, 55) etat des USA ou un nouveau Land allemand.

Si cela devait se produire, Montebourg et le gouvernement devrait en tirer la seule conclusion qui s'impose : démissionner car ils n'ont aucun pouvoir et ne servent à rien, à strictement rien ! (à part éventuellement à diviser le pays avec des inepties style le mariage pour tous :roll: )

Je dis cela pour le gouvernement actuel PS, je dirais la même chose si c'était avec un gouvernement UMP ou autre.


je plussoie... :o

je me demande s'ils vont redescendre de leur "planète"...


Alstom, ils ne veulent pas froisser leur maitre americain ... et trop occupés à faire les matamores (matarusskov plutôt) et à envoyer 4 Rafale en Pologne + 4 vaisseaux de guerre en Mer Noire !
J'aimerais bien savoir ou croise(nt) nos sous marins nucleaires et vers quelle direction sont dirigées les ogives nucleaires, en ce moment (enfin les sous marins qui sont en état de marche) !
la démocratie et la souveraineté nationale sont comme l’avers et le revers d’une même médaille.
Avatar de l'utilisateur
Rainier
 
Messages: 14972
Inscription: 26 Mar 2003, 22:46
Localisation: Guyancourt for ever

Re: L'actualité

Messagede FrosT le 30 Avr 2014, 16:41

Rainier a écrit:Il semble que le conseil d'administration d'Alsthom se prépare à choisir la solution GE.

Après les cas précédents : Lafarge, Arcelor, Pechiney ... ce serait une nouvelle catastrophe pour la France et son avenir.
Nous sommes dans une situation sans précédent depuis 1940.
Autant dire que nous sommes devenus le 51° (ou 54, 55) etat des USA ou un nouveau Land allemand.

Si cela devait se produire, Montebourg et le gouvernement devrait en tirer la seule conclusion qui s'impose : démissionner car ils n'ont aucun pouvoir et ne servent à rien, à strictement rien ! (à part éventuellement à diviser le pays avec des inepties style le mariage pour tous :roll: )

Je dis cela pour le gouvernement actuel PS, je dirais la même chose si c'était avec un gouvernement UMP ou autre.


Encore une fois Alstom n'est pas une entreprise publique....
Et GE est présent sur le sol Français depuis 40 ans avec une masse salariale supérieure à 10 000 employés: soit plus que de nombreuses boites du CAC 40 Françaises (dont Alstom...).
Faut arrêter de tomber dans l’hystérie tout de même ^^
Avatar de l'utilisateur
FrosT
 
Messages: 1215
Inscription: 15 Mar 2013, 19:41
Localisation: Paris/Lyon

Re: L'actualité

Messagede denim le 30 Avr 2014, 17:52

il faut absolument arrêté cette dérive...cette affaire est extrêmement grave.
Nos grands patrons et leurs banquiers/conseil ont procédé ces dernières décennies au démantèlement de nos plus grands groupes industriels...
il faut que ça cesse sinon il va falloir les pendre par les couilles...jusqu'à ce que mort s'ensuive.

en tous cas,vachement efficace "le pacte de responsabilité"...
"quand de-Gaulle ne sera plus là,il sera encore là".
Avatar de l'utilisateur
denim
 
Messages: 24787
Inscription: 29 Nov 2003, 13:51

Re: L'actualité

Messagede Tarod le 30 Avr 2014, 19:19

Silverwitch a écrit:Encore et toujours Alstom, Jean-Pierre Chevènement combattif et passionnant sur RMC face à Bourdin:


Le compte n'y est pas, notre politique n'est pas bien calibrée. PMF disait : « il n'y a pas de politiques sans risque, mais il y a des politiques sans chances ».


Le verbatim sur le site de Chevènement:

Alstom : "Le contrôle du capital doit rester français"

Extraits:

Alstom n'a pas le couteau sous la gorge. Il faut savoir que le groupe a 50 milliards de commandes, 3 ans de plan de charge, une marge bénéficiaire, une rentabilité de 4%. On nous présente le problème comme : est-ce Siemens ? Est-ce General Electric ? Non, le problème ne se pose pas du tout comme ça !


Il y a d'autres solutions. L’État peut monter au capital. L'Etat peut obtenir d'autres entreprises françaises qu'elles montent au capital d'Alstom. Ca peut être Areva, ça peut être Safran, qui fait des turbines pour les avions - c'est une technologie très voisine, et Safran travaille déjà avec


L'Etat doit intervenir absolument : c'est le principe d'une politique industrielle. Nous avons perdu l'aluminum, Pechiney, dans des conditions invraisemblables. Le PVC, Arkema, filiale de Total passée sous contrôle étranger, le ciment, Lafarge, l'acier avec Arcelor Mittal, maintenant l'électro-mécanique : mais jusqu'où ne descendrons nous pas ?


Alors qu'on se prépare à donner 35 milliards aux entreprises, sans aucune contrepartie, de manière indiscriminée, aussi bien aux grandes banques qu'aux grands groupes de distribution, alors que nous avons 60 milliards de déficit commercial, on laisserait partir à l'étranger un centre de décision majeur ?


Le compte n'y est pas, notre politique n'est pas bien calibrée. PMF disait : « il n'y a pas de politiques sans risque, mais il y a des politiques sans chances ».



J'ai vu que vous aviez parlé plus tôt d'une interview de Dupont Aignan jugée pas terrible (je suis d'accord il se laisse embarquer souvent sur un terrain qui ne lui est pas favorable), mais en opposition je trouve celles de Chevènement souvent excellentes celle là ne fait pas exception :good
Avatar de l'utilisateur
Tarod
 
Messages: 6345
Inscription: 06 Mar 2011, 14:11
Localisation: Los Angeles

Re: L'actualité

Messagede denim le 30 Avr 2014, 20:56

le titre du débat de ce soir dans l'émission "le 28 minutes" sur ARTE. :roll:

"la patriotisme économique a t'il un sens ???" :roll:

je me suis demandé s'ils allaient parler de "populisme" dans le fait de défendre et protéger ses industries. :roll:
mais ils croient quoi ?? que les autres pays,notamment les USA n'en font pas de la protection économique(ils sont les champions)...les allemands et anglais idem et puis tous les autres pays du monde d'ailleurs ??
c'est quand même incroyable ce dénigrement de la part des médias et faire passer les gens pour des cons...ben oui quoi c'est ringard de vouloir défendre son pays et ses entreprises...du populisme quoi.

lamentable...
"quand de-Gaulle ne sera plus là,il sera encore là".
Avatar de l'utilisateur
denim
 
Messages: 24787
Inscription: 29 Nov 2003, 13:51

Re: L'actualité

Messagede Sylphus le 30 Avr 2014, 21:14

FrosT a écrit:Encore une fois Alstom n'est pas une entreprise publique....
Et GE est présent sur le sol Français depuis 40 ans avec une masse salariale supérieure à 10 000 employés: soit plus que de nombreuses boites du CAC 40 Françaises (dont Alstom...).
Faut arrêter de tomber dans l’hystérie tout de même ^^


Laisse-les dans leur délire. Certains veulent rejouer les grandes heures du communisme, ça leur rappelle leur jeunesse.
Sylphus
 
Messages: 8789
Inscription: 19 Oct 2010, 10:11

Re: L'actualité

Messagede FrosT le 30 Avr 2014, 21:42

Non mais je comprend le patriotisme économique (c'est humain et justifiable au fond).
Mais défendre une entreprise comme Alstom qui a une politique sociale détestable (je connais suffisamment de gens qui y bossent...), qui n'est pas publique, et surtout qui fait pas grand chose depuis 10 ans, je trouve ça bizarre. GE (puisque c'est le sujet) avec sa joint-venture avec Safran (Snecma) a créé plus d'emplois en France sur les 10 dernières années qu'Alstom.... Il y en a ici qui vivent encore un peu à "bisounours land" quand même j'ai l'impression^^.

De plus Alstom est loin d'être mort puisqu'ils se re-concentrent sur les transports.

Pourquoi ne parle t-on jamais des groupes Français qui réussissent ? ...et il sont nombreux: L'Oreal, LVMH, Air Liquid, Safran, Illiad etc. (et je ne parle que des gros...)
Avatar de l'utilisateur
FrosT
 
Messages: 1215
Inscription: 15 Mar 2013, 19:41
Localisation: Paris/Lyon

Re: L'actualité

Messagede denim le 30 Avr 2014, 23:00

et donc,les américains,les allemands,les anglais...enfin bref,tous les autres pays bien industrialisés sont des pays "communistes"...pire,des "populistes"...voir des "fachos"...ben oui,car eux ils en font du protectionnisme et pas des moindres,surtout les USA.
le problème c'est pas Alstom mais Kron apparemment, qui n'a pas su orienter ou anticiper certaines nouvelles vues énergétiques et autres branches technologiques du groupe,on arrête pas de nous faire chier avec leur transition énergétique et bien qu'ils y mettent quelqu'un de vraiment compétent et non pas des gusses omnibulés à faire des "plus values" et lécher le cul aux actionnaires...hein patrick Kron ??? pour toi,que ça marche ou pas c'est pas bien grave hein ?? tiens,l'action Alstom à la bourse se porte bien dis donc...étonnant hein ???
et les sous traitants d'Alstom dans cette histoire,il va en résulter quoi ???

ils ont le personnel,ils ont l'outillage,ils ont le "savoir faire fraaaaaaaaaaançais",ils ont tout ce qu'il faut et bien qu'ils se bougent le cul bordel plutôt que de jouer les fatalistes...ben oui vous comprenez braves gens,c'est le mondialisme,c'est la crise,si la France ne se met pas à quatre pattes devant tous les autres ,elle sera fichue. :roll: bah bah bah bah...mais qu'est ce que c'est que çà ??
je soupçonne même les différentes directions d'Alstom d'avoir "préparé" le terrain à General Electric...bizarrement Alstom faisait les mêmes produits(centrale vapeur électrique,alternateur) que General Electric et les employés,eux,le savaient ils trouvaient ça bizarre et ce depuis quelques années.

Sylphus et Frost vous serez tenus responsables de la complète "déliquescence" de ce pays... :o
une autre affaire Dreyfus prend jour...gardes !!! enchainez les !!!
"quand de-Gaulle ne sera plus là,il sera encore là".
Avatar de l'utilisateur
denim
 
Messages: 24787
Inscription: 29 Nov 2003, 13:51

Re: L'actualité

Messagede FrosT le 01 Mai 2014, 00:31

denim a écrit:Sylphus et Frost vous serez tenus responsables de la complète "déliquescence" de ce pays... :o
une autre affaire Dreyfus prend jour...gardes !!! enchainez les !!!


Rien que ça ? :D
Encore une fois tu ne sembles pas avoir compris mes propos ^^: encore une fois je n'ai rien (au contraire) contre le protectionnisme, mais je déplore le type d'entreprises que l'on a tendance à sauver: toujours les memes, les gros too big to fail qui font du caca...
Mais vu qu'on en est aux attaques perso, je serai curieux de connaitre tes hauts faits (entrepreneuriat, dons etc.)... :D
A genou petit scarabée devant ton maître mondialiste (joke inside :D :D )
Avatar de l'utilisateur
FrosT
 
Messages: 1215
Inscription: 15 Mar 2013, 19:41
Localisation: Paris/Lyon

Re: L'actualité

Messagede Kadoc le 01 Mai 2014, 10:28

FrosT a écrit:Encore une fois tu ne sembles pas avoir compris mes propos ^^: encore une fois je n'ai rien (au contraire) contre le protectionnisme, mais je déplore le type d'entreprises que l'on a tendance à sauver: toujours les memes, les gros too big to fail qui font du caca...

Apres ces boites font souvent de la merde parce que la rentabilite a court terme a ete preferee a la perennite a long terme. C'est typique d'un truc d'actionnaire qui pige rien a la technologie. C'est certainement un peu trop schematique mais bon.
N'ayez pas peur de l'avenir, vous n'en avez pas.
Kadoc
gravitation, dégravitation
 
Messages: 8900
Inscription: 07 Fév 2011, 13:11
Localisation: elle est ou la poulette?

Re: L'actualité

Messagede Stéphane le 01 Mai 2014, 10:37

FrosT a écrit:
denim a écrit:Sylphus et Frost vous serez tenus responsables de la complète "déliquescence" de ce pays... :o
une autre affaire Dreyfus prend jour...gardes !!! enchainez les !!!


Rien que ça ? :D
Encore une fois tu ne sembles pas avoir compris mes propos ^^: encore une fois je n'ai rien (au contraire) contre le protectionnisme, mais je déplore le type d'entreprises que l'on a tendance à sauver: toujours les memes, les gros too big to fail qui font du caca...
Mais vu qu'on en est aux attaques perso, je serai curieux de connaitre tes hauts faits (entrepreneuriat, dons etc.)... :D
A genou petit scarabée devant ton maître mondialiste (joke inside :D :D )


Il paie des impôts, depuis peu.
Ouais_supère a écrit:Stef, t'es chiant
Stéphane
Le.
 
Messages: 45741
Inscription: 16 Déc 2004, 23:19

Re: L'actualité

Messagede denim le 01 Mai 2014, 10:49

putain les enfoiréééés...comment qu'ils me pourrissent. :D
aaah les gueux...
"quand de-Gaulle ne sera plus là,il sera encore là".
Avatar de l'utilisateur
denim
 
Messages: 24787
Inscription: 29 Nov 2003, 13:51

PrécédenteSuivante

Retourner vers Salon, saloon, bistrot du coin

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Ahrefs [Bot], Majestic-12 [Bot] et 1 invité